FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1er mai, debout travailleurs européens !

Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: 1er mai, debout travailleurs européens !   Mer 30 Avr - 23:03

Travailleurs européens, hommes comme femmes, du public comme du privé, en ce 1er mai 2008, nous honorons la mémoire des artisans du socialisme en Europe, de cette longue tradition de combat, aujourd’hui provisoirement épuisée, alors que les syndicats officiels s’alignent sur le patronat, alors que les mouvements de « gauche » ont abandonné la lutte sociale pour leur peuple, y compris ceux qui en son sein sont les plus démunis, pour se consacrer à la défense exclusive d’un prolétariat d’importation et pour favoriser le libertarisme des jeunes bourgeois des centres urbains. Tout cela n’est pas le socialisme, tout cela n’est pas la gauche, c’est même son antithèse qui usurpe ces nobles titres.

1er mai, à Rome c’est le premier jour du mois consacré aux maiores, aux anciens comme aux ancêtres. Et c’est pourquoi il ne faut pas oublier le sacrifice au travail de millions d’européens des générations précédentes, européens qui se sont saignés aux quatre veines pour assurer à leur descendance un sort meilleur, qui se sont sacrifiés pour rien quand on voit ce qu’il est fait de leur héritage. 1er mai chez les Celtes, c’est la fête de Beltaine, la fête qui annonce l’été et honore Lug, le dieu polytechnicien, dieu protecteur des travailleurs, « saint » patron de tous les métiers. 1er mai, fête depuis 1886 des socialistes européens, qui se rassemblent pour saluer la mémoire des combattants de la gauche authentique, qui se rassemblent aussi pour témoigner de leur solidarité dans l’action et de la légitime colère populaire face à une droite qui leur a toujours menti et face à une « gauche » qui les a toujours trahis.

Où sont aujourd’hui les Blanqui et les Proudhon levant bien haut l’étendard rouge de la révolution ? Où sont les Guesde et les Jaurès debout pour proclamer les droits des travailleurs ? Où sont les Fourier, les Owen, les Cabet, rêvant d’un monde meilleur ? Où sont les Saint-Simon et les Mazzini du XXIème siècle appelant à l’émergence d’une Europe unifiée et socialiste ? La grande tradition socialiste, de Leroux à Sorel, a été abandonnée, a été méprisée, a été oubliée, et aujourd’hui nous avons décidé de renouer avec le fil de cette tradition de lutte, de refus de transiger, de refus de se soumettre à un prétendu réalisme, qu’il soit politique, économique, social ou civilisationnel.

Nous avons décidé au PSUNE, aussi peu que nous puissions être pour le moment, de ne jamais reculer, de ne jamais transiger avec ceux qui brisent les acquis sociaux des travailleurs de notre peuple et qui sapent les fondements même de la civilisation européenne. L’Europe est la patrie de la démocratie ; elle est aussi la patrie du socialisme. Mais nous avons décidé aussi de combattre ceux qui ont décidé de renoncer à ce que nous puissions demeurer être, et ceux qui n’ont pas voulu, par complicité ou par lâcheté, s’opposer au nouveau modèle social, économique et culturel qu’on veut imposer à tous les pays du continent et dont notre nouveau président, mais cela aurait été la même chose si son adversaire féminine et « de gauche » l’avait emporté, est le porte-parole.

Notre programme ambitionne, rien que cela, de contribuer au relèvement de la civilisation européenne et au progrès social qui l’accompagnera naturellement. A l’heure où l’on parle de pouvoir d’achat, les travailleurs européens doivent savoir qu’on les a sacrifiés sur l’autel du libéralisme économique et du globalisme généralisé à tous les domaines, et qu’ils n’auront pas de lendemains qui chantent, et leurs enfants encore moins. Alors, certes, il y a des pays qui, au prix de nouveaux sacrifices, comme le Danemark, montrent une autre voie à suivre, une voie où le chômage est faible et où, au lieu d’importer de la main d’œuvre à bas coûts comme le préconise à tort Nicolas Sarkozy avec son « immigration choisie », on constate une élévation générale du niveau de vie et des salaires des travailleurs danois. Mais leur système est instable, car soumis à un contexte politique particulier, peu susceptible de durer, puisque le premier ministre danois veut ramener le Danemark dans le rang. L’exception danoise va donc très probablement être tuée et avec elle un exemple de contre-modèle économique. Or ce que vit actuellement le Danemark, non seulement il serait possible de la maintenir avec la politique économique et sociale que nous préconisons, mais même d’aligner l’ensemble du continent européen sur ce modèle, à rebours du catastrophique « modèle » britannique, qui a pourtant leurré un certain nombre de ténors de la prétendue « gauche » « européenne ».

Si une certaine forme de gauche existe, certes très critiquable quant à ses positions morales et qui se réduit souvent dans les faits à des propositions démagogiques, car ne remettant pas en cause le système économique même de l’Europe actuelle, à l’instar de Die Linke en Allemagne, avec le courageux Oskar Lafontaine mais aussi avec malheureusement le néo-communiste Gregor Gysi, ou encore du Parti Socialiste néerlandais, en expansion, dont nous regrettons les positions anti-européennes et celles concernant la question migratoire, cette « gauche » canada-dry, « gauche » populiste, n’a pas les solutions pour l’avenir du continent européen et ne cherche pas à en avoir. « Gauche » qui fait le jeu de la droite par sa nature même. « Gauche » réformiste, même quand elle prend un ton extrémiste, gauche qui transige, gauche qui se couche, et pas du tout une gauche révolutionnaire, pas du tout une gauche qui proclame son socialisme, même si modéré par le fait même que la nature humaine ne se prête guère à la mise en œuvre d’utopies, un socialisme qui garde donc les pieds sur terre, et qui ne tombe pas dans les anathèmes sectaires. Pas du tout un mouvement socialiste et européaniste déterminé à mettre en œuvre une révolution politique, juridique et pour le sujet qui nous importe ici économique et sociale, comme le nôtre. Au service des Européens et des Européennes, du moins de l’écrasante majorité d’entre eux, qu’ils soient ouvriers, employés, fonctionnaires, paysans ou patrons de PME. Il s’agit ni plus ni moins de faire tomber l’oligarchie politico-économique qui tend à régenter la vie de notre continent, et en triomphant d’elle en Europe, mettre à bas sa version mondialisée. Si l’Europe unie, de l’Islande à la Russie, fait sécession du mondialisme, alors c’est le mondialisme qui sera mis à bas, et l’Europe pourra renaître, pourra se relever.

Aussi, en ce premier jour du mois de mai de l’année 2008, je vous invite à garder l’espoir, même quand l’avenir paraît sombre, que des nuages noirs apparaissent déjà à l’horizon. Tôt ou tard, aujourd’hui ou dans vingt ans, le Soleil, qu’on peut aussi appeler du nom d’Apollon ou du gaulois Belenos, traversera ces nuages de ses rayons, vaincra les ténèbres qui s’abattent sur l’Europe, et brillera de mille feux, comme il le fit du temps de Périclès, du temps d’Auguste, du temps de la Renaissance, du temps de la Révolution et de celui de la Belle Epoque, avant que l’Europe ne tombe dans les guerres civiles où elle a ruiné sa puissance, où elle a perdu les meilleurs de ses fils. La renaissance de la civilisation européenne, les lendemains qui chantent pour les travailleurs européens, c’est possible mais cela sera le fruit du courage, le fruit de la persévérance, le fruit enfin du combat, du combat politique comme du combat social.

Travailleurs européens, ne suivez pas ces mauvais bergers qui vous flattent d’un côté pour mieux vous trahir de l’autre. Pour l’Europe sociale contre l’Europe du capital, pour l’Europe européenne contre l’ « Europe » internationaliste, soutenez le seul mouvement socialiste qui n’a pas renoncé, qui ne vous abandonnera jamais, soutenez le Mouvement Euro-socialiste, soutenez le PSUNE !


Thomas FERRIER
Secrétaire Général du PSUNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1er mai, debout travailleurs européens !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lève-toi, tiens-toi debout, bats-toi pour tes droits
» Les travailleurs victimes de syndicats faibles
» nos députés Européens ( activités)
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» L'IABD et la numérisation du patrimoine culturel européen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: PSUNE - NEUSP :: Editoriaux du PSUNE - Editorials of the NEUSP-
Sauter vers: