FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "une alliance capitalistique franco-allemande"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LYCURGUE
Optione
Optione


Nombre de messages : 102

MessageSujet: "une alliance capitalistique franco-allemande"   Mar 6 Avr - 8:32

Citation :
Le constructeur français tient ce mardi matin un conseil d'administration extraordinaire. Il doit donner son accord à une large coopération industrielle avec le groupe allemand ainsi qu'à des prises de participations croisées.

Journée historique pour Renault. C'est ce mardi que se réunit, au siège du constructeur français, à Boulogne-Billancourt, un conseil d'administration extraordinaire pour décider d'une alliance avec l'allemand Daimler. La réunion est prévue de 8h30 à 9h30. Un comité central d'entreprise a été convoqué au même moment pour informer les partenaires sociaux.

Ce conseil d'administration, sauf surprise de dernière minute, donnera son accord à un vaste partenariat industriel avec Daimler, fabricant des Mercedes et des Smart, ainsi qu'à des prises de participations croisées entre les deux groupes. Elles devraient atteindre un niveau symbolique, de l'ordre de 3%. Le japonais Nissan, dont Renault détient 44%, fait aussi partie du montage financier. Les discussions étaient encore en cours ce lundi sur le niveau des participations croisées entre Nissan et Daimler, selon une source interne du constructeur français. Renault fera une annonce officielle sur ces sujets d'ici à mercredi soir.

Les deux groupes ont déjà rendu publiques des discussions sur les petites voitures. Il s'agirait de partager des composants entre les modèles Renault, les remplaçantes des Classe A et des Casse B, ainsi que la future Smart. Et même de créer une plate-forme de production commune. L'intérêt d'un tel accord est évident. Avec 115 000 Smart écoulées l'an passé et 216 000 Classe A et B, Daimler ne dispose pas de volumes suffisants pour être rentable sur ce segment. Au total, le groupe de Stuttgart aurait perdu plus de 7 milliards d'euros avec ses petites voitures depuis 1997, selon les analystes de Bernstein Research.

Une relation de long terme

De son côté, Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a toujours affirmé qu'il était prêt à ouvrir l'alliance entre Renault et Nissan à un troisième partenaire pour réaliser des «synergies complémentaires» et «étendre son éventail technologique». Les deux groupes devraient aussi coopérer dans le domaine des véhicules utilitaires, des petits moteurs et des voitures électriques. Une prise de participation croisée, «symbole d'une relation de long terme», selon Carlos Ghosn, scellerait l'accord entre le français et l'allemand.

De son côté, Daimler devrait fournir des moteurs de grosses cylindrées à Nissan, qui apporterait en retour des voitures électriques et des batteries.

Après EADS dans l'aéronautique, une alliance capitalistique franco-allemande dans l'automobile serait inédite. Elle permettrait à Renault et Daimler de mieux ­rivaliser avec l'allemand Volkswagen, seul constructeur généraliste européen à avoir bien résisté à la crise. L'attelage formé permettrait de partager les investissements entre une marque grand public et une griffe haut de gamme, comme le font Volkswagen et Audi au sein du groupe VW. «Un partenariat avec Daimler permettrait par ailleurs au nouvel ensemble de s'ancrer sur une base domestique franco-allemande, qui représentait l'an dernier près de 6 millions de voitures», estime Bernard Jullien, directeur du Gerpisa, un centre de recherche sur l'automobile, pour qui «il est difficile de s'imposer en Europe sans une présence forte en Allemagne, le premier marché de la région». Or Renault n'y dépassait pas les 6% de part de marché en 2009. Avec Daimler, le français bénéficierait aussi de puissants ­relais politiques outre-Rhin, stratégiques pour négocier le soutien des pouvoirs publics pour ses voitures électriques.

L'idée d'une alliance capitalistique n'est pas venue de Daimler. L'allemand était échaudé après sa fusion calamiteuse avec Chrysler, soldée par un divorce en 2007, et par l'échec de ses rapprochements avec Mitsubishi et Hyundai. Mais la réussite de l'alliance Renault-Nissan, l'une des seules à avoir fait ses preuves dans l'automobile, l'a visiblement convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"une alliance capitalistique franco-allemande"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Bobo Zézette"
» Les cubes "bouillon dégraissé"
» Pour les 2 ans de ma fille: vélo 10/12" ou tricycle zoo
» Signification du terme "à x heure de relevée" ?
» Festival "Art et Déchirure" Rouen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Général - General-
Sauter vers: