FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réchauffement climatique : aux gouvernements d'agir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sir Archibald Waters
Citoyen
Citoyen


Masculin Nombre de messages : 86
Localisation : 32 B Marylebone Road - LONDON -

MessageSujet: Réchauffement climatique : aux gouvernements d'agir   Ven 9 Oct - 22:26

Citation :
Pour l'Onu, c'est aux gouvernements d'agir sur le climat



Deux semaines de négociations marathon à Bangkok ont permis de clarifier le contenu d'un pacte climatique ambitieux, se félicitent les Nations unies qui renvoient désormais la balle dans le camp des gouvernements à deux mois du sommet de Copenhague.


S'exprimant vendredi alors que s'achevaient ces deux semaines de négociations à Bangkok, Yvo de Boer, qui dirige le secrétariat de l'Onu sur le changement climatique, a souligné que les dirigeants de la planète n'avaient plus beaucoup de temps pour faire montre de davantage d'ambition.

"Tous les ingrédients d'un succès sont sur la table et ce que nous devons faire à présent, c'est nous éloigner des intérêts particuliers et faire en sorte que l'intérêt commun l'emporte", a-t-il dit à la presse.

QUELLE AIDE POUR LES PAYS PAUVRES ?

Des progrès ont été enregistrés sur les moyens d'aider les nations les plus pauvres à s'adapter aux conséquences du changement climatique, sur les transferts de technologie des "énergies vertes" et sur les mécanismes de collecte et de transfert des fonds de lutte contre le réchauffement.

Mais l'ampleur de l'aide financière aux pays les plus pauvres et le chiffrage des engagements des pays riches en matière de réduction des rejets de GES - deux points essentiels de la négociation - demeurent source de blocages.

"Sur le financement, l'ensemble des pays industrialisés sont portés disparus", affirme Alden Meyer, membre de l'Union of Concerned Scientists, qui exhorte les Etats-Unis à se montrer à la hauteur des enjeux.

Sur les émissions de gaz à effet de serre, les discussions de Bangkok ont été obscurcies par les craintes des pays pauvres de voir les pays riches chercher à réduire leurs objectifs de réductions des rejets à la faveur du futur cadre international de lutte contre le réchauffement.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/pour-l-onu-c-est-aux-gouvernements-d-agir-sur-le-climat_793551.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://othello.forumculture.net/
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: Réchauffement climatique : aux gouvernements d'agir   Ven 4 Déc - 16:30

Citation :
Remise en question du rôle des amphibiens dans la détection des impacts du changement climatique

Les amphibiens, victimes d'un déclin de leurs populations au cours de ces dernières décennies, ont jusqu'à présent souvent été considérés comme un indicateur de l'état de dégradation des écosystèmes. En effet, les propriétés physiologiques de cette classe de vertébrés tétrapodes (mode de vie à la fois terrestre et aquatique, peau très perméable, système immunitaire relativement rudimentaire...) seraient à l'origine d'une sensibilité accrue de ces espèces aux changements environnementaux (détérioration des habitats, pollution, impacts du changement climatique ...).

Observé à l'échelle internationale depuis les années 80 [2], le déclin des amphibiens a depuis lors fait l'objet de nombreuses recherches notamment dans le but de déterminer les facteurs responsables de la fragilisation des populations et les potentielles répercussions sur les autres espèces animales. Selon les travaux passés, les amphibiens seraient susceptibles d'être à l'origine d'extinctions massives. En effet, cette espèce constituerait un indicateur de référence, précurseur en terme de l'évaluation des répercussions de l'impact des changements environnementaux sur l'ensemble des écosystèmes. Faisant l'objet d'études approfondies récentes, le rôle des amphibiens dans la compréhension des impacts du changement climatique a cependant été questionné.

Longtemps considérés comme un marqueur en matière d'altération de la biodiversité, les amphibiens ne seraient cependant pas plus perméables aux toxines présentes dans l'environnement que les autres espèces animales, si l'on en juge par les récents travaux d'universités américaines utilisant les bases de données toxicologiques de l'EPA.

Ces travaux, dont les résultats ont été acceptés pour publication dans la revue "Ecology Letters" à l'automne dernier, ont été menés au sein des universités du Sud Dakota, de Yale et de l'état de Washington. Dirigés par Jacob Kerby, chercheur à l'université du Sud Dakota, ils mettent en évidence une sensibilité aux toxines présentes dans l'environnement variant significativement selon les espèces de grenouilles, et similaires dans certains cas de figure à d'autres espèces animales. Les résultats démentiraient donc le rôle précurseur attribué aux amphibiens dans la réponse des écosystèmes aux changements climatiques. De plus, selon David Skelly, chercheur au département "forêt et études environnementales" de l'université de Yale, les principales causes du déclin des grenouilles peuvent être plus aisément attribuées à la dégradation des habitats, la modification de l'utilisation des sols (conversion des sols en terres agricoles) ou encore à l'émergence de nouvelles maladies infectieuses, plutôt qu' aux changements climatiques, ces derniers relevant de la compréhension de processus complexes.

Utilisant les bases de données de l'EPA (Aquatic Toxicity Information Retreival Database) recensant des informations sur près de 1.300 espèces, les chercheurs ont , par ailleurs, analysé les résultats de plus de 28.000 tests toxicologiques pour remettre en question le rôle précurseur des amphibiens dans la détection des impacts du changement climatique. S'ils ne semblent pas jouer complètement ce rôle, les amphibiens représentent néanmoins un bon indicateur de la réaction d'une population aux changements environnementaux. Dans ce contexte, les populations d'amphibiens peuvent être utilisées comme un signal d'alarme de l'état de détérioration d'un environnement. Une meilleure compréhension de l'interaction de cette espèce animale avec les autres familles ou espèces est néanmoins nécessaire pour analyser plus exactement la réponse des amphibiens aux perturbations des écosystèmes et définir plus exactement l'ensemble des causes de dégradation des écosystèmes, ainsi que la part pouvant être attribuée aux changements climatiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réchauffement climatique : aux gouvernements d'agir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réchauffement climatique (chapitre 2)
» Moins de pollution augmenterait le réchauffement ?
» Panneaux photovoltaïques et réchauffement climatique
» ENVIRONNEMENT - Le réchauffement climatique est aussi une affaire de castors
» Réchauffement climatique...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Ecologie - Ecology-
Sauter vers: