FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yann-Ber TILLENON
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 29

MessageSujet: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Sam 22 Nov - 1:04

Quand on procède à l’étude comparée des civilisations, on s’aperçoit que, comme disait Paul Valéry, toutes sont mortelles. Il en va de même des cultures au sein des macro-civilisations. Les langues, les formes d’art et les techniques n’échappent pas à un cycle quaternaire, et la vie humaine non plus, à l’image du cycle solaire des saisons et des jours : 1. Naissance/ Enfance/ Printemps/ Aube. 2. Jeunesse/ Apogée/ Été/ Midi ; 3. Âge mur/ Début du déclin encore invisible/ Automne/ Soir et crépuscule ; 4. Vieillesse/ Déclin puis disparition/ Hiver/ Minuit.


L’homme est parti prenant de la nature et suit donc (individuellement et collectivement) la même évolution cyclique que l’univers lui-même, les galaxies, les étoiles ( qui ont, elles aussi, quatre phases de vie), les planètes, et tous les organismes vivants, des bactéries aux vertébrés supérieurs en passant par les plantes.


La conception linéaire et progressiste de l’histoire, qui est toujours dominante, est cependant battue en brèche. Le premier à l’avoir mise en cause fut Oswald Spengler en 1921 dans Le déclin de l’Occident. Toute civilisation connaît une naissance et une chute. Mais une nouvelle civilisation prend le relais et sa “graine” existe déjà au moment de la quatrième phase (décadence) de l’ancienne civilisation.


Mais il faut affiner la notion de civilisation. Exactement comme les cycles économiques s’interpénètrent entre petits, moyens et grands cycles , les macro-civilisations (par exemple la civilisation européenne) sont à la fois une succession de méso-civilisations (Antiquité hellénique, Empire romain, Chrétienté médiévale, Temps modernes) qui, elles aussi, connaissent le cycle quaternaire de la naissance à la mort , et aussi une juxtaposition de nations et de cultures proches elles aussi soumises à la même loi.


Mais il ne faut pas oublier aussi qu’il existe une civilisation humaine ( super-macro-civilisation), qui n’était pas http://www.kervreizh.eu/index.php?id=yann-ber_tillenon9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kervreizh.eu
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Sam 22 Nov - 9:46

Le cycle au sens strict est une vision quelque peu dépassée. L'histoire est plus hélicique ("en spirale") que cyclique, car il y a indéniablement un progrès technologique. Il y a donc un axe de progrès autour duquel tournent des cercles. Le XXème siècle est celui du déclin, de l'âge de fer. Ce déclin se perpétuera jusqu'en 2030 environ, puis se mettra en oeuvre la renaissance de la civilisation européenne. Le passage de l'âge du fer à l'âge de l'or, se fera soit par une prise de conscience, un réveil salutaire à temps, soit plus durement, mais il se fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann-Ber TILLENON
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 29

MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Sam 22 Nov - 20:17

La matière est animée par des périodes, des cycles d’ordre complexes ; qu’on songe à celui du carbone. Il en est de même de l’histoire humaine. Le dogme progressiste apparu au XXVIIIe siècle, affirmant une progression continuelle de l’humanité, d’un passé rustique et primitif vers un avenir meilleur et radieux, est définitivement insoutenable.

L’homme actuel, y compris des spécialistes en prospective, s’imagine souvent que dans mille ans l’homme aura conquis le système solaire, que l’intelligence artificielle sera partout, etc. En réalité, le futur est imprévisible. Dans les années 60, personne n’aurait imaginé qu’en 2008, il n’y aurait aucune base sur la Lune et plus aucun transport supersonique, que le communisme aurait implosé et disparu avec l’URSS . Personne n’aurait imaginé non plus les ordinateurs personnels, l’explosion d’Internet, le retour en force de l’islam.

Jamais, à aucune époque, on n’a pu prévoir correctement, même dans ses grandes lignes, la suivante. La prospective n’est pas une science exacte. Une seule chose est sûre : le monde futur, même à moyen terme celui du milieu du XXIe siècle, sera très différent de ce que prévoient aujourd’hui les différentes écoles de prospective. La seule certitude absolue que peuvent avoir les prospecteurs et diagnostiqueurs du futur, c’est qu’ils se trompent.

Très rares ont été les grands événements historiques qui ont été prévus et devinés, même par les analystes et historiens les plus fins. La France et l’Allemagne se sont engagées dans la folie furieuse de la Première guerre mondiale en croyant que ce ne serait qu’une promenade militaire de quelques mois, sans prévoir une seconde qu’elle serait une boucherie de cinq ans qui sonnerait le glas de la puissance européenne.

En 1932, tout le monde donnait Hitler pour fini et l’année d’après, le IIIe Reich débutait. Personne, pas même les jacobins, n’imaginait, au moment de la convocation des États généraux de 1789 que cinq ans plus tard la monarchie vieille de neuf siècles serait abolie et le Roi décapité. La plus grande surprise de l’histoire récente a été l’effondrement brutal de l’URSS, sans violence, qu’aucun intellectuel n’avait vu venir.

L'histoire est bien le lieu par excellence des surprises. Les formes historiques sont imprévisibles et la seule chose qui est prévisible, c’est l’alternance des naissances, des apogées et des déclins. Il en est de même pour chaque individu : il est impossible de prévoir de quoi demain sera fait ; la seule certitude, c’est que, demain, un jour futur, on vieillira et l’on mourra.

L’histoire est courbe, tout comme l’univers. Mais l’homme, qui est placé en un point tangent à la courbe, projette son propre moment historique de manière linéaire, droite, rationnelle. Or l’histoire continue à être courbe et ne suit pas les prévisions des hommes, qui sont pourtant ses propres acteurs. Un peu comme si un homme, assis dans un train qui se dirige apparemment vers l’ouest, vers l’océan par exemple, se disait : “ dans une heure, j’arriverai au bord de la mer ”. Or, ce voyageur ne se rend pas compte que la voie suit en réalité une courbe à très grand rayon et s’imagine que le train file sur une ligne parfaitement droite. Au bout d’une heure, ce n’est plus vers l’ouest que file le convoi, mais vers le nord et le voyageur ne rencontrera jamais la mer!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.kervreizh.eu
Algiz
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 365
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Sam 22 Nov - 20:28

Ferrier a écrit:
Le cycle au sens strict est une vision quelque peu dépassée. L'histoire est plus hélicique ("en spirale") que cyclique, car il y a indéniablement un progrès technologique. Il y a donc un axe de progrès autour duquel tournent des cercles. Le XXème siècle est celui du déclin, de l'âge de fer. Ce déclin se perpétuera jusqu'en 2030 environ, puis se mettra en oeuvre la renaissance de la civilisation européenne. Le passage de l'âge du fer à l'âge de l'or, se fera soit par une prise de conscience, un réveil salutaire à temps, soit plus durement, mais il se fera.

Très juste, il n'y a de répétition qu'à travers les étapes suivies par l'évolution, mais pas de véritable rechute au point 0.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cycas
Préfet
Préfet


Nombre de messages : 693

MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Sam 22 Nov - 20:40

Ferrier a écrit:
Le cycle au sens strict est une vision quelque peu dépassée. L'histoire est plus hélicique ("en spirale") que cyclique, car il y a indéniablement un progrès technologique. Il y a donc un axe de progrès autour duquel tournent des cercles. Le XXème siècle est celui du déclin, de l'âge de fer. Ce déclin se perpétuera jusqu'en 2030 environ, puis se mettra en oeuvre la renaissance de la civilisation européenne. Le passage de l'âge du fer à l'âge de l'or, se fera soit par une prise de conscience, un réveil salutaire à temps, soit plus durement, mais il se fera.

Idée rassurante que cette hélice mais pas forcément vraie.
Le progrès technologique peut bien être poursuivi par d'autres civilisations qui prendraient le relais. C'est d'ailleurs la thèse défendue par Spengler déjà cité, pour lui, dans l'homme et la technique, l'homme "occidental" transmet ses savoirs techniques au tiers-monde qui usera de ses savoirs en se retournant contre celui qui l' a formé.
Si les peuples européens continuent à ne plus procréer comme c'est le cas actuellement, la belle jambe que de savoir que le progrès technologique continue.
L'hélice n'est pas une évidence, il faut aller tordre le cycle.

Ferrier a écrit:

Ce déclin se perpétuera jusqu'en 2030 environ, puis se mettra en oeuvre la renaissance de la civilisation européenne. Le passage de l'âge du fer à l'âge de l'or, se fera soit par une prise de conscience, un réveil salutaire à temps, soit plus durement, mais il se fera.

Pourquoi en es-tu si sûr ? Si c'est inéluctable alors arrêtons le combat.
Qu'est-ce qui te permet de dire qu'en 2030 l'Europe va renaître ? Sur quoi te bases-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Sam 22 Nov - 21:00

Si l'Europe meure, personne ne prendra sa suite, voilà ma première conviction.

En accord avec M. Tillenon sur le fait que l'histoire demeure ouverte, que l'impossible peut demain être possible.

Enfin, pourquoi je suis sûr ? Parce que la théorie cyclique accompagne le principe de l'éternité du monde. Aussi, l'Europe est éternelle, elle fait partie de cet axe cosmique qui n'est jamais soumis aux cycles. Ainsi dans la tradition germanique, Yggdrassil survit. Le pilier de l'univers, axis mundi, est le principe d'éternité. En ce sens, l'hélice s'enroule autour de ce pilier. Si la renaissance de l'Europe a lieu, c'est que nous aurons été les instruments de l'histoire, les instruments de cette renaissance. Aussi nous devons faire notre devoir d'européens, oeuvrer pour l'Europe, et le reste suivra.

Le destin a cette complexité qu'il ne devient réalité que si chacun fait son devoir. Le meilleur exemple est celui d'Achille face à son destin - soit il choisit de ne pas aller à Troie et il mourra de sa belle mort mais ses arrière-petits-enfants oublieront jusqu'à son nom, soit il va à Troie, il obtiendra la gloire éternelle mais il y mourra. En vérité, son destin est tout tracé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alexandre
Citoyen
Citoyen


Masculin Nombre de messages : 58

MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Dim 14 Déc - 20:57

Citation :
L'histoire est plus hélicique ("en spirale") que cyclique, car il y a indéniablement un progrès technologique. Il y a donc un axe de progrès autour duquel tournent des cercles.

Exactement, merci de mettre des mots sur ce concept que je partage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hellenisme.bloguez.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance   Aujourd'hui à 16:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Naissance, apogée, déclin, mort et renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» 1087 - Mort de Guillaume le Conquérant à Rouen ...
» Paulo le poulpe est mort !!!!!!!!!
» Forum Mort Sûre
» Questions sur la vie apres la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Histoire de l'Europe - History of Europe-
Sauter vers: