FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?   Sam 12 Sep - 14:09

Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe.


Lorsqu’on évoque la figure du prêtre en Europe, on aurait naturellement tendance à voir un homme en soutane noire, une croix autour du cou, et qui vis-à-vis de la gente féminine marquerait une certaine distance. On oubliera ainsi que tous les prêtres chrétiens ne sont pas catholiques, que le pope orthodoxe et le pasteur protestant peuvent se marier. Mais on oubliera surtout que les prêtres ne sont pas apparus en Europe avec le christianisme, mais qu’il a existé aux temps anciens des corps sacerdotaux aux fonctions multiples.

Le druide celte (gaélique druid), le « très savant », était ainsi un prêtre aux larges responsabilités et n’était ni un magicien ni un simple maître des rituels et des mythes. A l’issue d’une formation de vingt ans, où il apprenait divers métiers, le druide devenait prêtre officiant. Un druide n’était pas un simple praticien des rites mais il oeuvrait comme architecte, enseignant et médecin, à l’instar du dieu des druides, le dieu polytechnicien Lugh. Mais il n’était pas un philosophe au sens des grecs. Un druide pouvait appartenir à plusieurs classes, comme l’ordre des filid ou bardes, chargés de réciter mythes et traditions au peuple, ou encore comme l’ordre des ovates ou devins, chargés de déterminer l’avenir par l’accomplissement de rites et par l’observation du ciel.

Les druides celtes avaient des homologues sur tout le continent européen, prêtres que les chrétiens qualifièrent ensuite de sorciers, de mages, d’astrologues et de divers autres termes pour les diaboliser. A Rome, il existait différents sacerdoces dont les plus éminents étaient celui des flamines et celui des pontifes. En Grèce, le prêtre était un hiereus consacré à une divinité en particulier. Chez les Germains, le prêtre était le godi (pluriel godar), dont le nom rappelle le gutuater celte. Enfin, chez les Slaves, le prêtre païen était le volkhv, chez les Baltes, le kryvis, variantes de druide, et chez les Arméniens, le kurm.

La linguistique comparée a permis de retrouver les noms originels du prêtre indo-européen, définissant ainsi ses caractéristiques et ses attributions. Le nom du prêtre de base aurait été le *bhlaghmen, l’ancêtre des flamines latins et des brahmanes indiens. En revanche, le prêtre de niveau supérieur aurait été le *pent-dhe-kwor, ancêtre étymologique du pontife romain, et terme signifiant « faiseur de chemin ». Le *bhlaghmen était chargé du culte mais le *pent-dhe-kwor était chargé des décisions d’ordre religieux plus importantes. Enfin, un terme générique désignant un prêtre existait, le *kowes (grec koês, sanscrit kavi).

Le prêtre païen de l’époque proto-indo-européenne était appelé *bhertor, « porteur [des objets sacrés] », l’*adbher ou « sacrificateur », le *sakrodhots (latin sacerdos, « prêtre ») c'est-à-dire le dépositaire du sacré, et enfin le *gheu(a)ter ou « invocateur ». Ses missions étaient donc d’être le garant des libations et des sacrifices aux divinités, mais aussi le porteur des objets sacrés, à l’instar des lances et du bouclier de Mars à Rome. En outre, il est le lien direct entre la communauté et les dieux, et de ce fait jouissait d’une certaine audience politique. Le pontife créait un pont, un chemin, entre les hommes et les puissances divines, et servait d’intermédiaire. Sa tâche essentielle était de maintenir la « paix des dieux », pax deorum, un accord de bon voisinage entre le monde des hommes (Midgard) et le monde des dieux (Asgard) et était ainsi analogue à l’arbre cosmique soutenant la voûte du ciel et aux racines plongeant sous la terre. Ce faisant, le prêtre païen était aussi un intermédiaire entre le monde des vivants et le monde des morts.

Le prêtre païen pouvait se comporter comme un chamane et en ingurgiteant certaines boissons hallucinogènes pouvait accèder aux messages envoyés par les dieux. Mais sa mission était davantage l’accomplissement des rites, la connaissance des mythes et leur transmission, et enfin une mission éducatrice. Il est probable qu’il disposait d’une écriture propre à sa caste, et il n’est pas invraisemblable de penser que l’écriture de Vinca en Europe balkanique, datant du 5ème millénaire avant J.C, était peut-être celle-ci.

Chez les populations non-indo-européennes d’Europe, les prêtres existaient également et disposaient d’un rôle analogue à leurs cousins indo-européens. C’était le cas des Cepen étrusques, des Taltos hongrois, des Tietäjä finnois ou encore des Aztiak basques. Chez les peuples finno-ougriens, le rôle chamanique était davantage établi.

Dans l’Europe ancienne, le prêtre était un homme ou une femme de grande valeur, qui avait une large connaissance des épopées traditionnelles et des mythes. Il n’était pas un homme en dehors du peuple et souvent était un père de famille avec des responsabilités politiques. Le célibat des prêtres aurait été considéré comme étrange et même illégal, et ainsi le flamine de Jupiter par exemple ou le grand pontife devaient obligatoirement être mariés et en cas de divorce ils perdaient leur charge. L’idée qu’il aurait pû être un directeur de conscience, défenseur des bonnes mœurs, aurait également choqué. Non, le prêtre était autre chose, il était l’intermédiaire entre dieux et hommes, à la fois messager des dieux et porte-parole des hommes auprès de ces derniers. En tant que sacrificateur, il avait un rôle social également important, réunissant les citoyens autour des autels et autres lieux de culte, partageant la viande des animaux sacrificiés entre les fidèles. Avec la christianisation, l’image populaire du prêtre s’est perdue, et des principes anti-naturels se mirent en place. Educateur du peuple, le prêtre d’après la christianisation devint au contraire le gardien jaloux de la culture antique.


Thomas FERRIER
Secrétaire Général du PSUNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2014
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?   Lun 14 Sep - 0:06

Merci pour ce texte qui je n'en doute pas une seule seconde intéressera les passionnés d'histoires ou les jeunes païens Wink

Tu ne l'as posté qu'ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?   Lun 14 Sep - 16:47

Oui, il n'a été posté qu'ici, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?   Sam 2 Oct - 20:48

Très bon article.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?   Aujourd'hui à 16:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu’est-ce qu’être prêtre en Europe ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Europe 1 à Rouen
» que c est il passé en Décembre
» Tres important: Citizenship, nationalite
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» Europe Fédérale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Les religions européennes / European religions-
Sauter vers: