FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ragnarök, un mythe chrétien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 25 Mai - 13:27

Ragnarök, un mythe chrétien.


Lorsque l’on étudie la mythologie germano-scandinave et qu’on la compare aux autres mythologies indo-européennes, une particularité étrange est le caractère mortel donné aux dieux, alors que par principe les divinités sont immortelles. Différents mythes laissent à penser que celui du Ragnarök, du « destin des puissances », improprement appelé « crépuscule des dieux », n’est pas d’origine.

Le combat du dieu de l’orage et du serpent du chaos est un mythe classique dans les mythologies indo-européennes, et pourtant le fait même que Thor meure lors d’un ultime combat opposé à ce dragon constitue une anomalie. Alors que Zeus triomphe de Typhon, que le hittite Tahrunt vainc Illuyanka, qu’Indra écrase Vritra, Thor doit s’y prendre à plusieurs reprises pour en venir à bout. Un premier mythe montre Thor sur une barque écrasant de son marteau la tête du serpent Jormungandr. Si, comme il est vraisemblable de le penser, Thor a pu vaincre Jormungandr, ce dernier n’est plus là pour le combattre lors de Ragnarök. Par ailleurs, de nombreuses autres anomalies apparaissent concernant les autres divinités d’Asgard, notamment le rôle de Loki ou encore celui d’Hel.

Prenons le cas emblématique de Loki, version scandinave d’Héphaistos, et comme lui dieu ambigu, certes ami des dieux, architecte d’Asgard, mais aussi malicieux et parfois perfide. Loki ne saurait en aucun cas être considéré comme un dieu purement maléfique, loin s’en faut, et on ne l’imaginerait donc pas prendre faits et causes pour les géants, à supposer que ces derniers l’acceptent en leur sein d’ailleurs. Or que lui reproche-t-on ? D’avoir perfidement causé la mort du dieu Baldr, en manipulant son frère aveugle Hödr. D’avoir empêché Balder de sortir du royaume des morts, Helheimr, en se déguisant sous les traits d’une vieille femme lui manifestant son hostilité. La mort de Balder par son frère rappelle étrangement l’assassinat d’Abel par Caïn, et de manière fortuite, le nom d’Abel ressemble partiellement à celui de Balder. De même que Caïn était incité à cet acte par Satan, de même Hödr agit sous l’influence de Loki. Le nom de Loki a par ailleurs été rapproché de Lucifer, autre nom de Satan, ce qui laisse fortement penser que Loki a été démonisé sous l’influence chrétienne. Nous passons donc d’un Loki « trickster » à un Loki purement négatif. La même chose peut être dite de la déesse Hel, déesse des enfers réservés aux morts sans gloire, à ceux qui n’étant pas tombés au combat n’accèdent pas au jardin d’Asgard, au Valhöll. Le royaume d’Hel, comme l’Hadès grec, est sombre et peu réjouissant mais il n’a rien à voir avec l’enfer chrétien, lieu de tourments. Or la vision finale d’Hel, en tête des troupes de géants conduisant des vaisseaux faits à partir des ongles des morts, tout cela contraste radicalement avec la vision païenne du monde, vision tragique certes mais lumineuse ; cela la fait apparaître sous des traits exagérément démoniaques. Songeons également que le parallèle d’Hadès et d’Hel est renforcé par l’existence d’un même chien gardien des Enfers, et d’origine indo-européenne, Garmr/Cerbère (*Kerberos).

L’image que toutes les forces du mal s’associent, par une étrange simultanéité, pour affronter les dieux dans un ultime combat, à savoir les destructeurs officiels, le serpent Jormungandr et le loup Fenrir, mais aussi Loki, Hel et les hordes de géants, et qu’Odhinn était au courant du fait que ce jour arriverait, et qu’il n’aurait donc rien fait pour l’empêcher, tout cela ne correspond pas à des mythes païens traditionnels. Par ailleurs, le destin est l’apanage des Nornes, totalement absentes dans le mythe du Ragnarök.

Plus surprenant, et plus significatif peut-être, est le sort du monde après Ragnarök, où ne survivent que quelques dieux, un couple de mortels et l’arbre Yggdrassil. On s’étonnera d’ailleurs de constater que le serpent Niddhögr dans l’ultime combat ne rencontre pas son ennemi naturel, l’aigle Hraesvelgr, placé à l’autre extrémité de l’arbre. Le seul dieu majeur qui semble survivre est Balder, l’Ase blanc, le dieu bon, seul des dieux donc à n’avoir aucun pêché à se reprocher, et je n’ai pas choisi le terme de « pêché » par hasard. Dans une Scandinavie chrétienne, où la sexualité est moralisée, les dieux, multipliant les conquêtes féminines, commettant meurtres ou larcins, sont forcément des pêcheurs impénitents. Dans la mort, lors de Ragnarök, ils payent ainsi leurs actes, ils en assument les conséquences, même s’ils meurent dans l’honneur, surtout Thor, en détruisant les forces du chaos. Le dieu majeur qui survit, lui qui pourtant est mort et s’est retrouvé dans Helheimr, c’est donc Balder. Un dieu qui meure et qui renaît, cela ne vous rappelle rien ? Le mythe de Jésus bien évidemment, mort sur la croix puis qui a connu la résurrection. De plus, Balder, qui est la version scandinave du dieu Apollon, et qui est également un dieu solaire comme son cousin grec, a été de toutes évidences récupéré par les chrétiens pour en faire la version païenne du Christ. On se souviendra qu’à la fin de l’empire romain, l’empereur Constantin lui-même avait associé au Christ la symbolique du dieu du soleil (son char tiré par des chevaux blancs, le surnom de Sol Iustitiae, « soleil de justice », attribué à Jésus, et enfin le svastika). En outre, une des étymologies du nom du dieu serait « Seigneur », ce qui est tout de même troublant. A côté de Balder ne survivent que des dieux mineurs, allégories divinisées, comme Magni, « la Force ». Par ailleurs ce titre de « père universel », Alfadir, donné à Odhinn, père de Balder, semble présenter le roi des dieux comme une version païenne du Dieu chrétien.

Comment peut-on alors reconstituer la partie païenne, et authentique, du mythe du Ragnarök, à partir du moment où ce dernier apparaît comme une relecture chrétienne de la mythologie scandinave par Snorri Sturluson. La mythologie grecque peut sans doute nous y aider. Les Olympiens ont en effet dû combattre des géants dans une guerre âpre à l’issue de laquelle ils sont sortis vainqueurs. Voilà comment on peut interpréter le mythe originel. Au début du monde, les dieux d’Asgard (et de Vanaheim) ont certainement eu à mener une guerre contre les géants et à les vaincre. De même, Thorr a pu vaincre Jormungandr et parcourir le monde pour tuer de son marteau les derniers géants. La relecture chrétienne déplace chronologiquement cette guerre vers la fin du monde, expression en elle-même monothéiste, et en modifie la fin. Certes les dieux sont vainqueurs mais ils meurent, et le seul dieu survivant est trop proche de l’image solaire attribuée au Christ pour que cela soit un hasard. En clair, Snorri Sturluson a offert aux dieux de ses ancêtres une belle mort, et a ouvert une autre ère historique, celle de la Scandinavie chrétienne. Le paradis païen cède la place au paradis chrétien. Thorr, qui a été le dieu honoré par la résistance païenne par excellence, disparaît. Et Balder et le blanc Christ (Hvati Krist) deviennent un seul et même dieu. Snorri permet ainsi aux gens de son peuple de passer au christianisme sans mauvaise conscience, puisque les vieux dieux ont fait leur temps, et son morts avec courage. Il n’y a plus donc de raison de les honorer autrement que par la nostalgie du poète.

En ce sens, les Asatruar, les païens modernes, dans la version germano-scandinave, ne peuvent pas intégrer dans la mythologie authentique Ragnarök et doivent y voir la marque des vainqueurs chrétiens. L’immortalité des Aesir n’est donc pas à remettre en cause, et il ne faut pas craindre leur disparition finale ni une prétendue fin du monde. Le culte des saints fut introduit afin de créer un substitut de compensation aux dieux ancestraux. Saint Oswald parcourt ainsi le monde accompagné de deux corbeaux et de deux loups. Saint Pierre, dans sa version germanique, possède une clé en forme de marteau. Et parfois, de nuit, la Mesnie Hellequin, avec Odhinn ou avec le roi Arthur en tête de cette armée des morts, traverse le ciel. Retourner au paganisme germano-scandinave n’a de sens que si c’est pour se tourner vers sa version originelle, non contaminée par la mythologie chrétienne.


Thomas FERRIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nikaar
Préfet
Préfet


Masculin Nombre de messages : 775
Localisation : lille

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 25 Mai - 15:43

Comme je le demande sur FOD, n'existe t-il pas de preuves archéologiques de l'existence du Ragnarok chez les peuples germaniques païens ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 25 Mai - 18:34

nikaar a écrit:
Comme je le demande sur FOD, n'existe t-il pas de preuves archéologiques de l'existence du Ragnarok chez les peuples germaniques païens ?

A priori, non. Ou de date tardive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nikaar
Préfet
Préfet


Masculin Nombre de messages : 775
Localisation : lille

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 25 Mai - 19:07

J'ai en effet toujours trouvé étrange que les Dieux ( et notamment Odin) sachant que ce qu'il allait arriver, aient laissé les forces du chaos se développer pour finalement déclarer la guerre aux Ases.

Cependant derrière cette apparente faiblesse, ne peut on pas y voir également une démonstration que même les dieux sont soumis au décrêt des Nornes ?

Alors certes beaucoup de points laissent penser à une christianisation du récit. D'autant que l'origine de Snorri en tant que clerc, a très certaiment influencé ses écrits.

Il n'est donc pas facile de trier le bon grain de l'ivraie. C'est le défaut des traditions uniquement orales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 25 Mai - 19:07

Pas exactement. Plus au moment de la christianisation. Un argumentaire des chrétiens pour encourager la conversion, sans attaquer frontalement la foi des païens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 25 Mai - 19:10

nikaar a écrit:
Cependant derrière cette apparente faiblesse, ne peut on pas y voir également une démonstration que même les dieux sont soumis au décrêt des Nornes ?

Mais justement où sont passées les Nornes dans cette affaire ? Par ailleurs le paganisme c'est "prendre le destin à la gorge" et pas subir passivement le sort. Des dieux qui attendent tranquillement une mort qu'ils savent arriver, cela te paraît des dieux dignes d'être honorés par les anciens, je ne le crois pas. Si les derniers païens croyaient que Thor allait les délivrer du christianisme, c'était parce qu'ils avaient de l'espoir pour l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigfried
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 33
Localisation : Nation Européenne

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 21 Juin - 20:22

Je ne prétends pas affirmer la vérité, précisé-je, mais j'ai appris que les Ases comme les Vanes devaient être non pas vénérés mais considérés comme des membres de la famille, ou une idée proche, ainsi un dieu qui n'avait pas rempli son office pouvait se voir refuser des offrandes temporairement du fait qu'il n'avait pas aidé le Scande...

Les Ases eux-mêmes, il me semble, sont des adaptations de dieux greco-romains ou proches, peut-être est-ce ici que je l'avais lu... Ase, c'est très proche d'Asie, quand même... La mythologie est tellement compliquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Dim 21 Juin - 20:24

Rien à voir avec l'Asie. Les Ases, Aesir en scandinave, viennent de la racine indo-européenne *ansus, "divinité, esprit divin", terme qu'on retrouve en Inde pour désigner une classe de dieux, les Asura. Voir aussi le nom du dieu suprême zoroastrien, Ahura Mazda, "l'esprit sage".

Les dieux germaniques proviennent des dieux indo-européens comme les dieux grecs ou romains. Tu trouveras dans la rubrique "religions européennes" toutes les informations nécessaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ragnarök, un mythe chrétien !   Aujourd'hui à 18:01

Revenir en haut Aller en bas
 
Ragnarök, un mythe chrétien !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RUDOLF STEINER - LE MYSTÈRE CHRÉTIEN ET LES MYSTÈRES ANTIQUES introd PAR ÉDOUARD SHURE
» Bourassa, Jeannette Chrétien,
» PRC : Parti Républicain Chrétien
» Cette vidéo démontre la haine islamiste envers les chrétiens !!!
» Énigme n°10 - Moule pour les croix chrétiennes et marteaux de Thor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Les religions européennes / European religions-
Sauter vers: