FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shamash
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 2

MessageSujet: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 9:28

Citation :
Des « souverainistes » aux « anti capitalistes », dégonflons les baudruches!

Les sondages ifop que l'on trouve depuis peu sur divers sites internet suscitent de vifs débats, compte tenu des scores qu'ils annoncent: 9% pour l'ancienne LCR devenue NPA, 5% pour le testicule droit de l'UMP appelé MPF, 2% pour Dupont 0.5% pour les dissidents du FN...et 6% - seulement? - pour le FN.
Il est peut être superflu de préciser qu'en tant qu'institut de sondage officiel, l'IFOP n'est qu'un relais des puissances détentrices du système dont la fonction est d'influer sur les électeurs, comme l'histoire de ces dernières années nous l'a prouvé.

Attardons nous cependant sur le cas de ces candidats « souverainistes » et/ou « patriotes » que le FN devra affronter lors des prochaines européennes, en premier lieu De Villiers. Depuis 2006, le FN tente d'avertir les français de l'escroquerie que représentent ces sous marins de la droite bleue, qui ont pour tâche de diviser les patriotes en les détournant de la force que représente le Front National. Le rapprochement officiel de De Villiers avec l'UMP sitôt les élections terminées et les magouilles électorales vendéennes nous ont une fois encore donné raison.
Le vicomte ose pourtant insulter une nouvelle fois les électeurs patriotes en se présentant aux élections européennes, avec en guise de programme un copier coller des propositions frontistes. Bien entendu, notre cher vendéen n'hésitera pas à se présenter comme un opposant véritable malgré ses « relations amicales » avec Sarkozy, selon ses propres mots, et leurs diners en tête à tête à l'élysée. Hypocrisie toujours. Le Vicomte sait que tout cela paie, puisque même un minable 2.23% aura propulsé 7 parlementaires MPF à l'assemblée « nationale » en 2007.

Le « dissident » UMPiste Dupont Aignan partage d'ailleurs avec le Front National cette opinion sur le fou du Puy. Peut être plus honnête que De Villiers, le président de « Debout La République » a rompu ses liens avec l'UMP... pourtant, nous ne devons pas oublier qu'il en fut plusieurs fois un zélé représentant dans le cadre de ses mandats de maire ou de député, au sein du RPR puis de l'UMP dont il ne s'est délié qu'en 2007. Ainsi, Dupont Aignan a été un artisan parmi d'autres des politiques antinationales et néo libérales de la droite bleue. Candidat prétendument « patriote » et Gaulliste, il semble oublier que le petit fils de son icône fut candidat en 1999 sous l'étiquette Front National; le descendant du Général avait sans doute compris que ce que l'on trouve de bon dans le Gaullisme – souverainisme, rejet de la dictature yankee et de l'OTAN, refus de l'immigration massive et incontrôlée – se trouve dans les idées et propositions du Front National, et ce depuis maintenant plus de trois décennies.
Si l'engagement d'un Dupont Aignan est réel, sincère, et motivé par le seul bien de la patrie française, celui ci devrait alors se ranger immédiatement derrière Jean Marie Le Pen qui défendait la Nation à l'époque ou notre homme se vendait aux mondialistes, fossoyeurs des derniers restants de gaullisme qui subsistaient à droite.
Serait ce donc la peur de la diabolisation, la volonté de demeurer « chef de parti » ou la crainte de se voir rejeter par le système qui pousse Dupont Aignan a ne pas s'unir à l'incarnation même du patriotisme/souverainisme en France? Si tel est le cas notre homme n'est alors rien d'autre qu'un imposteur car n'est ce pas, le combat pour la patrie et sa liberté ne s'accommode pas de la quête de rétributions personnelles.
Dernier aspect qui nous amène aux « dissidents » du FN cette fois, crédités à 0.5%. Pas grand chose à dire ici si ce n'est que pour une fois le système se range à nos conclusions en pointant du doigt l'échec prévisible de Lang et consorts. Quelques soient les différends qui opposent ces derniers avec le FN, les querelles personnelles auraient pu attendre la fin des élections, car rien ne compte plus que la victoire de nos idées. La machine mondialiste UMPS ne peut que se réjouir de ces 0.5% jetés aux oubliettes.

Le paysage électoral est donc clair; 13.5% de patriotes et souverainistes, dont 7.5% s'apprêteraient à voter pour des candidats « sous marins » qui ont déjà prouvé à de nombreuses reprises et pendant de nombreuses années, qu'ils étaient indéfectiblement liés au système et aux candidats qu'ils prétendent affronter.
Que les français ne tombent pas victimes une nouvelle fois des manoeuvres du système, et qu'ils ne répondent pas aux appels d'un sarkosysme dissimulé, grimé d'un masque « patriote » qui ne tardera pas à tomber piteusement. L'avenir du nationalisme est en jeu.
Le FN fera bien plus que 6% à n'en point douter, compte tenu de l'impotence et de la nullité de l'UMP qui accumule les catastrophes depuis son arrivée au pouvoir. Les électeurs égarés retrouveront le chemin qui conduit à notre flamme tricolore, et de nombreux déçus du sarkozysme se rangeront à nos cotés.

C'est pourquoi le système soutient et se réjouit de la division de la droite nationale, et utilise divers stratagèmes – dont la classique manip médiatique de l'IFOP – tels que la promotion d'épouvantails avec comme chef de file Olivier Besancenot.

Cet imposteur autoproclamé « révolutionnaire » et donc anti système, se voit pourtant offrir le tapis rouge sur tous les plateaux télé chargés de relayer la propagande mondialo cosmopolite. Nouvelle égérie des médias bien pensant, comme le fut autrefois le libéral Cohn Bendit, Besancenot se voit même gratifié des encouragements statistiques de l'IFOP.
Ce faux ouvrier vrai bourgeois peut également s'appuyer sur un manque cruel de conscience politique et civique au sein de la jeunesse française, sur une absence de réflexion de plus en plus préjudiciable. En effet, trop nombreux sont ceux qui succombent au « charme » de slogans puériles et utopiques mais cependant simple à intégrer; « régularisation de tous les sans papiers » « smic à 1500 euros »...le mot « solidarité » mis à toutes les sauces et vidé de son sens...
Beaucoup oublient que la régularisation massive de sans papiers est une politique ultra libérale, comme l'ont illustré les régularisations opérées par Bush, Sarkozy ou Berlusconi dans leurs pays respectifs, ainsi que les manifestations du patronat de l'hôtellerie – aux cotés de la CGT! - en faveur de la légalisation de plusieurs milliers de clandestins.
Par ailleurs, la liberté de circulation prônée par les trotsko libéraux est le premier volet de la politique néo libérale de l'Union Européenne.
Voici donc un bien curieux « révolutionnaire » qui porte à gauche le message mondialiste, en soldat discipliné du nouvel ordre mondial dont il n'est qu'un des aspects. Une fois encore, la gauche trotsko libérale servira d'alibi humanitaire à la droite libérale sécuritaire dont elle partage l'essentiel des valeurs; dès lors rien d'étonnant à ce que le bobo aux yeux de veaux soit encensé par les divers cercles médiatiques ou politiques.
Sarkozy fait ici un nouveau coup fumant; en faisant la promotion de l'épouvantail « anticapitaliste » Besancenot, il maintient la division de la gauche tout en évitant de devoir faire face à une opposition authentique et rationnelle telle que celle du Front National. En effet, l'UMP a tout intérêt à n'avoir pour tout interlocuteur qu'un pantin dépourvu de programme politique et/ou économique et ne représentant pas par conséquent un concurrent sérieux. En outre, Sarkozy passerait une fois encore pour un candidat « de droite » face au gauchisme adolescent d'un besancenot.

Nous demandons une nouvelle fois aux français d'ouvrir les yeux et de ne pas tomber une fois encore dans les pièges tendus par les mondialistes de tous bords. La seule opposition réelle au système et à ses crises – financière, sociales, politiques et identitaires – c'est Jean Marie Le Pen, comme en témoignent les stratagèmes déployés par l'UMPS pour l'écarter de la vie politique.

Il reste quelques mois pour réfléchir, ne plus se tromper, et voter pour le seul mouvement à même de changer les choses.

Michael Guérin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 9:58

Bonjour.

Nous laissons cet article sur notre forum bien qu'il ne soit pas compatible avec notre ligne politique et notre combat. Nous avons juste effacé les références explicites à un parti politique.

Ce forum n'est ni nationaliste ni mondialiste et parfaitement opposé aussi bien aux pseudo-socialistes qu'aux souverainistes. A savoir que si nous ne voyons aucun problème à l'idée que se dégonflent les souverainistes et les gauchistes, nous souhaitons également que se dégonfle une structure aussi insupportablement europhobe que celle dont ce texte fait l'éloge (et pour cause, il s'agit d'un texte militant).

Par ailleurs, notre forum est la vitrine dialectique d'une nouvelle structure politique, le PSUNE, représentant de l'euro-socialisme en France et nous l'espérons, demain, dans toute l'Europe. Que penseriez-vous de posteurs postant un article de propagande incompatible avec votre combat sur un site de votre parti ?

Abandonner l'euro, est-ce intelligent ? Non, cela ne l'est pas.
Dénoncer l'Union Européenne comme fédérale alors qu'elle n'est malheureusement qu'une Europe des Etats, qui ne remet nullement en cause la souveraineté des états, en tout cas pas contre leur gré (l'UE résulte de traités signés entre états consentants), est-ce juste ? Non, absolument pas.

La France seule, est-ce là encore crédible ? Absolument pas. Seule l'Europe a la masse critique nécessaire pour être indépendante. Peut-elle s'opposer à la tutelle américaine en Europe, tutelle reposant sur le principe simple "diviser pour règner" ? Les nationalistes, par leur rejet de toute Europe unifiée, font clairement le jeu des USA.

Votre Le Pen est un homme du Système, il est la fausse opposition que le Système crée. En effet, il n'est jamais bon de ne pas avoir d'opposition, alors mieux vaut l'inventer. Les gauchistes et les nationalistes, NPA comme FN, sont la fausse opposition incapable d'arriver au pouvoir que les partis en place créent ou tolèrent parce qu'ils ne menacent et ne menaceront jamais personne.

Quant au FN, dont nous dénonçons aussi l'europhobie quasi systématique, illustrée notamment par les affiches prévues pour la campagne 2009, un parti qui en trente sept ans d'existence est quasi revenu à son point d'origine, n'est pas un parti crédible du tout. En plus d'obsessions idéologiques particulièrement lamentables.

Si vous souhaitez voir demain se mettre en place une Europe unifiée vraiment européenne (sans la Turquie mais avec la Russie, sans les DOM-TOM), une Europe qui soit en même temps une Europe sociale et une Europe vraiment indépendante, vous pouvez nous rejoindre, car nous ne pratiquons aucun ostracisme.

En revanche, nous rejetons clairement les idées du Front National mais nous pouvons en débattre avec vous, si vous le souhaitez.

Aux élections de 2009, nous voterons blanc et nous incitons tous les électeurs européens à faire de même. Pas une voix pour les partis nationalistes et souverainistes, pas une voix pour les partis mondialistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2109
Localisation : Nation européenne.

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 10:16

Plus sérieusement, je pense que si l'Union Européenne actuelle pose de fait problème, c'est aussi, et encore plus je dirais, le cas des gouvernements de tous les états européens (Russie, Ukraine, Belarus inclus), donc ce n'est pas une affaire de fédéralistes opposés à des souverainistes et vice-versa.

La seule que nous avons vraiment envie d'entendre parler et fort, la seule qui soit vraiment étouffée, c'est Europa. Europa doit lever sa lance et son bouclier et doit se tenir debout face au mondialisme. Et nous n'oublions pas que la division de l'Europe, ou la mauvaise unification d'ailleurs, sert les intérêts des Etats-Unis par exemple, ce qui fait que de fait le souverainisme arrange clairement leurs affaires.
Europe morcellée, divisée = Europe inexistante sur la scène politique = Europe impuissante.
Europe Unie = Etats-Unis punis !

Aussi, entre les souverainistes et les euro-mondialistes bruxellois, nous ne choisissons pas, mais nous refusons les deux, au profit d'une souveraineté européenne, celle de l'Europe politique unifiée. Le projet de la CED/CPE de 1952-1954, que la France, que son Parlement plutôt, a fait capoter, était bien plus avancé, et utile, que l'UE actuelle.
Certes, la CED/CPE était influencée par les Etats-Unis comme l'UE l'est aussi, mais l'existence d'une armée européenne aurait pu être un gage d'indépendance au final. Alors qu'aujourd'hui, les troupes européennes sont de fait intégrées à l'OTAN, et en sont des armées supplétives, à part les troupes russes bien sûr.

Je précise que sur ce forum, nous sommes pour la République Européenne, et n'a pas vocation à servir de tribune aux diverses propagandes souverainistes et nationalistes (de "gauche" comme de droite et au sens large).

Mais nous sommes en revanche ouverts au débat.

_________________
- La nature comme socle, l'excellence comme but, la beauté comme horizon. - Μολών Λαβέ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neusp.eu
Shamash
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 2

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 12:53

Le Front national n'est absolument pas europhobe. Il s'oppose uniquement au "super état européen" placé sous l'égide du libéralisme. Oser affirmer que l'Europe actuelle n'a rien de fédéral, et laisse les nations souveraines relève soit de l'indigence politique et juridique, soit de la bêtise. Les membres de ce forum devraient à ce titre consulter les différents textes constitutifs des communautés européennes et de l'UE afin de constater les transferts de compétence considérables opérés par les états depuis les années 80.

Prôner la perte de souveraineté monétaire au profit d'une banque centrale - cas de l'UE aujourd'hui - signifie s'inscrire dans la droite ligne du projet de gouvernement mondial planifié par les élites financières; ne sont-ce pas les membres du Bildeberg qui sont à la base des projets d'Unité européenne, comme de l'ALENA?

Nous comprenons certes la rancoeur que peut éprouver le "PSUNE" à l'égard du FN. En effet, celui ci existe, alors que le PSUNE n'est que l'émanation virtuelle des délires pagano européens - qui en fait ne sont païens qu'en fantasme, et européen au sens fayen du terme c'est à dire irréaliste - de quelques étudiants mégalos.

Pour conclure, affirmer que le FN est accepté par le système relève encore de la mauvaise foi pure. Est il nécessaire de rappeler les incessantes omerta politiques, les procès, les agressions? Il est aisé de parler "d'opposition au système" lorsqu'on demeure dans le confort virtuel d'un forum politique. Nous sommes néanmoins d'accord sur la nécessaire alliance avec la Russie; celle ci ne passe pas en revanche par la réalisation d'une sructure technocratique supraeuropéenne à laquelle les russes ne souscriront pas.

Afin que cesse la désinformation des "eurosibériens" (eurosicile ça fait petit) tels que vous, nous rappelons que nous prônons une Europe forte, soudés par des traités qui ne remettent pas en question l'existence des nations. Le FN faire le jeu des yankees? C'est l'hopital qui se moque de la charité. Une fois encore n'oublions pas que l'Union Européenne et le marché unique sont des idées élaborées par les financiers et politiciens américains dans le cadre du nouvel ordre mondial. Penchez vous donc sur les déclaratons des Bush, Rockefeller et autres.

Mais si vous autres préférez conférer d'avantage de compétences et libertés aux mains de l'Union, c'est votre choix. Ne vous plaignez pas ensuite de l'existence de lois iniques, d'un Conseil Européen et d'une cour européenne des droits de l'homme qui n'ont de cesse d'imposer leurs dogmes matérialistes, cosmopolites et homophiles. L'armée européenne aurait pu en effet être un gage d'indépendance mais cette "république européenne" à laquelle vous faite référence n'existera jamais, et n'a jamais existé il faut tenir compte de la diversité des peuples européens; nombre d'entre eux ne seront jamais prêt à se délester de leur souverainté au profit d'une oligarchie quelconque, même élue.

Bien à vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 13:19

Citation :
Il s'oppose uniquement au "super état européen" placé sous l'égide du libéralisme.

Il n'y a pas de super-état européen, c'est franchement une vue de l'esprit pour tous ceux qui connaissent le fonctionnement réel de l'Union Européenne. Sur quatre institutions, trois représentent purement et simplement les Etats (la Commission, dont les membres sont choisis par les Etats et les deux Conseils) et le quatrième, le Parlement Européen, qui a peu de pouvoir, n'est pas élu au niveau européen mais par des élections nationales dans chaque pays.
L'Union Européenne n'est libérale que parce que les Etats qui la composent sont libéraux. Donc c'est aux Etats qu'il faut s'attaquer en priorité.

Ce sont en effet des transferts de compétence, librement consenties, mais uniquement dans le domaine économique. Et on notera que des pays comme la Suède, le Danemark et le Royaume-Uni ont pu refuser d'adopter l'euro... Où sont les transferts de compétence en matière politique, en matière militaire ? C'est l'OTAN qui dirige l'Europe, pas l'Union Européenne.

Citation :
Prôner la perte de souveraineté monétaire au profit d'une banque centrale - cas de l'UE aujourd'hui - signifie s'inscrire dans la droite ligne du projet de gouvernement mondial planifié par les élites financières

Nous sommes pour une souveraineté monétaire européenne c'est à dire pour que la BCE soit contrôlée par l'Etat européen.

Citation :
En effet, celui ci existe, alors que le PSUNE n'est que l'émanation virtuelle des délires pagano européens - qui en fait ne sont païens qu'en fantasme, et européen au sens fayen du terme c'est à dire irréaliste - de quelques étudiants mégalo.

Il y a autant de différences, ou aussi peu, entre un irlandais et un géorgien, qu'entre un breton et un basque. Au quel cas, si l'Europe n'existe pas, la France n'existe pas non plus... En fait, la différence entre l'Europe et la France, c'est que la première est une réalité de fait alors que la seconde est une construction politique artificielle aux frontières dessinées par le hasard des victoires et des défaites.

Par ailleurs que vous ayiez un mépris certain pour le paganisme de vos ancêtres est assez troublant pour quelqu'un qui j'imagine se prétend défendre notre identité. Ensuite, en matière de mégalomanie, votre duce de pacotille, un ancien du CNIP (quel mouvement "révolutionnaire" que le CNIP) qui n'a eu le fauteuil de leader minimo que parce que Venner ne l'a pas eu, en est un très bon exemple. Ici, nous rejetons tout principe du chef, mais nous pratiquons le sain principe républicain du primus inter pares. Chez nous, c'est l'esprit républicain, le contraire d'un chef adoubant sa propre fille à la tête d'un parti...

Citation :
Est il nécessaire de rappeler les incessantes omerta politiques, les procès, les agressions?

Tout cela est destiné à tromper le gogo. Il s'agit de maintenir pour ce parti une dimension sulfureuse pour détourner un électorat protestataire dans une voie de garage. Le Pen hier, c'est Besancenot aujourd'hui, à savoir un autre moyen pour la droite et la "gauche" de s'affronter. C'est le propre des partis protestataires de renforcer ceux qu'ils prétendent combattre. Nous ne sommes pas dupes. Il n'est pas une opposition hors du système, il est l'opposition à l'intérieur du système, et bâtie sur les mêmes structures mentales.

La révolution c'est d'abord celle de l'esprit, c'est une mentalité. Qu'elle s'exerce sur un forum ou dans la rue.

Une Europe forte ne sera jamais une Europe divisée, où les ennemis de l'Europe pourront jouer les uns comme les autres. Il ne faut pas oublier que Leç Kaczynski, Vaclav Klaus et Declan Ganley sont quasiment des agents de l'impérialisme américain. Et votre caudillo ne se disait-il pas le "Reagan français"...

En outre nous ne confondons pas l'UE telle qu'elle est, et elle est très insatisfaisante, avec l'UE telle qu'elle devrait être. Nous proposons de réorienter l'Union Européenne, de la révolutionner, afin qu'elle soit telle qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être, le lieu de la réconciliation de tous les Européens dans l'unité politique. Notre Union Européenne n'est pas l'Union Européenne, elle est ce qui la remplacera.

Vous ne faites que protester mais vous ne proposez rien d'adapté à notre époque. Un parti comme le votre, germanophobe et anglophobe, et dont la russophilie actuelle ne s'explique que par son admiration pour un régime plus autoritaire, et qui parvient à une relative indépendance de fait. Mais la France n'est pas la Russie par ailleurs.

Vous n'arriverez jamais à dégoûter vos propres concitoyens de l'Europe, et même la majorité de vos électeurs résiduels ne partagent pas cette europhobie.

Enfin, et si vous nous lisez, vous le comprendrez, nous sommes partisans d'une table rase juridique via l'assemblée européenne constituante. C'est à dire que d'un coup et d'un seul, tous les traités, nationaux et communautaires, depuis 1946 et même avant, seront caduques. Donc nous nous moquons de ces lois que vous évoquez, elles tomberont d'elles-mêmes.

D'ailleurs, dans notre programme, il y a la suppression de la commission européenne, des deux conseils, et pour les traités, comme celui qui a fondé le Conseil de l'Europe et la CEDH, ils n'existeront plus. Ceci dit, vous qui prétendez connaître les institutions européennes, petite info: la CEDH ne fait absolument pas partie de l'Union Européenne.

Ici, nous voulons vraiment bâtir l'Europe, et nous savons que tous ceux qui veulent conserver des souverainetés fantoches le font soit par incapacité historique soit parce qu'ils ont été simplement... achetés. Le commun entre européens, au-delà des divisions artificielles remontant au XIXème siècle, est bien plus important, mais vous ne voulez retenir que la différence. Et en ce domaine, les différences de la France, je ne parle pas des traditions, sont justement que la France est le pays dont le pourrissement est le plus avancé en Europe... avec le Royaume-Uni, pays qui n'a pas l'euro et dans lequel le souverainisme est très fort.

Le souverainisme ne protège de rien... les pays souverainistes (Norvège et Suisse en tête) crèvent des mêmes maux que les autres, et la Russie est en net déclin, malgré les qualités du binôme au pouvoir à Moscou, notamment pour des raisons démographiques et parce qu'il y a encore une grande pauvreté. Donc l'Europe ne s'en sortira qu'unifiée.

Maintenant, si vous n'êtes pas encore mûr pour le comprendre, si vous n'avez pas ôté les ornières que votre parti vous a mis sur les yeux, je n'y peux rien.

PS: vous me parlez de réalisme ? Alors je vais être réaliste, un parti de 37 ans d'âge qui est à 6% dans les sondages, c'est réaliste de le soutenir ? Vous me parlerez à nouveau de réalisme quand vous aurez reconnu ce simple fait. En fait, sous ce terme de réalisme, se cache celui de renoncement.

Par ailleurs, que vous usiez à mon endroit de quelques termes peu amènes me paraît l'illustration que j'ai vu juste et mis le doigt là où cela fait mal.


Dernière édition par Ferrier le Sam 28 Fév - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 13:20

Par ailleurs, si vous voulez débattre pas de problèmes. Mais le but de ceux qui viennent sur ce forum, c'est de connaître nos positions. Le mieux c'est que vous posiez des questions précises sur nos positions sur différents sujets.

Si en revanche vous voulez faire de la propagande, cela s'arrêtera assez vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eisner
Citoyen
Citoyen


Nombre de messages : 77

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 14:59

Il faut arrêter cette discussion qui ne peut mener à rien. Chacun a la droit d'être ou de se faire appeler "souverainiste", "patriote" ou "nationaliste" et de discuter sur le forum en respectant sa charte et sans insulter personne, comme chacun d'être ou de se faire appeler "écologiste", "anticapitaliste", "fédéraliste" ou encore "de droite", "de gauche", "du centre" et d'y venir. Mais, de façon générale, il n'y a pas à dialoguer avec ceux qui viendraient pour faire l'apologie d'une formation politique ou d'un leader.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2109
Localisation : Nation européenne.

MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Sam 28 Fév - 15:28

Shamash a écrit:
Le Front national n'est absolument pas europhobe. Il s'oppose uniquement au "super état européen" placé sous l'égide du libéralisme. Oser affirmer que l'Europe actuelle n'a rien de fédéral, et laisse les nations souveraines relève soit de l'indigence politique et juridique, soit de la bêtise.

Il n'y a pas d'Europe fédérale, cela est une marotte que les Dom quichotte souverainistes nous sortent sans arrêt.

Et je précise que nous ne sommes pas partisans d'une fédération européenne mais d'une République Européenne.

Avec le système fédéral, le "mariage" homosexuel (sic) est reconnu en Espagne mais pas en France par exemple. Avec le système national-européen, il est reconnu partout... ou nulle part. Avec une Europe fédérale l'Espagne aurait le droit de régulariser 700 000 clandestins, avec le système national-européen, pas.

Une Europe-Nation de la renaissance pourrait donc revenir sur tous les égarements décadents des anciens Etats. Une Europe fédérale issue des anciens Etats ne le pourrait pas.

Nous sommes des européanistes (et non européistes), donc pour l’Europe-Nation, ce qui n’est pas exactement une Europe fédérale. C’est donc une structure nationale, pas supranationale, que nous envisageons ici. C’est pourquoi il s’agit bien de soutenir une constitution européenne unique, et pas une supra-constitution.

Shamash a écrit:
Les membres de ce forum devraient à ce titre consulter les différents textes constitutifs des communautés européennes et de l'UE afin de constater les transferts de compétence considérables opérés par les états depuis les années 80.

Ornières europhobes qui empêchent toute analyse lucide. C’est par la volonté des Etats, et conformément aux traités, qui ont été rédigés et signés par les dirigeants de ces mêmes Etats, que l’Union Européenne, par le biais de la Commission, est chargée de libéraliser l’économie européenne, de s’opposer à tout protectionnisme économique européen, et de saboter les acquis sociaux des travailleurs européens si durement acquis après moult luttes, de casser les salaires par l'immigration ou par des délocalisations dans le tiers-monde.

Shamash a écrit:
Prôner la perte de souveraineté monétaire au profit d'une banque centrale - cas de l'UE aujourd'hui - signifie s'inscrire dans la droite ligne du projet de gouvernement mondial planifié par les élites financières; ne sont-ce pas les membres du Bildeberg qui sont à la base des projets d'Unité européenne, comme de l'ALENA?

Il convient de désuniversaliser l’Europe, c’est à dire de pousser l’eurocentrisme au maximum. Armée européenne, Etat européen, police européenne… religion européenne, humanisme européen (droits et devoirs de l’Européen, et pas de “l’homme”, l'anthropocentrisme d'inspiration chrétienne étant remis à sa place). Est-ce que cela existe actuellement ? Non. Est-ce que l'UE défend actuellement cela ? Non.

Shamash a écrit:
Nous comprenons certes la rancoeur que peut éprouver le "PSUNE" à l'égard du FN. En effet, celui ci existe, alors que le PSUNE n'est que l'émanation virtuelle des délires pagano-européens - qui en fait ne sont païens qu'en fantasme, et européen au sens fayen du terme c'est à dire irréaliste - de quelques étudiants mégalos.

Personne ici n'a parlé d' "Eurosibérie". En outre, des suppositions, qui plus est, pour la plupart basées à l'évidence sur des spéculations rapportées, qui ne reposent sur rien, puisque il n'y a pas que des étudiants, ici. Par ailleurs, il est fort mal aisé au Front de critiquer l'Europe et ses institutions puisque c'est essentiellement grâce aux elections Européennes de 1984 qu'il a réellement émergé sur le devant de la scène politique. Parce que le Parlement européen est plus démocratique que celui français (Assemblée + Sénat de gérontes).

Quant au "réalisme", c'est toujours les adeptes de la capitulation en rase campagne qui en parle le plus...

Par ailleurs, je ne veux pas voir de délire paganophobe ici.
Paganisme et christianisme seront considérés d’un point de vue religieux sur un pied d’égalité. En revanche la culture européenne sera mise en avant et de fait, elle sera favorable au paganisme, qui a énormément contribué à l’édification civilisationnelle de l’Europe, et à son identité. Si on songe aux poètes européens du XIXème siècle, presque tous évoquaient en termes très positifs l’antiquité européenne païenne. Il suffit de songer aux Parnassiens français (Leconte de Lisle, De Heredia, Théophile Gautier… etc).

Shamash a écrit:
Pour conclure, affirmer que le FN est accepté par le système relève encore de la mauvaise foi pure. Est il nécessaire de rappeler les incessantes omerta politiques, les procès, les agressions?

La faute à qui ? A Jean-Marie Le Pen qui a ouvert sa gueule sur des sujets qui n'intéressent personne, mais qui font fuir les électeurs à la vitesse de la lumière. Le révolutionnaire ne se définit surement pas par la prise de risque mais par le côté révolutionnaire de son positionnement, de ses propos, c'est à dire par la capacité qu'il a à discerner précisément les postulats du "Système", et à les attaquer, les démolir "au marteau".
Les sujets fondamentaux qui préoccupent les gens, on ne peut plus en parler, ils sont marginalisés, rejetés à la périphérie du débat.

On peut parfaitement proférer d'énormes conneries et risquer gros pour l'avoir fait, cela ne signifie pas avoir dit la vérité, être victime de persécutions judiciaires, fussent-elles injustes et excessives, ne vous donne pas forcément toute légitimité dans votre discours. Par ailleurs cette justification récurrente du bien-fondé de son action politique par le degré persécutoire (en gros : "si on nous persécute c'est qu'on gêne, continuons !"), est une attitude typique des desperados extrémistes, pour ne pas avoir à justifier leur erreurs, et leurs échecs, pour ne pas avoir à se remettre en cause. Attitude irresponsable et non-politique par excellence qui condamnera votre mouvance à rester à jamais dans un douillet placard, lieu où finalement elle n'a jamais été capable d'en sortir.

Shamash a écrit:
Il est aisé de parler "d'opposition au système" lorsqu'on demeure dans le confort virtuel d'un forum politique.
Mets-toi à jour, ce n'est plus le cas, nous n'avons pas que ce forum pour faire connaître nos positions..

Shamash a écrit:
Nous sommes néanmoins d'accord sur la nécessaire alliance avec la Russie; celle ci ne passe pas en revanche par la réalisation d'une sructure technocratique supraeuropéenne à laquelle les russes ne souscriront pas.

C’est parce qu’il y a des Européens de l’Ouest qui leur crachent à la gueule, qui diabolisent Poutine, notamment les dirigeants des actuels Etats… et font ainsi le jeu des Etats-Unis qui veulent, comme les nazis hier, rejeter la Russie en Asie.

Or établir à tout prix une séparation entre Europe et Russie (séparation qui ethniquement, historiquement, géographiquement, culturellement ne repose sur rien de tangible), c'est faire le jeu du Département d'Etat de la thalassocratie américaine, bien content de voir une Europe-puissance, une Europe-Nation qui n'émerge pas.

D'un autre côté, le gouvernement russe souhaite l’aide de tous les Européens pour repeupler la Sibérie, sous-peuplée aujourd’hui, afin d’éviter que celle-ci ne tombe dans les mains de la Chine (notamment démographiquement). La Russie n’a plus la force, seule, d’exploiter la Sibérie, et elle le sait.

Shamash a écrit:
Afin que cesse la désinformation des "eurosibériens" (eurosicile ça fait petit) tels que vous, nous rappelons que nous prônons une Europe forte, soudés par des traités qui ne remettent pas en question l'existence des nations.

Qui a parlé d'Eurosibérie ici ? Nous sommes pour l'Europe, point, même si le concept fayen d'Eurosibérie est comparativement déjà un peu plus pertinent que celui d'Euroméditerranée si cher à Henri Guaino, à Alain Soral ou encore Dominique Strauss-Kahn. Etrange... Cela prouve simplement que vous n'êtes pas les pourfendeurs du dit "Système".

Quant à votre chimérique Europe des nations, c'est un oxymore complet, et je rappelle que ça existe déjà. Ca existait en 1870, 1914, 1939... On a vu le résultat.

Shamash a écrit:
Le FN faire le jeu des yankees? C'est l'hopital qui se moque de la charité. Une fois encore n'oublions pas que l'Union Européenne et le marché unique sont des idées élaborées par les financiers et politiciens américains dans le cadre du nouvel ordre mondial. Penchez vous donc sur les déclaratons des Bush, Rockefeller et autres.

L’ "Europe" n’est libérale que parce qu’elle est conforme à la volonté politique des gouvernements des Etats ; elle pourrait tout aussi bien être socialiste pour les mêmes raisons. Idem pour l'éducation, la santé, les services publics. Ce sont les Etats qui ont sabordé depuis 40 ans leurs systèmes éducatifs respectifs. Idem pour les lois attentatoires aux libertés d'expression.

L’Union Européenne étant chargée des basses besognes, c’est elle qui est montrée du doigt par les souverainistes qui, ce faisant, visent bien mal. Le nouveau héros des "euro-réalistes" est d’ailleurs qui ? Un Irlandais milliardaire Declan Ganley, partisan acharné du libéralisme économique, de l’atlantisme géopolitique, et favorable à l’élargissement de l’UE à la Turquie. Il représente parfaitement le parti américain en Europe dans sa version "neo-cons". Or voilà que Villiers le présente comme sa nouvelle idole, remplaçant l'oligarque Jimmy Goldsmith.

Comme le parti UKIP britannique, comme ce crétin de Vaclav Klaus, ou ce bigot réactionnaire d'extrême droite, russophobe, germanophobe, américanolâtre, adepte du créationnisme, Kaczynski, ces souverainistes sont les meilleurs alliés du Département d'Etat américain et ne combattent pas l’Union Européenne de manière désintéressée.

Donc au mieux les europhobes se battent contre des moulins avec un aveuglement comme le tien qui frise la mauvaise foi, soit ils sont sciemment complices. Dans les deux cas, des idiots utiles.

_________________
- La nature comme socle, l'excellence comme but, la beauté comme horizon. - Μολών Λαβέ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neusp.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...   Aujourd'hui à 13:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Des « souverainistes » aux « anti capitalistes »...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anti-air frigates (Jacob van Heemskerck class)
» Quéffélec en anti-Normand dans Paris Match.
» Tente anti-UV
» Ombrelle vs filet anti - uv
» Video : les missiles mer-mer (anti-navire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: La Nation Européenne - The European Nation-
Sauter vers: