FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire ancienne du Danemark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Histoire ancienne du Danemark   Jeu 9 Juin - 0:25

Citation :
Le Danemark a eu des contacts variés avec le monde extérieur pendant toute son histoire ancienne, mais c’est vers 750 après J.-C., au début de la période viking, qu’il se manifesta dans l’histoire européenne, principalement sous les traits des Vikings qui pillaient églises et monastères. Cependant, cette image simpliste dissimule un jeu conjugué politique et culturel infiniment plus complexe.

La réunion du royaume et la royauté

Une royauté plus puissante qu’elle ne l’avait été jusque-là émergea au Danemark vers le VIIIe s. ; on peut vraisemblablement rattacher un roi du nom d’Angantyr (Ongendus) à la ville de Ribe, qui fut aménagée juste après l’an 700 en tant que ville de marché saisonnier réglementé.

Le pouvoir des Mérovingiens s’effrita vers le VIIIe s., et les provinces éloignées du royaume des Francs se libérèrent, laissant le champ libre au développement de la puissance danoise dans la région méridionale de la mer du Nord comprenant la Saxe et la Frise, tandis que Ribe devenait la première place commerçante internationale du Danemark. Lorsque les Carolingiens, vers le IXe s., sous le règne de Charlemagne, essayèrent de rétablir le pouvoir des Francs, ils se heurtèrent aux Danois dirigés par Gudfred qui n’entendait renoncer ni à l’influence qu’il exerçait en Frise et parmi les Abodrittes, ni aux revenus des tributs qu’il prélevait grâce à la faiblesse des Mérovingiens. Afin d’assurer ses revenus, Gudfred déporta les marchands de la région des Abodrittes à Hedeby, la ville qu’il venait de fonder dans l’actuelle Allemagne du nord, et il fortifia la frontière sud du Danemark en bâtissant un nouveau rempart. Plutôt que des batailles entre écumeurs de côtes, les combats qui opposèrent Gudfred à Charlemagne étaient bien le heurt de deux bâtisseurs d’empire.

Gudfred fut assassiné en 810 et plusieurs branches de la famille royale rivalisèrent alors pour prendre le pouvoir. Les protagonistes de ces luttes étaient souvent condamnés à l’exil et les chefs danois ne cessaient d’être en butte aux menaces de leurs rivaux qui revenaient au pays enrichis par le butin acquis durant les raids des Vikings ou encore, comme Harald Klak, fortifiés par le soutien des étrangers. Après 821, le fils de Gudfred, Horik Ier, se proclama roi absolu jusqu’à ce qu’une sanglante guerre civile, survenue au milieu du IXe s., se fût achevée par sa mort et par celle de nombreux autres Danois.

Pouvoir centralisé

Après ces évènements, la situation intérieure reste obscure jusqu’à la reprise du pouvoir, vers l’an 900, par une dynastie dont on pense qu’elle revenait de Suède. La dynastie suivante fut celle de Jelling, également revenue de l’étranger, qui accéda au pouvoir peu après le début du Xe s. Sur la pierre runique qu’il a élevée à Jelling, Harald Ier à la dent bleue affirme avoir conquis l’ensemble du Danemark. Il est possible que le nom de Danemark, que l’on relève pour la première fois à la fin du IXe s. mais qui est certainement plus ancien, ne concerne que les régions danoises situées à l’est du Grand Belt et qu’Harald les ait adjointes au royaume du Jutland qu’il avait hérité de son père, Gorm le Vieux.

Les grandes constructions que l’on constate au Danemark pendant toute la période viking, témoignent d’une royauté qui a su faire profiter de la collectivité des ressources de la société. Le gouvernement d’Harald à la dent bleue, notamment, en offre de nombreux exemples : de nouveaux travaux sur la ligne fortifiée de Dannevirke, les forts de Trelle, le pont de Ravning Enge, le complexe de Jelling, ainsi que les villes de Hedeby, Ribe et Århus, qui furent peut-être fortifiées sous son règne. Pour réaliser ces travaux, le roi a certainement dû imposer à ses sujets le travail obligatoire, mais nous ne possédons que peu de témoignages sur l’organisation sociale de cette époque. Il n’existait sans doute pas encore de «service militaire» comparable au «leding» qui apparut ultérieurement. Le pouvoir royal s’appuyait vraisemblablement d’abord sur le contrôle des chefs de tribus qui détenaient le pouvoir réel sur le plan local. Le clan royal constituait l’instrument décisif du pouvoir.

A l’époque de Saint Knud IV, le roi tenta d’élargir notablement son pouvoir en œuvrant pour faire reconnaître de nouveaux droits royaux et remplacer le droit privé par le droit public. Il semble que ce soit l’exigence du versement de contributions régulières aux frais des expéditions guerrières qui lui a coûté la vie.

L’introduction du christianisme

Ces contacts avec l’étranger favorisèrent de fortes influences culturelles, surtout dans le domaine religieux. Peu après le VIIIe s. un missionnaire nommé Willibrord avait déjà tenté de propager le christianisme chez les Danois. Dès le début, les missionnaires et le pouvoir marchèrent la main dans la main. Outre la propagation du christianisme, les Francs voulaient exercer leur influence sur le Danemark et certains des prétendants au trône du Danemark vinrent à leur rencontre. Harald Klak demanda son soutien de Louis Ier le Débonnaire, provoquant une invasion de l’armée franque en Jutland en 815 ; Harald se fit baptiser en 826 mais lorsqu’il fut chassé du Danemark, l’année suivante, Ansgar, son missionnaire, ne put faire beaucoup de conversions ; ce n’est que 25 ans plus tard qu’il put fonder des églises à Hedeby et à Ribe et ces dernières ne durèrent pas très longtemps. La conversion du Danemark au christianisme, qui eut lieu plus d’un siècle plus tard, fut la conséquence d’une pression politique exercée par les Allemands.

En 948, Othon le Grand nomma des évêques dans les évêchés de Schleswig, de Ribe et d’Århus, qui dépendaient de l’archevêché de Hambourg-Brème. Soumis à cette pression, Harald à la dent bleue se convertit lui-même au christianisme vers 965, mais il se fit baptiser par Poppo, missionnaire qui ne venait pas de Hambourg-Brème, et il n’est pas certain que les évêques nommés en 948 aient exercé leurs fonctions au Danemark. L’inimitié que ressentait Harald envers l’Allemagne plaide à l’encontre de cette hypothèse.

Svend Ier à la barbe fourchue et Knud II le Grand firent venir des ecclésiastiques d’Angleterre ; Knud voulait vraisemblablement lier l’organisation de l’église danoise à celle de l’église anglaise, en faisant peut-être de Roskilde un archevêché dépendant de celui de Canterbury, à l’instar de l’archevêché d’York. Vers 1060, Svend II Estridsen réalisa une véritable organisation ecclésiastique comprenant huit évêchés : Schleswig, Ribe, Århus, Viborg, Vendsyssel, Odense, Roskilde et Lund. Il travailla également à la création d’un siège épiscopal danois indépendant, mais ce but ne fut atteint qu’en 1103, lorsqu’Erik Ier le Débonnaire réussit à élever la ville de Lund au statut d’archevêché de tous les pays nordiques.

_________________
"Europe, relève toi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Histoire ancienne du Danemark
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire du Corps de Marine
» L'histoire de petit Louis
» histoire de paysan normand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Histoire de l'Europe - History of Europe-
Sauter vers: