FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'esperanto ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Europe-Liberté
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Cernay la ville

MessageSujet: L'esperanto ?   Sam 17 Mai - 22:18

Pourquoi l’esperanto comme langue commune en Europe ?

Pour commencer :

- C’est une langue neutre qui ne privilégie personne, elle permet la communication des peuples entre eux, sans utiliser une langue nationale, favorisant l'un ou l'autre. C'est une langue plus facile d'apprentissage que l'anglais, et cela permettrait de se libérer de l'asservissement de cette langue, symbole de l'hégémonie américaine.
- C’est une langue dont les bases sont mondiales et suivent les logiques du cerveau. (Conçue avec précision, l’esperanto est facile à apprendre, seul ou par correspondance. Sa facilité résulte d’une grammaire régulière et d’un système de dérivation qui permet de créer, d’une façon naturelle, les mots, à partir de racines internationales.)
- C’est une langue de partages qui n’appartient à aucun peuple mais a tout le monde, ayant une culture commune séparée et ne nuisant pas aux cultures nationales (Par l’esperanto, chacun peut établir, non seulement des contacts plus directs et sans discrimination avec des personnes ou familles de culture différente, mais aussi contribuer à la réalisation d’une communauté transnationale, dans le respect de toute identité.).
- L’esperanto est une langue transnationale dont le nom signifie : « celui qui espère ».

Slogans :
- « Chacun sa langue, une langue pour tous »
- « L’Europe pour s’entendre, l’espéranto pour se comprendre »
- « Bienvenue pour une Culture partagée »
- « Une langue en partage »

L’esperanto, solution simple et logique aux problèmes de communication en Europe et permettant de préserver le multilinguisme en Europe, et développer la diversité culturelle en Europe.

La population Européenne parle très mal l’anglais, la réalité est bel et bien que l’anglais est réservé à une élite, l’Esperanto est bien plus simple, certaines personnes l’ont apprise en 40 jours, et l’ont apprise partout dans le monde, face aux difficultés qu’ils rencontraient avec l’anglais. Autre point pour prouver que l’anglais ne fonctionne pas à cause de sa difficulté, baladez vous dans une ville et interrogez les gens en anglais, combien vont savoir correctement vous répondre à peu près correctement ? Très peu, et cet exemple marche partout en Europe mais aussi dans le monde… l’esperanto est donc la seule solution logique.1 heure par semaine du CM2 au bac constitue une solution pratique simple et efficace valorisant alors les autres langues du fait qu'elles seront choisies.
L’esperanto servant de pont entre les peuples et les cultures, pourra grâce aux gains de temps, entrainer les choses suivantes :
La non obligation de choisir l’anglais en 1ère langue, pourra encourager à choisir d’autres langues et ainsi participer au développement du multilinguisme en France et en Europe, encourageant comme enseignement toutes les langues. Actuellement, les élèves ont peu de temps pour apprendre d’autres langues que les classiques, mais si un élève veut apprendre par plaisir le Breton, le Béarnais, le Basque, comment fait-il dans un système éducatif de langue monopolisé par l’Anglais ? Sans oublier que les heures économisées grâce à l’esperanto permettront en plus aux élèves de pouvoir choisir d’éventuelles autres options, développant ainsi la diversité culturelle et le partage (Musique, Arts divers, activité manuelle, sports, culture).

La question du chômage Prof et Traducteur :

Vous me direz, cela va créer du chômage, mais qu’est-il entrain de se passer avec les restructurations de l’éducation, il faut faire des économies, autant les faire utiles, de plus il y aura toujours besoin de prof d’anglais, d’espagnol, de russe, …etc, car il y aura toujours des personnes qui voudront être interprète. Pourquoi vu qu’il y aura l’esperanto ? L’esperanto n’a pas vocation à remplacer les interprètes loin de là ! Réfléchissez, vous partez en voyage en Grèce, avec un guide, que choisissez vous : un traducteur gréco-esperanto ou gréco-français ? Bien sur le gréco-français, par contre, grâce au double affichage européen en esperanto, vous pourrez vous repérer partout grâce à l’esperanto, pouvoir aller acheter du pain, aller dans les grandes surfaces tout sera traduit, et grâce a sa simplicité, beaucoup plus de personnes pourront communiquer entre elles, aller dans les ¾ des boutiques d’Europe, les commerçants ne parlent pas anglais, pas espagnol où très mal. Il y aura donc toujours besoin d’interprètes (de plus il y aura toujours des textes nationaux écrits à la base dans la langue nationale, et donc à traduire, sans forcément passer par l’esperanto dans ce cas) donc de cours d’anglais, mais pas pour tous. Ce qui entrainera forcement des économies au niveau de l’éducation national (plusieurs milliards par an. De plus les coûts de traduction des textes européens seront diminués, grâce a la logique de l’esperanto, 1 mot = 1 sens, a l’inverse d’autres langues ou 1 mot = plusieurs sens, ce qui a entrainé dans l’histoire de nombreuses erreurs, et donc des pertes de temps, d’argent, d’efficacité et du gâchis de papier (soyons écologistes tout le temps)…problème de chômage ? Non, pensez vous que des personnes soient payées juste pour traduire les textes internationaux ?...

Information supplémentaire : Le Rapport Grin prévoit une économie nette pour la France de 5,4 milliards d’Euros par année, et près de 25 milliards pour l’Europe entière. (François GRIN, Professeur, Université de Genève, Directeur adjoint du Service de la Recherche en Education. Rapport établi à la demande du haut conseil de l’évaluation de l’école.).


Texte de Christian Garino (Fondateur et Porte-parole d’Europe-Liberté) sur l’esperanto :

La configuration géopolitique actuelle et la dislocation des réseaux sociaux nous obligent à réveiller notre citoyenneté, avec le défi de l'Europe à la clé : indépendance et arbitrage. Pas question de se payer de mots comme souvent en politique mais de démontrer le réalisme du "libres ensemble"! Pour cela l'union a une priorité, celle d'une communication ouverte et équitable que seule aujourd'hui l'esperanto assume dans la dignité et la cohérence. Ce doit être un choix actif qui nous implique dans le rapport à la fois démocratique et pratique, sans lequel le pouvoir de décision nous échappe. Fédérons nos Libertés !
Parlons en, parlons nous !

Europe - Liberté « Libre Ensemble »

Jérémy Bizet, Président d’Europe-Liberté.

http://europe-liberte.i-clic.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://europe-liberte.i-clic.net
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Sam 17 Mai - 23:02

Je vous renvoie au fil suivant:

http://socialiste.forumactif.com/la-nation-europeenne-the-european-nation-f1/la-langue-unitaire-europeenne-t5342.htm

Et notamment à la page 5 sur l'europaio:

http://socialiste.forumactif.com/la-nation-europeenne-the-european-nation-f1/la-langue-unitaire-europeenne-t5342-60.htm

Citation :
C’est une langue neutre qui ne privilégie personne, elle permet la communication des peuples entre eux, sans utiliser une langue nationale, favorisant l'un ou l'autre.

Mais elle n'est pas spécifiquement européenne.

Citation :
- C’est une langue dont les bases sont mondiales

Un autre défaut. Nous voulons unifier l'Europe, et non le monde. L'Europe en tant qu'état constitué est une finalité pour nous et pas une étape. Nous ne pouvons défendre qu'une langue unitaire dont les bases soient exclusivement européennes.

Citation :
- C’est une langue de partages qui n’appartient à aucun peuple mais a tout le monde

Nous voulons que la langue unitaire soit l'apanage des Européens.

Bien cordialement et merci de contribuer au débat par ces premiers messages Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Europe-Liberté
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Cernay la ville

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 9:44

De rien ^^

Je debat autant que je peux parmis les personnes ayant envi de debatre

Pour l'esperanto, comme dis dans un autre poste, (ou je pense on va continué le debat) etait crée pour unifiier le monde, mais faut pas réver, alors on peut revoir l'objectif, unifier l'Europe.

Moi je garde malgré tout une part de "souverainisme" (mot mal employer", car une langue commune oui, mais pas la disparition de nos langues, n'est ce pas ?

Pour cela qu'il faut une seconde langue simple, pas aussi complexe que l'indo-européen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://europe-liberte.i-clic.net
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 9:54

Citation :
Moi je garde malgré tout une part de "souverainisme" (mot mal employer", car une langue commune oui, mais pas la disparition de nos langues, n'est ce pas ?

Citation :
Pour cela qu'il faut une seconde langue simple, pas aussi complexe que l'indo-européen

Justement, si elle est trop simple, elle représente un danger plus fort de voir la disparition des autres langues. Or l'indo-européen, comme le latin par ailleurs, permettrait davantage de préserver les autres langues. Comme tu le liras dans un autre fil, préserver les langues d'Europe est aussi nécessaire.

Si en Bretagne demain on n'apprenait que le breton et l'europaio, et pas le français, cela ne serait pas un problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Europe-Liberté
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Cernay la ville

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 9:58

Ferrier a écrit:
Citation :
Moi je garde malgré tout une part de "souverainisme" (mot mal employer", car une langue commune oui, mais pas la disparition de nos langues, n'est ce pas ?

Citation :
Pour cela qu'il faut une seconde langue simple, pas aussi complexe que l'indo-européen

Justement, si elle est trop simple, elle représente un danger plus fort de voir la disparition des autres langues. Or l'indo-européen, comme le latin par ailleurs, permettrait davantage de préserver les autres langues. Comme tu le liras dans un autre fil, préserver les langues d'Europe est aussi nécessaire.

Si en Bretagne demain on n'apprenait que le breton et l'europaio, et pas le français, cela ne serait pas un problème.

Bien sur preserver les langue d'europe est tres important, tant le français que le bretons, l'alsacien, le corse...

L'esperanto, et c'est pour cela que nous le defendons justement evite, par sa simplicité de nuir au autre langue, voir l'exemple actuel de l'angalis, on passe telement de temps a essayer de l'apprendre, que on en neglige le français, alors que si en 4-5 ans les gens parle courament l'esperanto, cela laissera plus de temps a l'apprentissage des langues etrangere, regional et meme le français, sans parlé des economies, car les prof faut les payer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://europe-liberte.i-clic.net
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 10:00

Honnêtement, à part en France où on a un problème avec les langues, l'anglais est considéré comme une langue plutôt facile. Et il faut voir en Allemagne et dans les pays scandinaves notamment les dégâts. L'esperanto ce pourrait être pire.
Je reste sur l'idée qu'on a un problème d'apprentissage des langues, et les Français sont franchement à la traîne en ce domaine. En un an, un russe peut parler quasiment parfaitement français...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Europe-Liberté
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Cernay la ville

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 10:14

l'allemagne et les pays scandianve ok, mais allez en grece, au portugal, dans les pays balte et de l'europe central, l'anglais est encore plus catastrophique qu'en France, en Hongrie l'esperanto est deja casi plus apprise que l'anglais, en 2009 Europe Démocratie Esperanto sera en hongrie, en france, en allemagne etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://europe-liberte.i-clic.net
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 10:21

Europe-Liberté a écrit:
l'allemagne et les pays scandianve ok, mais allez en grece, au portugal, dans les pays balte et de l'europe central, l'anglais est encore plus catastrophique qu'en France, en Hongrie l'esperanto est deja casi plus apprise que l'anglais, en 2009 Europe Démocratie Esperanto sera en hongrie, en france, en allemagne etc...

Comme je l'ai dit, je ne pense pas qu'un parti à vocation européenne doive présenter comme aspect essentiel une question de nature linguistique. Il faut un projet politique global. Je n'ai rien en soi contre l'esperanto, je sais qu'il y a des militants très courageux qui en font la promotion, mais d'un point de vue politique, cela me paraît inapproprié. Nous avons eu un débat intéressant sur europaio/esperanto, mais la langue unitaire c'est une question pour le moment de militants de la cause européenne, cela ne parle pas au plus grand nombre.

Avant de vouloir avoir une langue unitaire, il faut déjà susciter un véritable soutien à la cause européenne, et on en est loin. Et en matière d'apprentissage des langues, oui les Français ont du mal avec l'anglais mais n'oublions pas qu'ils ont aussi du mal avec le français... moi personnellement, de mon expérience, j'ai constaté que l'anglais avait énormément progressé dans les pays d'Europe centrale, justement parce que ces pays lorgnent sur Washington et rejettent Moscou. Le russe recule d'ailleurs. Or, la position de l'Europe vis à vis des USA me paraît plus importante que de savoir si la langue unitaire serait l'anglais, l'europaio, l'esperanto, le latin... etc

Je sais d'ailleurs qu'il y a aussi des groupes qui militent pour le latin comme langue européenne.

Maintenant, toute initiative qui va dans le sens de l'Europe est en soi positive. Nous essayons quant à nous de pouvoir mettre en place une liste européaniste, avec un programme complet, pour les prochaines élections. Le souci est évidemment le financement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Europe-Liberté
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 22
Localisation : Cernay la ville

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Dim 18 Mai - 10:24

Le financement je vous comprend bien, nous on rame beaucoup, mais on va pouvoir etre present partout en France, et nous pronnons l'esperanto c'est vrai mais dans le cadre d'un projet, un projet qui porte une envi d'une meilleur democratie en Europe, qui actuellement n'existe pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://europe-liberte.i-clic.net
hloben
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 1

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Sam 20 Sep - 19:53

bonjour ...
je me permets de rouvrir cet ancien débat, j'ai lancé la même question sur un autre forum... et voici la synthèse que j'en ai tirée
(excusez la longueur du texte : c'était un débat de 40 pages de posts !!)

«Toute vérité franchit trois étapes. D’abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence.» - Arthur Schopenhauer, philosophe

CONSTAT SITUATION ACTUELLE - LA TOUR DE BABEL

Le choix des langues de travail de l'UE est un enjeu de pouvoir favorisant les anciennes grandes puissances coloniales par rapport aux pays plus petits. Pire, contrairement à ce qu'on entend parfois, nous n'allons pas vers un trilinguisme, mais vers un bilinguisme (langue maternelle + anglais). Ceci parce qu'il faut des milliers d'heures d'apprentissage et de pratique pour pouvoir converser dans une langue étrangère : le trilinguisme à à ce stade une utopie.

Actuellement, l’engouement pour l’anglais que les parents d’élèves mettent presque systématiquement en première langue n’est pas le signe d’une particulière affinité pour la culture anglaise. Ces parents imaginent une société où la langue anglaise sera partout pratiquée et veulent donc donner cet outil à leurs enfants. Mais ce faisant, ils contribuent à rendre réelle cette prédominance de l'anglais par le simple fait qu’ils y croient

Or les Européens ne sont pas égaux face à l'anglais. Les Germains (allemands, néerlandais, scandinaves...) sont avantagés par rapport aux Latins : ils retrouvent dans la langue anglaise beaucoup de similarités. Les Latins pour leur part y retrouvent la moitié de leur vocabulaire et sont donc avantagés par rapport aux Slaves et aux Baltes. L’adoption de l’anglais comme moyen de communication internationale crée une hiérarchie entre les peuples : elle n’est pas démocratique.

Les pays anglophones en retirent d'ailleurs un bien plus important rayonnement culturel, une préférence à l'embauche pour leurs ressortissants dans les organisations européennes et internationales et surtout des avantages économiques très importants. Ils profitent de l'immense marché de la formation, ceci aux frais des les pays non anglophones qui acceptent de faire de l'anglais «la langue internationale».

A ceux là, il en coûte des milliards pour apprendre l'anglais à leurs jeunes. Mais quand ces derniers ont atteint l’âge adulte, cet investissement s’avère si peu efficace que les Etats doivent engloutir de nouveaux milliards en coût de formation pour adultes, de traduction, d'interprétariat.

A ceci s'ajoute l'investissement gigantesque en temps d'étude. Si vous avez un niveau correct en anglais, vous avez consacré plusieurs milliers d'heures à son étude, des milliers d'heures que les natifs ont pu utiliser soit pour l’étude du chinois ou de l’arabe, soit pour approfondir leur discipline d'origine. Un spécialiste japonais disait qu’avec le temps qu’il avait consacré à l’anglais, il aurait pu passer un doctorat supplémentaire !

PRESENTATION DE L'ESPERANTO

l'Esperanto est une langue construite mise au point par le Dr Zammenhof à la fin du XiX siècle afin de faciliter la communication entre les peuples.

Cette langue est bien plus simple et bien plus rapide à apprendre que n'importe quelle langue nationale (4 à 8 fois plus selon diverses sources). La grande différence entre l’espéranto et une langue natinale est le fait qu'elle n'est pas l'aboutissement d'une évolution hasardeuse au cours des siècles, mais qu'elle a été pensée dès le départ avec le seul objectif de permettre la communication entre les individus et entre les peuples avec le minimum d’effort.

Sa grammaire se base sur 16 règles sans exception. La terminaison d’un mot indique sa nature (o pour les noms, a pour les adjectifs, e pour les adverbes, i pour l’infinitif des verbes, etc.) Une série limitée de préfixes et de suffixes permet de moduler le sens des mots à partir d’une racine slave, germanique ou latine. Ceci facilite l'acquisition du vocabulaire.

L'esperanto n'est pas pauvre, il peut éviter bien des périphrases. Son vocabulaire peut rentrer dans un tableau à double entrée.

REPROCHES FAITS A L'ESPERANTO

On reproche parfois à l'Esperanto son manque de "bagage culturel". En fait, on dit souvent que l'Esperanto est neutre culturellement puisqu'il n'appartient à aucun pays ou ethnie (c'est d'ailleur cela qui fait sa force en tant que langue internationale). Ceci dit, son créateur l'a mise au point en suivant ses valeurs pacifistes et humanistes. L'Esperanto se crée petit à petit sa propre histoire, c'est celle portée par ses locuteurs qui forment une sorte de "diaspora" (3 millions selon wikipédia)

On reproche également parfois à l'Esperanto d'être "trop européen" pour être considéré comme une langue internationale.

Or, les découvertes de Lejzer ZAMENHOF sont le fruit de la comparaison systématique des langues qu'il pratiquait. Dès sa petite enfance, Lejzer, qui vivait dans un milieu polyglotte, comprit qu'une langue n'est pas à confondre avec son vocabulaire. Une langue est une manière de manipuler le vocabulaire, un système grammatical. Pour chaque structure grammaticale, Lejzer ZAMENHOF a fait l'inventaire des formules possibles, les intégrant toutes dans son projet de langue internationale.

Lejzer ZAMENHOF analysa le fonctionnement des langues agglutinantes telles que le finnois, l'estonien, le hongrois et le turc, et des langues isolantes telles que le mongol et le chinois. On sait qu'il effectua ses observations de linguistique comparée lors de ses études de médecine à Moscou, ceci grâce aux contacts directs qu'il avait avec des étudiants venus de toutes les régions linguistiques du vaste empire russe.

La mise au point du système grammatical de l'espéranto s'est déroulée de manière inverse à celle de la recherche lexicale. C'est pour cette raison que grammaticalement et sémantiquement l'espéranto est une langue plus asiatique qu'occidentale, plus sémitique que slave, plus slave que germanique, et finalement plus germanique que latine, tandis que lexicalement elle est plus latine que germanique, plus germanique que slave, plus slave que sémitique, et plus occidentale qu'asiatique.

Ceux qui viennent à l'Esperanto se sentent rapidement à l'aise dans leur langue d'élection, car ils trouvent toujours en elle un terrain favorable consistant en un minimum suffisant de ressemblances avec leur propre idiome.

Les Latins chérissent les parentés lexicales, les Germains sont à l'aise dans la manipulation des affixes qui précisent le sens des mots, les Slaves trouvent l'essentiel de leur sémantique et de leurs attitudes stylistiques, les Sémites jouissent des similitudes du système verbal et du groupement du lexique en famille de mots. Ceux qui parlent une langue agglutinante telle que le turc ou le japonais, ou isolante telle que le chinois ou le vietnamien, apprécient les analogies dans le mécanisme de la formation des mots.

L'ESPERANTO : UN DEFI POUR L AVENIR

Si l’Esperanto devenait une des langues officielles de l'Union européenne, il ferait concurrence à l’anglais et aux autres langues européennes en quelques décennies. (l'effet domino pourrait se poursuivre sur les autres continents)

Si l’Esperanto devenait la première langue étrangère dans toutes les écoles de tous les pays de l'Union européenne, les enfants européens, pourraient, indépendamment de leur langue maternelle, parler, correspondre et se comprendre après un ou deux ans. Ils disposeraient ensuite pour apprendre la troisième langue, de toutes les heures actuellement consacrées la deuxième.

Si l’Espéranto devenait une langue intermédiaire (langue de relais) pour les interprétations et traductions, le travail au sein de l'Union européenne serait considérablement simplifié et des économies seraient faites. Il n’y aurait plus besoin d’interprètes pour chaque couple de langues. Les interprètes traduisant entre l’espéranto et leur propre langue devraient suffire.

L'Esperanto serait une solution plus démocratique car, à ce jour, de nombreux représentants ne maîtrisent pas assez bien l’anglais pour pouvoir ou oser débattre avec celui dont l’anglais est la langue maternelle. Ils préfèrent se taire. Plus démocratique également, car l’homme de la rue pourrait suivre ce qui se passe dans l’administration de l'Union européenne et de ce fait le sentiment d’aliénation que beaucoup ressentent aujourd’hui se réduirait.

Devons-nous pour autant nous isoler du monde anglophone? Certainement pas. Les anglophones finiront par accepter que l’anglais ne soit plus une langue internationale, tout comme nous avons accepté que notre propre langue n’était pas une langue internationale.

Sans doute peut-on penser que, dans 20 ans, la Chine aura remplacé les Etats-Unis d’Amérique en tant nation dominante. Ce n’est en tout cas pas exclu. Elles sera bientôt la langue la plus rencontrée sur Internet. Trois fois plus de personnes ont le chinois pour langue maternelle que de personnes l’anglais. Est-il pensable que la Chine publiera le résultat de ses recherches en anglais? Non, nous finirons par apprendre le chinois si nous ne nous investissons pas dans l’Esperanto.

Voulez-vous que la plupart des langues soient considérées comme des langues de seconde classe dans un monde où l’élite parlera anglais ou chinois? Voulez-vous que les futures générations passent le plus clair de leur vie scolaire à apprendre la langue de l’élite sans y réussir parfaitement?

Si vous choisissez de soutenir un monde multilinguistique et multiculturel, vous choisirez forcément de soutenir l’Esperanto. Il n’y a pas d’autre option. Choissez une langue. Demain, il sera trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 14

MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Mar 21 Oct - 21:45

hloben a écrit:

L'ESPERANTO : UN DEFI POUR L AVENIR

Si l’Esperanto devenait une des langues officielles de l'Union européenne, il ferait concurrence à l’anglais et aux autres langues européennes en quelques décennies. (l'effet domino pourrait se poursuivre sur les autres continents)

Si l’Esperanto devenait la première langue étrangère dans toutes les écoles de tous les pays de l'Union européenne, les enfants européens, pourraient, indépendamment de leur langue maternelle, parler, correspondre et se comprendre après un ou deux ans. Ils disposeraient ensuite pour apprendre la troisième langue, de toutes les heures actuellement consacrées la deuxième.

Si l’Espéranto devenait une langue intermédiaire (langue de relais) pour les interprétations et traductions, le travail au sein de l'Union européenne serait considérablement simplifié et des économies seraient faites. Il n’y aurait plus besoin d’interprètes pour chaque couple de langues. Les interprètes traduisant entre l’espéranto et leur propre langue devraient suffire.

L'Esperanto serait une solution plus démocratique car, à ce jour, de nombreux représentants ne maîtrisent pas assez bien l’anglais pour pouvoir ou oser débattre avec celui dont l’anglais est la langue maternelle. Ils préfèrent se taire. Plus démocratique également, car l’homme de la rue pourrait suivre ce qui se passe dans l’administration de l'Union européenne et de ce fait le sentiment d’aliénation que beaucoup ressentent aujourd’hui se réduirait.

Devons-nous pour autant nous isoler du monde anglophone? Certainement pas. Les anglophones finiront par accepter que l’anglais ne soit plus une langue internationale, tout comme nous avons accepté que notre propre langue n’était pas une langue internationale.

Sans doute peut-on penser que, dans 20 ans, la Chine aura remplacé les Etats-Unis d’Amérique en tant nation dominante. Ce n’est en tout cas pas exclu. Elles sera bientôt la langue la plus rencontrée sur Internet. Trois fois plus de personnes ont le chinois pour langue maternelle que de personnes l’anglais. Est-il pensable que la Chine publiera le résultat de ses recherches en anglais? Non, nous finirons par apprendre le chinois si nous ne nous investissons pas dans l’Esperanto.

Voulez-vous que la plupart des langues soient considérées comme des langues de seconde classe dans un monde où l’élite parlera anglais ou chinois? Voulez-vous que les futures générations passent le plus clair de leur vie scolaire à apprendre la langue de l’élite sans y réussir parfaitement?

Si vous choisissez de soutenir un monde multilinguistique et multiculturel, vous choisirez forcément de soutenir l’Esperanto. Il n’y a pas d’autre option. Choissez une langue. Demain, il sera trop tard.

L'immense avantage d'un point de vu politique, c'est l'unification par le sentiment d'appartenance en très peu de temps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'esperanto ?   Aujourd'hui à 16:33

Revenir en haut Aller en bas
 
L'esperanto ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» orthographe contre ortograf, le duel
» Österreichische Nationalratswahlen : SPÖ weiter vor ÖVP
» Projet d'introduction de l'esperanto
» Synthèse - l'Esperanto, un défi pour l'Europe
» Quelle langue commune en Europe? Esperanto? Anglais? autre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Education et jeunesse - Education and youth-
Sauter vers: