FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eternel retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cycas
Préfet
Préfet


Nombre de messages : 693

MessageSujet: Eternel retour   Mar 1 Jan - 15:11

Que signifie l'éternel retour de Nietzsche pour vous ? Comment le comprenez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eternel retour   Mar 26 Juin - 15:29

As-tu lu "Ainsi parlait Zarathoustra", et/ou, "Par-delà bien et mal" ?
Revenir en haut Aller en bas
Théophraste Lemarchand
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 3

MessageSujet: Re: Eternel retour   Jeu 5 Mar - 0:33

L'idée part d'une erreur de raisonnement scientifique : certains physiciens de l'époque avaient prétendu que, le nombre d'atomes dans l'univers étant fini et le nombre des combinaisons entre atomes étant également fini, il était fatal que le cosmos, après un laps de temps suffisamment long, retombât dans un état antérieur et que, donc, le monde allait recommencer à l'identique tout son périple. Nietzsche prit ce raisonnement pour argent comptant et en tira les conséquences philosophiques : chacun revivrait éternellement et à l'identique, la vie qu'il aura déjà vécue une infinité de fois. Si le raisonnement physique initial est faux - on le sait pertinemment aujourd'hui - la conclusion philosophique ne lasse pas d'être correcte et profonde : il faut vivre chaque instant de sa vie comme si on devait le revivre à l'identique pour toute l'éternité, il faut vouloir ce que l'on serait prêt à vouloir pour l'éternité. L'Éternel retour nietzschéen est un mythe personnel, ce n'est pas un concept, c'est un jeu, par lequel on se propose de passer : si on choisit quelque chose, c'est-à-dire un état, par exemple un état de bonheur, à ce moment-là, il faut réaliser que cet état est lié par des liens de nécessités à d'autres états, il faut alors les accepter. Le jeu est difficile, Nietzsche affirmait qu'il peut rendre fou: quoi que je veuille, je « dois » le vouloir de telle sorte que j'en veuille aussi l'éternel retour, pour éviter les « demi-vouloirs » qu'on ne veut qu'une fois.



Dernière édition par Théophraste Lemarchand le Dim 23 Aoû - 23:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Eternel retour   Jeu 5 Mar - 12:39

Si la thèse strictement cyclique est dépassée, c'est parce qu'elle oublie la notion de mouvement de l'axe. En clair, ce n'est pas un éternel retour mais un système en hélice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théophraste Lemarchand
Pérégrin
Pérégrin


Masculin Nombre de messages : 3

MessageSujet: Re: Eternel retour   Jeu 5 Mar - 18:20

Il est vrai qu'aucun argument ne parvient à évincer l'hypothèse d'un passé sans commencement.

Déjà, prétendre que Dieu est immunisé au principe de causalité mais qu'il est nécessaire parce que tout a une cause est une pétition de principe (special pleading). Une régression à l'infini supposerait ici un passé sans commencement ; puisqu'il ne peut y avoir de situation précédant l'apparition du temps.

Si une partie d'entre eux assertent que sans commencement, il ne pourrait y avoir de temps ni même de causalité, ils n'expliquent pas pourquoi.

Certains attestent que le passé sans commencement est paradoxal : "si, face à une infinité de jours, je retranche un jour ou j'en ajoute un, il restera une infinité de jours : ∞ + 1 = ∞ et ∞ - 1 = ∞. Donc cela ne change rien, ce qui est absurde." Mais il reste  fallacieux car il ne tient pas compte du fait qu'il existe en réalité différente sorte d'infini. Certes, ∞ + (ou -) 1 = ∞, mais le nouvel infini obtenu sera différent. Le + 1 ou - 1 ajoute ou retranche un élément unique, et avec ou sans lui, ce n'est plus le même infini.

D'autres soutiennent que la notion d'infini est "potentiel" car elle consiste à ajouter indéfiniment des éléments à un ensemble : comme compter de 1 jusqu'à "l'infini", à chaque fois je peux ajouter + 1, mais je n'arriverai jamais à compter jusqu'à l'infini. Il est fallacieux puisque nous parlons d'un passé sans  commencement, ce qui signifie que nous n'avons pas de point de départ pour le décompte. On peut supposer l'idée d'un passé sans commencement et non un commencement infiniment loin dans le temps, il est malgré tout possible de passer de A à B : une infinité d'intervalle entre deux positions n'empêchent pas de passer d'un point A à un point B ; une infinité de valeurs se trouvent entre 0 et 1, mais cela n'empêche nullement d'avancer de plus d'un mètre.

Quant au Dieu d'Abraham, il est affirmé par l'argument du Kalam
1. Tout ce qui commence à exister a une cause.
2. Une chose ne peut être sa propre cause.
3. L'univers a commencé à exister.
4. Donc l'univers a une cause autre qu'elle-même.
5. Cette cause est Celui que l'on nomme Dieu.
Déjà l'argument part d'une généralisation, d'un principe qu'il considère comme vrai mais qui n'a pas été démontré (quelques exemples ne peuvent prouver qu'un principe est universel, il faut au contraire le vérifier pour chacune des choses). Il sous-entend que l'univers a une cause transcendante (hors du temps et de l'espace), et il se sert d'une généralisation quotidienne ; hors, jusqu'ici, nous constatons bien que toute chose physique causée a une cause qui est temporelle et spatiale, donc chaque chose physique qui a une cause a une cause physique de son existence, alors que selon l'argument du kalam, l'univers est une chose concrète qui a une cause qui n'est pas physique. L'argument suppose très étrangement que le principe de causalité est déjà en place. Si Dieu a causé la causalité, il n'a pu le faire que parce que celle-ci existait au préalable, mais une cause première atemporelle est supposée être inchangée (sinon il existe au moins 2 situations, l'une précédant l'autre qui serait causée par un changement quelconque), et surtout elle ne serait pas cause première puisque la nouvelle situation a dû être causée par quelque chose d'autre qu'elle-même, ainsi, Dieu ne pourrait être cause de son changement (Or, en créant le monde, la situation de Dieu a inévitablement changé), ni de sa pensé "de créer l'univers", ce qui ramène l'univers a un infini. Ils s'en excusent en disant que Dieu est hors du temps, le temps aurait donc été créé avec l'univers, donc il ne peut y avoir de situation qui précède au temps, il faut alors supposer que le temps existe pour pouvoir être créé, ce qui est plutôt contradictoire.

L'hypothèse la plus logique serait que le temps et l'espace sont apparus avec l'univers, non causé ; qu'il n'y avait rien avant le commencement de l'univers, non pas une situation mystérieuse que nous nommons "rien", mais qu'il n'y avait simplement pas de situation précédant le commencement de l'univers. Si on considère que le postulat de causalité est absolu (sauf pour Dieu, étrangement), il nous est impossible de donner un contre exemple. Ce n'est pas parce que chaque chose commençant à exister qui est contenue dans l'univers aurait une cause que l'univers lui-même aurait pour autant une cause, puisque qu'une règle qui s'applique au sein d'un ensemble ne s'applique pas forcément à l'ensemble lui-même, car s'il est indéniable que chacune des composantes d'un avion, prises séparément, n'ont pas la capacité de voler, cela ne signifie pas pour autant que l'avion soit incapable de voler. Ainsi d'autres hypothèses sont possibles et bien plus plausibles qu'une cause non causée ("Dieu") : Passé infini et univers éternel, temps cyclique, commencement de l'univers par une fluctuation quantique, multivers etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Eternel retour   Ven 6 Mar - 13:13

Je pense qu'avant l'univers (avant le big bang), il existait de toute éternité un espace d'énergie, qu'on pourrait appeler "soupe d'énergie" ou "chaos". Il y a donc un commencement, un changement d'état. Mais pas nécessairement de fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eternel retour   Aujourd'hui à 15:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Eternel retour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» y a-t-il un point de non retour ?
» Retour à la maison après accouchement - pas de voiture!
» retour de couche
» retour du Sénégal...voyage initiatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Culture européenne - European culture-
Sauter vers: