FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Pour une Europe européenne »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « Pour une Europe européenne »   Ven 26 Fév - 14:16

Citation :
e Forum Carolus, créé en octobre 2004, rassemble un certain nombre de personnalités européennes ayant décidé de réfléchir ensemble aux questions stratégiques européennes . Il est dirigé par Henri de Grossouvre, dont le livre « Paris, Berlin, Moscou » (L'Age d'Homme Editions, 2002) avait provoqué une certaine surprise dans les cercles européens atlantistes. Cet ouvrage recommande, dans le cadre d'une coopération euro-asiatique, le resserrement des liens entre l'Union Européenne et la Russie.

Le livre que vient de publier le Forum Carolus, « Pour une Europe Européenne, Une avant-garde pour sortir de l'impasse » (Editions Xenia 2007) présente une quinzaine de propositions émanant d'hommes politiques, d'enseignants et d'éditorialistes qui veulent réveiller l'Europe de son atonie actuelle en faisant appel à l'action commune de six Etats considérés comme le cœur historique de l'Europe, la France, l'Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, l'Autriche et la Hongrie. Le nom des auteurs, sauf exceptions, ne dira pas grand-chose au lecteur français moyen, surtout s'il est parisien. Ceci tient à ce que la connaissance des forces vives européennes, dont Strasbourg est le centre, tant par sa position géographique que pour son rôle de siège du parlement européen, reste limitée chez nous, même chez ceux qui s'intéressent à l'avenir de l'Union.


Ce reproche n'est pas à faire aux Alsaciens, qui pour des raisons historiques remontant au Moyen-Âge, se sont toujours intéressés aux évènements multiples ayant secoué le monde rhénan, conçu comme s'étendant à l'ex-Empire austro-hongrois. Aujourd'hui, les liens culturels et économiques établis entre ce cœur de l'Europe et les régions Alsace et Lorraine constituent une richesse pour la France, souvent mal valorisée par Paris. Face au coup d'arrêt marqué par le rejet français et néerlandais du projet de Traité Constitutionnel, il était donc normal que des personnes émanant de ces deux Régions proposent, en liaison avec des représentants d'autres pays européens, une voie permettant de faire progresser l'Europe malgré tout. L'adoption probable du nouveau traité, dit de Lisbonne, n'enlèvera rien à ce besoin. L'Europe à 27 et plus sera toujours un grand corps assez informel, pour qui un cœur et un cerveau actifs resteront utiles.


« Pour une Europe européenne » va plus loin cependant que proposer des rapprochements inter-régionaux. L'ambition du livre est de montrer qu'une coopération étroite entre les Etats énumérés ci-dessus serait seule capable de faire de l'Europe un ensemble politique capable de lutter à armes égales avec les super-Etats qui ne lui veulent aucun bien. Aujourd'hui, même dans le cadre du nouveau traité, l'Union européenne risque de rester ce qu'elle est depuis quelques dizaines d'années, c'est-à-dire un grand marché au plan économique et l'instrument de la diplomatie américaine au plan des relations extérieures.


Les appels à des coopérations renforcées entre Etats européens volontaires sont de plus en plus nombreux aujourd'hui. La raison en est l'aggravation de la crise politique, économique et environnementale qui marque le monde, y compris dans les pays asiatiques censés prendre la tête d'une nouvelle croissance. Dans l'esprit de ceux des Européens qui jugent indispensable ces coopérations renforcées, faute de pouvoir espérer à horizon prochain la création des Etats-Unis d'Europe souhaités par beaucoup mais rendue impossible par la peur de voir cette Europe fédérale instrumentalisée par l'Amérique, c'est autour des membres de l'Eurogroupe qu'elle devrait se faire. Le partage des avantages apportés par l'euro devrait inciter, dans cette perspective, à la création d'un « gouvernement économique et financier » de la zone euro, étendu progressivement à des politiques sociales, fiscales et industrielles communes. Mais ceci supposerait une véritable coupure de l'Europe en deux. Un tel « gouvernement » ne se concevrait pas en effet sans des fiscalités et des réglementations communes, lesquelles imposeraient une frontière extérieure commune, interne à l'actuelle Union.


Malheureusement, si l'on peut dire, le projet d'un gouvernement économique et financier de la zone euro, aussi attrayant qu'il soit, se heurte aujourd'hui au fait qu'un nombre de plus en plus grand de pays rejoignent l'Euro, sans pour autant vouloir partager des politiques communes. Par ailleurs l'espace Schengen vient de s'étendre et l'on n'image pas qu'il soit doublé de nouvelles frontières renforçant les obstacles aux mouvements des biens et des personnes.


Ces objections seront inévitablement faites au projet d'avant-garde proposé par le Forum Carolus. Cela n'empêche pas de prendre en considération les propositions faites par les auteurs rassemblés dans le livre. Elles pourraient être reprises dans le cadre du futur traité Européen, si les institutions communes renforcées : Présidence, Parlement, « ministre des affaires étrangères »...décidaient de prendre à bras le corps la construction d'une Europe aussi politiquement puissante que ses principaux concurrents. Dans un article du Monde en date du 27 février 2008, l'économiste Jean Pisani-Ferry s'étonne que l'Europe, dont la puissance économique est proche de celle des Etats-Unis, supporte moins bien que ceux-ci les crises périodiques. Elle le tient à son manque d'ambition, à sa subordination. Des institutions décidées à inventer le développement dont l'Europe a besoin pourraient faire beaucoup pour lui donner le dynamisme qui lui manque.


La plupart des propositions du livre seraient à retenir en ce sens. Nous y retrouvons notamment les idées de Paneurope France sur la souveraineté technologique et scientifique de l'Europe, brillamment exposées par Jean-Claude Empereur, que nous ne présenterons pas. On y trouve aussi, notamment sous la plume de la spécialiste en stratégie Hajnalka Vincze de Hongrie, des arguments percutants en faveur d'une défense européenne découplée de l'Otan et par conséquent de l'influence américaine. Mais, quels que soient l'intérêt et l'urgence des ruptures de paradigme proposées par le livre, le lecteur se posera inévitablement la question des voies et moyens concrets permettant de les provoquer. Dans l'Europe politique actuelle, les chefs de gouvernements sont de plus en plus enclins à refuser de coopérer. Le relâchement des liens entre l'Allemagne et la France qui se manifeste actuellement en est un signe inquiétant. Par ailleurs, tout laisse penser que le prochain président américain voudra réinstrumentaliser l'Europe dans le cadre d'une nouvelle guerre froide contre la Russie et ses dépendances. Le nombre grandissant des personnalités européennes favorables à une relance de l'euro-atlantisme, en France même, ne peut que préoccuper.


Cependant, l'avenir s'annonce turbulent. La perspective de plus en plus probable d'une crise économique mondiale, ne faisant que précéder celle ultérieure d'une grande crise environnementale, pourra provoquer deux résultats opposés. Dans un cas, l'Europe terrifiée retournera au plus vite se blottir dans les bras de son faux allié l'Amérique. Dans l'autre cas, elle se décidera enfin à se prendre en mains. Dans ce dernier cas, les propositions du Forum Carolus devraient trouver amplement matière à s'appliquer.



http://www.pan-europe.org/article.php?article_id=362&rubrique_id=http://www.pan-europe.org/article.php?article_id=362&rubrique_id=
Revenir en haut Aller en bas
 
« Pour une Europe européenne »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle
» Pour ou contre la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ?
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» La directive européenne sur le temps de travail est-elle pour les Militaires ?
» Le général Patrick de Rousiers nommé president du comité militaire de l'Union Européenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Général - General-
Sauter vers: