FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Russie et l'Union Européenne (II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 28 Oct - 23:22

La Russie et l’Union Européenne.


Vladimir Poutine, en 2005, évoquait avec des accents gaulliens « la Grande Europe de l’Islande à l’Oural et par extension au Pacifique », ce qui suscita beaucoup moins de réactions que l’évocation de la « maison commune européenne » par Mikhail Gorbatchev, à l’exception de l’italien Berlusconi parlant de la nécessité d’intégrer la Russie dans l’Union Européenne, ce qui n’eut aucune suite. Depuis 2005, de nombreuses questions politiques, économiques et géopolitiques en général se sont mis sur la frontière entre la Russie et le reste de l’Europe, une nouvelle fracture du continent grandement favorisé par les USA et le parti américain en Europe.


L’encerclement de la Russie.


Les USA pratiquent depuis que la Russie a renoncé à sa faiblesse sous la direction d’Eltsine, ami d’oligarches qu’il a contribué à enrichir sur le dos du peuple russe, la stratégie du python, c'est-à-dire de l’étranglement, qui abouti à refroidir les relations entre la Russie et ses partenaires européens, en somme à la repousser en Asie. Il s’agit pour ces russophobes modernes, comme pour ceux de sinistre mémoire, rejoignant paradoxalement le courant eurasiatique défendu par certains penseurs russes, de rejeter une Russie, qui serait rétive à la démocratie, à l’Est, de nier au peuple russe son évidente européanité.

La première manœuvre fut de favoriser dans certains ex-pays soviétiques les forces libérales-atlantistes qui cherchent à émanciper leur pays de toute tutelle, ou même influence, russe. Le moyen est de soutenir des révolutions colorées, comme la révolution orange ukrainienne, afin de déstabiliser leur grand voisin, de le pousser à la faute diplomatique. Cela a échoué en Belarus, même si Poutine est lucide sur Loukachenko et si les relations Russie-Belarus sont désormais froides, mais cela a réussi en Ukraine, avec la victoire en 2005, et à nouveau en 2007, de la coalition orange, et ce même si le président Ioutchenko n’est pas l’atlantiste et russophobe que certains media ont présenté. Sa future premier ministre, Timochenko, est en revanche plutôt sur cette ligne. Poutine lui-même a déclaré n’avoir rien contre l’entrée de l’Ukraine dans l’Union Européenne, mais est violemment hostile en revanche à tout élargissement de l’OTAN, vue comme une organisation au service exclusif des USA.

Par ailleurs, la défaite de Schröder en Allemagne et le départ de Chirac en France, parallèlement à une hausse forte de la russophobie en Europe médiane, surtout dans les pays baltes et en Pologne, ont contribué à isoler diplomatiquement la Russie de l’Union Européenne, et ce même si devant les caméras un Sarkozy et un Poutine sont très souriants.

Les conséquences ne se sont pas fait attendre. Depuis plusieurs mois, les Etats-Unis poussent la Pologne et la Tchéquie à accepter sur leur sol différents éléments d’un système de bouclier anti-missiles, prétendument pour protéger l’Europe de l’Ouest d’une menace iranienne. Le président Poutine a estimé que ce projet était une véritable déclaration d’hostilité à l’égard de son pays, et a proposé des solutions alternatives aux américains, solutions rejetées. Certes Washington, confronté à une Russie déterminée, semble mettre de l’eau dans son vin, proposant une participation des Russes à l’élaboration de ce bouclier. Avec le changement politique en Pologne, la défaite du premier ministre pro-américain Jaroslaw Kaczynski, et alors que les opinions polonaises et tchèques sont très hostiles à ce projet, il est probable que celui-ci sera ralenti et peut-être même qu’il ne verra pas, souhaitons le, le jour. Par ailleurs, la Pologne et la Lituanie ont fait échouer la signature d’un pacte énergétique Russie-UE sous le prétexte que ces deux pays étaient victimes d’un embargo russe sur leur viande. Et d’une manière générale, les anciens satellites de l’Union Soviétique, parfois victimes pendant la seconde guerre mondiale d’une cruelle triple occupation, soviétique puis nazie puis à nouveau soviétique, provoquent la Russie en remettant en cause le rôle de l’armée rouge.


La question du Kosovo.


Ayant déjà abordé cette question dans un précédent article, je ne reviens pas au cœur de cette problématique complexe, maintenant l’idée qu’une réconciliation entre tous les acteurs, Serbes et Albanais, est indispensable, et que soutenir un camp plutôt que l’autre ne servirait pas la paix dans cette région de notre continent, mais sur le fait que la Russie s’est emparée de cette question, et se distinguer par sa position serbophile d’une position plutôt albanophile de l’Union Européenne, position fortement soutenue par ailleurs par les Etats-Unis. Ces derniers soutiennent l’indépendance pure et simple du Kosovo, les alliés traditionnels de la Serbie comme la Grèce et la Russie y étant opposés, l’Union Européenne étant partagée. La Russie a fait remarquer que si on acceptait l’idée de l’indépendance du Kosovo, pourquoi refuser celle de la Transnistrie moldave, de l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. Mais justement pourquoi la refuser ? La solution serait donc de réunir autour de la table l’Union Européenne, les pays balkaniques liés à l’affaire (le Kosovo bien sûr, la Serbie, l’Albanie, la Macédoine et le Monténégro) et la Russie, en écartant les USA aussi bien que l’ONU, en somme en faisant du Kosovo une affaire strictement intra-européenne. La Serbie doit être pleinement soutenue dans son processus d’intégration à l’Union Européenne, processus qui doit concerner tous les pays de l’ex-Yougoslavie et l’Albanie par ailleurs, et une large réconciliation doit être menée, y associant pleinement la Russie.


De la démocratie en Russie.


Le principal argument qu’on oppose aux partisans, comme l’est le PSUNE, de l’intégration rapide de la Russie dans l’Union Européenne, outre les arguments économiques - que ne semblent pas considérer en revanche les partisans de la Turquie, c’est le manque de démocratie dans la Russie poutinienne. Certes, nous ne sommes pas naïfs en croyant à une Russie modèle de démocratie en Europe et loin de là. Bien sûr, il y a un système Poutine dans la Russie contemporaine, ce dernier ayant de fait un certain contrôle sur les media et des liens avec le milieu économique. Bien sûr, même si les élections russes se déroulent de manière parfaitement démocratique, et alors que le soutien populaire à l’égard de Poutine est réel et n’est pas le fruit de manipulations médiatiques, il est évident que l’opposition n’a pas forcément la liberté d’action qu’elle devrait avoir droit, et on y viendra avec l’exemple de feue Rodina, mais de qui vient la critique ? Du gouvernement américain, dont les liens avec l’oligarchie pétrolo-financière sont bien connus – on pourrait d’ailleurs attendre longtemps l’élection d’un président sorti du sérail. D’une présidence qui après avoir été celle du fils de son père, G.W. Bush, pourrait bien être celle de la femme de son mari, H. Clinton. Le journal « Marianne » ne dénonce-t-il pas chaque semaine le système économico-médiatique du nouveau président français. Et les media italiens de gauche ne protestaient-ils pas contre le politicien affairiste et président de chaînes de télévision Silvio Berlusconi.

Enfin, n’oublions pas que le « bon » Eltsine, le meilleur ami de tous les oligarches, avait toutes les grâces auprès des dirigeants des pays d’Europe occidentale, mais que les Russes savent quel fut pour eux le lourd prix de sa présidence.

Les prochaines élections législatives russes de décembre 2007 sont une illustration des difficultés de la jeune démocratie russe. Le parti du président, Russie Unie, est largement en tête avec plus de 45% des voix dans les sondages, et près de 55% même dans l’hypothèse où Vladimir Poutine mènerait la campagne, et les autres partis sont bien loin devant. La règle d’une proportionnelle tempérée à 7% des voix pourrait d’ailleurs dans ce contexte éliminer certains groupes politiques du la Douma actuelle. Ce système reste plus démocratique que la règle des 10% en Turquie ou que l’absence totale de proportionnelle en France ou au Royaume-Uni. Le gouvernement russe fait ceci dit pression sur ceux qui proposeraient une alternative politique.

Prenons l’exemple du mouvement Rodina, « création » de Poutine pour affaiblir le KPFR, le parti communiste russe de Ziouganov, et qui fit plus de 9% des voix aux élections de la fin 2003. Lorsque Rodina, ayant à sa tête Dmitri Rogozine, ancien dirigeant du Congrès des Communautés Russes, un mouvement défendant les russes installés dans les anciennes républiques soviétiques, voulut s’émanciper de la tutelle du pouvoir, ce dernier, avec l’aide de Jirinovski, y mit fin, sous le prétexte d’une campagne trop radicale de Rodina à Moscou. Rogozine fut contraint à démissionner de la direction de Rodina, et Rodina fusionna avec d’autres mouvements pour donner Russie Juste, un parti de gauche sociale-démocrate destiné à servir d’opposition idéale à Russie Unie. Dans ces élections russes, la gauche nationale issue de Rodina, et qui a abandonné le nouveau parti Russie Juste, tente d’avancer réunie, sous l’égide du mouvement Patriotes de Russie de Semiguine. Ce mouvement s’est en effet allié avec le nouveau parti de Rogozine et Savelyev, « Grande Russie », parti que le gouvernement n’a pas voulu autoriser, et d’autres mouvements comme le Parti de la Renaissance de la Russie de Seleznev. Il est crédité de 4% dans les sondages, bien loin de la barre des 7% nécessaire. Le mouvement de Sergei Babourine, autre ancien de Rodina, l’Union Populaire, qui a remplacé la Volonté du Peuple (Narodnaya Volya), ne pourra pas se présenter. Le nationalisme russe sera donc probablement représenté au parlement par Jirinovski et son LPDR, parti totalement rallié à Poutine, et qui sera bien loin de ses 23% de 1993, et « Patriotes de Russie » finira peut-être dans le même état que la gauche nationale Samoobrona aux élections polonaises d’octobre 2007.

En fait, si Russie Unie fait un trop bon score, ce mouvement risque d’exclure du parlement tous les autres partis, à l’exception très probable du KPFR de Ziouganov, qui sera alors la seule opposition au cœur de la Douma, ce que Poutine souhaite éviter. Aussi, il est possible que « Russie Juste », « Patriotes de Russie » et la LPDR passent finalement la barre fatidique. Là encore, la France, avec sa large majorité de droite, même si moins large qu’attendue à l’issue du premier tour des législatives, ne saurait donner de leçons en la matière.


Vers la réconciliation Union Européenne – Russie ?


On l’a vu, la réconciliation euro-russe sera difficile à réaliser dans l’état actuel des relations internationales. Tant que les pays d’Europe occidentale et centrale continueront de lorgner vers Washington, toute idée d’une véritable Europe unie restera un projet chimérique. Malgré tout, il y a des signes encourageants, comme la défaite du gouvernement Kaczynski, qui provoquait régulièrement la Russie et aussi leurs autres partenaires de l’Union, au profit d’un Donald Tusk plus ouvert à l’égard de Moscou. Par ailleurs, le respect annoncé de Poutine pour la constitution russe, si réalisé, sera un bon signe envoyé au reste de l’Europe.

La position de Poutine à l’égard de l’OTAN et des USA est aussi un signe que la Russie souhaite une défense européenne libre, non inféodée, et amicale à l’égard de son pays. C’est finalement la position de De Gaulle, qui avait l’intuition que l’URSS tomberait et que la Russie renaîtrait, et retrouverait la famille européenne. Poutine n’est pas parfait, la Russie est loin d’être un modèle dans de nombreux domaines, mais l’Europe occidentale est-elle en mesure de donner des leçons ? Je ne le crois pas.

Le PSUNE en tout cas entend défendre la réconciliation de la Russie et de l’Union Européenne, et donc s’opposer à la russophobie, qui ne sert pas notre continent mais au contraire le divise. Et si on s’inquiète à raison de la dérive de ce grand pays, alors qu’on n’oublie pas que la Russie ne fait que réagir à l’attitude que l’Union Européenne adopte à son égard. En tendant une main fraternelle au peuple russe, en rappelant que ce dernier est pleinement européen, comme nous le sommes, c’est ainsi que nous aiderons la démocratie russe à progresser, et que nous aiderons par la même occasion nos démocraties chancelantes à se relever. La république européenne ne pourra exister et être elle-même que libre et si nous respectons bien sûr le peuple américain, nous attendons de son gouvernement qu’il comprenne que nous ne voulons plus être sous sa tutelle. Qu’avec nos frères russes, nos frères allemands et nos frères britanniques, nous voulons redevenir ce que nous sommes, des Européens !


Thomas Ferrier

Secrétaire Général du PSUNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Lun 29 Oct - 22:12

Bravo pour ce texte lucide, élégant, ferme, engagé et haut en couleurs !
Face aux agresseurs bushistes, la Russie doit être défendue ! Bravo au PSUNE !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 28 Juin - 0:52

Moi je propose déjà qu'on réflechisse un peu à l'explosion de l' U.R.S.S. alors que l' U.R.S.S. aurait très bien put continuer à exister puisque tout le monde si était habitué .

Là je vois que certain veulent refaire quelquechose comme l' union soviétique numéro 2.

N'oublions pas que monsieur Poutine était le patron du KGB donc si il avait put empêcher la dissoluton de l' U.R.S.S. il l'aurait empêcher avec ses amis du Kremlin . Et poutant l'histoire dit le contraire à savoir que l'U.R.S.S. est morte

http://fr.wikipedia.org/wiki/Urss
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 28 Juin - 1:57

Comme dit dans un autre fil, l'Union Soviétique, régime totalitaire à dominante grand-russe (il suffit de penser à la notion de "peuples punis"), n'a rien à voir avec l'européanisme, ni comme idéologie ni comme pratique. De ce point de vue là, l'URSS s'apparente à l' "Europe" de Napoléon, francocentrée, ou à l' "Europe" germanocentrée du milieu du XXème siècle.

Dans l'Europe comme nation, tous les européens seront considérés sur un plein pied d'égalité. Comme dans toute république. Car l'Europe sera une république et pas un empire.

Ensuite, on oublie que les USA c'est presque 400 millions d'habitants et que l'Inde, grande démocratie d'Asie, est peuplée de plus d'un milliard d'habitants.

Une Europe de 800 millions d'habitants, de 800 millions d'européens, issus d'une même matrice anthropologique et civilisationnelle, c'est l'unité réalisée, la grande réconciliation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Lun 29 Juin - 23:14

Ferrier a écrit:
Comme dit dans un autre fil, l'Union Soviétique, régime totalitaire à dominante grand-russe (il suffit de penser à la notion de "peuples punis"), n'a rien à voir avec l'européanisme, ni comme idéologie ni comme pratique. De ce point de vue là, l'URSS s'apparente à l' "Europe" de Napoléon, francocentrée, ou à l' "Europe" germanocentrée du milieu du XXème siècle..

Arrêtons un peu . Il y a des tas d'états totalitaires dans le monde et pourtant ils n'explosent pas comme l' URSS et ils nont pas explosé comme l'URSS . La chine n'a pas du tout explosé et pourtant son régime a toujours été totalitaire.

Donc je pense que votre analyse ne rend pas compte du fait que le système économique de l' URSS s' était tout simplement éffondré . Et à partir de cet éffondrement tout les peuples ont voulu récupérer leurs intérêts propres .
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Mar 30 Juin - 9:56

La Chine n'est pas un système totalitaire mais autoritaire conforme à la mentalité asiatique. La nature européenne est différente, comme l'ont monté déjà Hippocrate et Aristote, à savoir que l'Europe se fonde sur une certaine forme de liberté individuelle équilibrée par l'intérêt général.

Bien sûr, il y a aussi eu des raisons économiques à l'effondrement de l'URSS mais davantage comme conséquences d'une vision du monde utopioque, déconnectée des réalités humaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Mar 30 Juin - 18:15

Ferrier a écrit:
La Chine n'est pas un système totalitaire mais autoritaire conforme à la mentalité asiatique. La nature européenne est différente, comme l'ont monté déjà Hippocrate et Aristote, à savoir que l'Europe se fonde sur une certaine forme de liberté individuelle équilibrée par l'intérêt général.
ca ne change rien au fait que les payx de l'est de l' Europe était unis à la Russie et qu'ils auraient très bien put continuer à être uni à la Russie . Tout les payx de l'est de l'Europe auraient put se mettre d'accord sur les réformes à adopter.
Ca ne leur auraient rien couter.

Ferrier a écrit:
Bien sûr, il y a aussi eu des raisons économiques à l'effondrement de l'URSS mais davantage comme conséquences d'une vision du monde utopioque, déconnectée des réalités humaines.
La chine au départ était communiste puis est passé au capialisme sans exploser. Là vous nous dite que le changement de système économique en URSS a abouti à son explosion .

Je ne pense pas . Je pense plutôt que les peuples voulaient faire ceux qu'ils voulaient comme ils le voulaient sans demander quoi que ce soit aux autres . notamment les russes qui ne voulaient pas perdre de temps dans d'interminables discutions avec les autres pays de l' est européen .

Bref il est sans inutile de demander à la Russie de rejoindre une union d' états car sinon ils auraient gardé les frontières de l'empire soviétique avec un autre système politique et économique . Arrêtons de prendre les russes pour des têtes de noeud ; les russes savaient et savent très bien ce qu'ils veulent .
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Mar 30 Juin - 20:41

Citation :
ca ne change rien au fait que les payx de l'est de l' Europe était unis à la Russie et qu'ils auraient très bien put continuer à être uni à la Russie . Tout les pays de l'est de l'Europe auraient pu se mettre d'accord sur les réformes à adopter.
Ca ne leur auraient rien couter.

Le régime soviétique fondé sur une suprémacie grand-russe ne pouvait aboutir à rien d'autre qu'à l'implosion.

Par ailleurs nous ne parlons pas d'une union d'états mais d'une Europe comme état-nation où tous les Européens seront considérés sur un pied d'égalité. En somme une république européenne. Ici nous sommes des européanistes, pas des unionistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Mer 1 Juil - 1:16

Ferrier a écrit:
Citation :
ca ne change rien au fait que les payx de l'est de l' Europe était unis à la Russie et qu'ils auraient très bien put continuer à être uni à la Russie . Tout les pays de l'est de l'Europe auraient pu se mettre d'accord sur les réformes à adopter.
Ca ne leur auraient rien couter.

Le régime soviétique fondé sur une suprémacie grand-russe ne pouvait aboutir à rien d'autre qu'à l'implosion.
Evidemment quand on regarde le poid militaire , le poid démographique et le poid économique de la Russie dans l' URSS on voit bien que évidemment c'était les russes qui décidait avec ou sans les autres . ils étaient de loin les plus puissants au saint de l' URSS .

De la même manière si la Russie devait intégrer l'union européenne la langue de l Europe deviendrait le russe, parce que la nation la plus puissante du continent est la Russie .
Que ça plaise ou que ça ne plaise pas la Russie est véritablement indépendant des USA et les russes tiennent à cette indépendence , ce qui n'est pas le cas de la France par exemple .
Revenir en haut Aller en bas
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Mer 1 Juil - 3:26

winston a écrit:
la Russie est véritablement indépendant des USA et les russes tiennent à cette indépendence , ce qui n'est pas le cas de la France par exemple .
C'est soit le berger qui est incompétent, soit les moutons qui ne comprennent pas que c'est pour leur bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Mer 1 Juil - 21:43

smarty a écrit:
winston a écrit:
la Russie est véritablement indépendant des USA et les russes tiennent à cette indépendence , ce qui n'est pas le cas de la France par exemple .
C'est soit le berger qui est incompétent, soit les moutons qui ne comprennent pas que c'est pour leur bien.

Oui enfin tout ça pour dire qu'il y a beaucoup trop de différences stratégiques entre une Russie qui sait ce quelle veut et une Europe qui essaie toujours plus de se rapprocher des états unis.

Je n'ai rien contre le peuple américain mais je considère que l'on ne fait pas parti du même continent et que chacun doit s'occuper en priorité de son continent . Bref au lieu de s'occuper de la Turquie les USA devraient régler leurs problêmes avec l'amérique du sud notament avec Cuba et le Venezuela . En plus les USA sont aujourd'hui face à la pire crise financière de leur histoire .
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Jeu 2 Juil - 13:58

Mais on se contrefout de l' "Europe" actuelle, de son attitude actuelle vis à vis de la Russie ou des Etats-Unis. Et par ailleurs, ici nous rappelons un fait fondamental, à savoir que... la Russie est et reste un pays européen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Ven 3 Juil - 0:35

Ferrier a écrit:
Mais on se contrefout de l' "Europe" actuelle, de son attitude actuelle vis à vis de la Russie ou des Etats-Unis. Et par ailleurs, ici nous rappelons un fait fondamental, à savoir que... la Russie est et reste un pays européen.
on ne peut pas ignorer l'europe actuelle de la même manière que l' on ne peut pas ignorer le fait que l'URSS est remplacée par la CEI :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Communaut%C3%A9_des_%C3%89tats_ind%C3%A9pendants
Ce n'est quand même pas nous qui allons décidé du destin de la Russie à la place des russes .
or maintenant la Russie a choisi la solution de reformer une communauté d'état en Asie centrale comme au temps de la grande URSS .
Bref bonne continuation à la CEI et à l'union européenne .

Nous avons des rêves ou on agit comme si il n'y avait pas de frontières entre les peuples . Mais il y a des frontères et elles ne sont pas là par hazard et il est donc impératif d'en tenir compte .
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Ven 3 Juil - 21:11

La CEI, avec le départ de la Géorgie, la rupture avec l'Ukraine, et même les problèmes actuels avec le Belarus, cela n'existe plus. Cela se limite au maximum à la Russie, au Kazakhstan (peuplé à 40% d'européens dont de nombreux russes) et à l'Arménie.

Nous sommes européanistes ici, donc nous nous battons pour tous les Européens et le sort des états ne m'intéresse guère. L'état russe protège à peine mieux le peuple que les états nationaux du reste de l'Europe.

Nous ne sommes pas des souverainistes. Nous c'est la Grande Europe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Sam 4 Juil - 18:45

Ferrier a écrit:
Nous ne sommes pas des souverainistes. Nous c'est la Grande Europe !
Alors avez vous posé la question à des russes si oui ou non ils sont près à renoncer à une partie due leur souveraineté ?
Pour poser cette question il faudrait trouver quelqu'un qui connait un petit peu le russe .
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Sam 4 Juil - 18:48

« Mais je crois que l’Europe ne peut à long terme affermir sa réputation de puissant et indépendant centre de la politique mondiale seulement si elle unifie ses moyens avec les hommes, le territoire et les ressources naturelles russes ainsi qu’avec le potentiel économique, culturel, et de défense de la Russie ».

Vladimir Poutine - Discours au Bundestag, 25 septembre 2001

---

« Je suis profondément convaincu que la Grande Europe unie de l'Atlantique à l'Oural – et de fait jusqu'à l'océan Pacifique –, dont l'existence repose sur les principes démocratiques universels, représente une chance exceptionnelle pour tous les peuples du continent, pour le peuple russe notamment. Et, pour concrétiser cette chance commune d'un avenir de paix, de prospérité et de dignité, les Européens peuvent, comme dans la lutte contre le nazisme, prendre pleinement appui sur la Russie. Nous considérons, ce faisant, que les efforts déployés par la Russie pour développer les liens d'intégration, aussi bien avec les pays de l'Union européenne qu'avec les Etats de la CEI, constituent un processus organique unique qui doit conduire à étendre largement les espaces harmonieux communs de sécurité, de démocratie et de coopération d'affaires dans cette immense région.

Le peuple russe a toujours eu le sentiment de faire partie de la grande famille européenne, à laquelle le rattachent les mêmes valeurs culturelles, morales, spirituelles. Au fil de notre parcours historique, accusés parfois du retard mais devançant d'autres fois nos partenaires, nous avons franchi les mêmes étapes du devenir des institutions démocratiques, juridiques et civiles. C'est pourquoi le choix démocratique et européen du peuple russe est parfaitement logique.»

VLADIMIR POUTINE
[07 mai 2005]

---
Autre question, Winston ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 5 Juil - 23:10

Ferrier a écrit:
« Mais je crois que l’Europe ne peut à long terme affermir sa réputation de puissant et indépendant centre de la politique mondiale seulement si elle unifie ses moyens avec les hommes, le territoire et les ressources naturelles russes ainsi qu’avec le potentiel économique, culturel, et de défense de la Russie ».

Vladimir Poutine - Discours au Bundestag, 25 septembre 2001

---

« Je suis profondément convaincu que la Grande Europe unie de l'Atlantique à l'Oural – et de fait jusqu'à l'océan Pacifique –, dont l'existence repose sur les principes démocratiques universels, représente une chance exceptionnelle pour tous les peuples du continent, pour le peuple russe notamment. Et, pour concrétiser cette chance commune d'un avenir de paix, de prospérité et de dignité, les Européens peuvent, comme dans la lutte contre le nazisme, prendre pleinement appui sur la Russie. Nous considérons, ce faisant, que les efforts déployés par la Russie pour développer les liens d'intégration, aussi bien avec les pays de l'Union européenne qu'avec les Etats de la CEI, constituent un processus organique unique qui doit conduire à étendre largement les espaces harmonieux communs de sécurité, de démocratie et de coopération d'affaires dans cette immense région.

Le peuple russe a toujours eu le sentiment de faire partie de la grande famille européenne, à laquelle le rattachent les mêmes valeurs culturelles, morales, spirituelles. Au fil de notre parcours historique, accusés parfois du retard mais devançant d'autres fois nos partenaires, nous avons franchi les mêmes étapes du devenir des institutions démocratiques, juridiques et civiles. C'est pourquoi le choix démocratique et européen du peuple russe est parfaitement logique.»

VLADIMIR POUTINE
[07 mai 2005]

---
Autre question, Winston ?


Donc pour voir se raprocher de la Russie il faudra que tous les pays de la zone euro quittent l' OTAN .
Ce qui est logique puisque l'OTAN c'est les USA et que les USA c'est le continent américain et pas le continent européen ( ben oui les océans ça existe ) .


Or les anglais sont avec toujours complètement liés aux USA et les USA ont toujours eu une politique nationaliste pour la défence de leur intérets propres . Les USA s'en foute de l'Europe .

Moralité il faut commencer par dire aux pays de l' union :
- soit vous acceptez l'euro soit vous quittez l'union européenne .
Comme ça on aura plus les pays complètement liés aux USA quiteront l' union .
De plus il faudra que le role de l'union européenne soit explicitement de créer une Europe politique . Aujourd' hui on a rien du tout à part un marché commun .

Bref on est pas près de trouver un accord avec la Russie vu le bazard actuel .
Revenir en haut Aller en bas
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Lun 6 Juil - 1:43

winston a écrit:
Donc pour voir se raprocher de la Russie il faudra que tous les pays de la zone euro quittent l' OTAN .
-----------------------------------------
De plus il faudra que le role de l'union européenne soit explicitement de créer une Europe politique.
Oui, pour nous l'OTAN dégage...

Oui une europe nation socialiste, puisque elle se ferme définitivement au mondialisme.
Primo: Non au suicide.
Segundo: Oui à l'autarcie, face aux enjeux du XXIème siècle..Face à l'ennemi commun, les européens doivent s'unir au plus profond
sinon séparés ils ne se retrouveraient... que dans la tombe.
Terço: Il n'y a pas de 3 ème solution...
Quarto: On risque même d'effondrer le mondialisme avec notre Europe unie.
Quinta: On peut encore discuter 107 ans le comment du pourquoi,
mais à mon sens Thomas, le chef ici, a toutes les bonnes solutions.
Maintenant, y a 800 millions d'Européens qui serrent les fesses en ces temps incertains...
À nous donc, de les convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Lun 6 Juil - 20:26

L'anglais moyen n'est pas plus pro-américain que le français moyen. Comme je l'ai déjà dit, le gouvernement britannique c'est une chose et le peuple britannique c'en est une autre. La France actuelle n'est pas moins inféodée aux USA que le Royaume-Uni. Il ne s'agit de ne rejeter aucun pays d'Europe, ni la Russie, ni l'Angleterre.

Sur la moralité que tu définis, Winston, je suis plus ou moins d'accord, mais je ne raisonne pas en nations, mais à l'échelle du continent européen. Donc c'est l'Europe entière qui doit adopter l'euro. Quant aux états, je suis pour l'état européen unitaire, donc pour leur disparition pure et simple. En clair, à terme, l'euro sera la monnaie du continent, et les souverainistes appartiendront à un cycle révolu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2014
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Sam 1 Aoû - 22:31

L'Angleterre est quand meme un cas a part Tom !

Tu ne peux nier qu'historiquement elle a foutu en europe une sacrée pagaille avec sa technique toujours utilisée, de diviser pour mieux regner !

D'autre part ce n'est pas demain la veille qu'elle ne sera plus un satellite des US. Cela dit des fois on peut meme aller jusqu a ce se demander qui commande qui puisque les anglais du fait des leur gros capitaux aux USA on des levier de pressions assez importants. L'empire britannique est loin d'etre mort...........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 2 Aoû - 9:37

Le gouvernement britannique est un problème. Pas le peuple anglais, ni les peuples gallois, écossais, cornique. Il convient toujours de bien distinguer les dirigeants et le peuple.

Si elle est un satellite US, c'est bien que l'empire britannique est mort. Les anglais doivent redevenir ce qu'ils sont... des européens, et quand ils vont s'installer en France, ils y arrivent très bien.

Le travailleur britannique est beaucoup plus près de l'euro-socialisme qu'il ne l'est de l'atlanto-libéralisme qu'il vomit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2014
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 2 Aoû - 9:53

Il faut donc briser le pouvoir anglais et non le peuple, comment faire ?
EN détruisant ce qu'il reste de l'empire britannique avec ses paradis fiscaux et ca city, en donnant l'indépendance totale a l'Irlande au pays de gales et a l'écosse, alors l'Angleterre ne sera plus un problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Dim 2 Aoû - 10:00

Par le plan classique déjà évoque, être majoritaires (avec alliés) au parlement européen. Et que le parti représente une part substancielle de l'électorat britannique à ces élections. Les élections parlementaires britanniques sont ingagnables mais au niveau des élections européennes, c'est différent. Le BNP, qui a fait 0.7% des voix aux élections parlementaires a fait 6.5% aux européennes, et de même les Verts britanniques font de bons scores à ces mêmes élections. Ce sont les plus ouvertes.

Or le programme du NEUSP est parfaitement adapté à tous les pays d'Europe.

En revanche, oui il faut bien sûr encourager les revendications identitaires des peuples évoqués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Russie et l'Union Européenne (II)   Aujourd'hui à 18:03

Revenir en haut Aller en bas
 
La Russie et l'Union Européenne (II)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le général Patrick de Rousiers nommé president du comité militaire de l'Union Européenne
» L'Union européenne est elle démocratique? Attention TAFTA!
» L'Union Europpéenne
» Sarkozy veut créer une force navale européenne !
» Pétition européenne pour sauvegarder la médecine naturelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: La Nation Européenne - The European Nation-
Sauter vers: