FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Russie salvatrice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: La Russie salvatrice   Sam 13 Oct - 14:17

Citation :
(La voix de la Russie, 12.10.2007) L’Europe ne saura pas garantir sa sécurité énergétique sans la Russie

L’UE ne saura pas garantir sa sécurité énergétique sans la Russie, écrit notre observateur Constantine Garibov en commentant la conférence internationale à Vilnius. Les délégués à la conférence ont recherché les moyens de diversifier les livraisons d’énergie en contournant la Russie.
Le fonctionnaire du Département d’Etat américain Mathew Brise a formulé le plus nettement la position des délégués au forum ayant invité à opposer les contrepoids à la présence russe au marché énergétique de l’UE. Le président lituanien Valdas Adamkous a demandé à Washington d’assumer le rôle de leader et d’encourager le libre marché dans le secteur énergétique mondial.

L’invité américain a proposé aux Européens un projet « Nabucco ». Le gazoduc qui doit passer par la Turquie en Bulgarie, en Roumanie, en Hongrie et en Autriche contourne le territoire de Russie. Les délégués au forum n’ont pas su répondre à la question essentielle : où prendre le gaz. Ni l’Azerbaïdjan ni la Turkménie n’ont assez de gaz pour rendre ce projet rentable. Les Européens ont invité au printemps le consortium russe « Gazprom » d’étudier la possibilité de s’intégrer au projet.
Les délégués au forum à Vilnius ont envisagé, en outre, le projet de livraison d’énergie à l’Europe en contournant le territoire de Russie : c’est l’oléoduc reliant la mer Noire à la mer Baltique. L’Ukraine et la Pologne manquent de moyens nécessaires pour prolonger le tuyau. L’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Lituanie ont décidé à Vilnius de les aider. Cependant, la question essentielle : où prendre le gaz est toujours en suspens, estime le directeur de l’Institut moscovite d’énergie Serguei Pravossoudov :

Ce problème est essentiel. Pour le moment seul le pétrole russe est transféré par le tuyau passant par l’Ukraine qui coule, d’ailleurs, dans un sens inverse : dans le Sud, vers la mer Noire.
L’Azerbaïdjan a promis de livrer le pétrole mais il n’en a pas de quantités « disponibles ». Le pétrole de l’unique grand gisement sur le plateau continental de la Caspienne passe via la Géorgie, la Turquie pour être ensuite exporté. Il est peu probable que des quantités supplémentaires de pétrole apparaissent prochainement. Par contre, on en a besoin pour assurer le fonctionnement normal de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Djeikhan qui n’est pas rentable jusqu’à présent.

Fait révélateur : Bakou a exprimé son soutien politique au nouveau projet ayant fait dépendre sa participation des avantages commerciaux. Ceci étant, les risques de transports entre l’Azerbaïdjan et l’Europe se répercuteront inévitablement sur le prix du pétrole. Les problèmes analogues surgissent lors du transfert du pétrole d’Asie centrale. Le Kazakhstan ne participe pas pour cette raison au projet de construction de l’oléoduc reliant la mer Noire à la mer Baltique tout en se montrant prêt à poursuivre le dialogue à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La Russie salvatrice   Sam 13 Oct - 15:21

Citation :
Bouclier anti-missile : aucun accord entre M. Poutine et Mme Rice à Moscou

LE MONDE | 13.10.07 | 14h47 • Mis à jour le 13.10.07 | 14h50

MOSCOU CORRESPONDANTE

En visite à Moscou, vendredi 12 octobre, pour défendre le projet de bouclier antimissile en Europe centrale, la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, et le secrétaire à la défense, Robert Gates, ont échoué à trouver un accord. Moscou, qui perçoit le bouclier comme une menace à sa sécurité, demande le gel de cette initiative, sans succès. Dans l'avion qui la menait à Moscou, la chef de la diplomatie américaine avait clairement indiqué que les discussions avec les "alliés" polonais et tchèques allaient se poursuivre en vue du déploiement du bouclier.

Recevant les responsables américains dans sa résidence de Novo-Ogarevo, le président russe, Vladimir Poutine, les a exhortés à ne pas "faire passer en force" leur projet, menaçant de faire sortir la Russie du traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI). "Il serait difficile pour nous de rester dans le cadre de ce traité, notamment quand d'autres pays disposent de ces armes et que parmi ces pays, certains sont situés à proximité immédiate de nos frontières", a déclaré le numéro un russe sans préciser de quels pays il voulait parler. "Il faut donner à ce traité américano-russe un caractère universel", a-t-il ajouté.

Signé le 8 décembre 1987 par Mikhaïl Gorbatchev et Ronald Reagan, l'accord FNI prévoit, pour une durée illimitée, l'élimination de missiles balistiques américains et soviétiques de moyenne et longue portées (de 500 à 5 500 km). L'accord ne concerne que les deux anciens ennemis de la guerre froide. Moscou voudrait le voir élargi à d'autres Etats. La Chine, le Pakistan et l'Iran développent des missiles de cette capacité.

La remise en cause de l'accord FNI intervient après la menace russe de sortir du traité sur les Forces conventionnelles en Europe (FCE), dont l'application a récemment été gelée par Moscou. Le traité Start sur la limitation des armes stratégiques, qui arrive à échéance en décembre 2009, est également menacé.

Lors de la conférence de presse finale, Sergueï Lavrov, le ministre russe des affaires étrangères, a rappelé que le bouclier anti-missile avait "un caractère anti-russe" et constituait "une menace potentielle" pour son pays. La proposition américaine d'inclure du personnel russe sur les bases d'Europe centrale n'a guère séduit. La proposition russe d'utiliser la station radar russe de Gabala en Azerbaïdjan - une installation obsolète dépourvue de système de guidage - à la place des sites choisis en Europe centrale n'est pas envisageable pour Washington.

Côté russe comme américain, l'accent a été mis sur la nécessité de poursuivre le dialogue. De nouvelles discussions auront lieu dans six mois à Washington, preuve que la relation russo-américaine ne va pas si mal, expliquent des experts américains. De son côté, Mme Rice s'est efforcée de se raccrocher aux sujets qui unissent : la lutte contre le terrorisme et celle contre la prolifération nucléaire iranienne.

Les analystes russes sont convaincus, pour leur part, que la Russie doit contrer la tentative d'hégémonie américaine. L'Europe apparaît comme le nouveau terrain de lutte entre les deux pays. "Les Etats-Unis n'ont jamais cessé d'affaiblir la position Russe sur la scène internationale, surtout dans le secteur énergétique global. Ils veulent que l'Europe soit moins dépendante de l'énergie russe, non pas pour son bien mais parce qu'ils redoutent une possible alliance politique entre les Européens et la Russie", expliquait récemment Sergueï Karaganov. "La Russie a une mission : contenir les Etats unis", a indiqué pour sa part Gleb Pavlovski, le politologue préféré du Kremlin.

Marie Jégo

Les russes nous tendent une main fraternelle pour nous aider à sortir de l'orbite US. Quoi qu'on puisse penser de certains défauts de la Russie poutinienne, cette main il faut la serrer.


Dernière édition par le Sam 13 Oct - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Russie salvatrice   Sam 13 Oct - 15:49

Ô combien!!!
Revenir en haut Aller en bas
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: La Russie salvatrice   Sam 13 Oct - 22:00

Même que Rice ou quelconque Euro-américain du nord n'avait rien à nous dire ni à nous dicter sur la défense de l'Europe.
Ce ne sont même pas leurs affaires, alors qu'eux mêmes ont à régler leurs gros problèmes mondialo-chiatiques ....(heu..Chaotiques)LOL .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frédérique
Légat
Légat


Féminin Nombre de messages : 1110

MessageSujet: Re: La Russie salvatrice   Dim 14 Oct - 13:29

Moi, ça me pose un petit problème: pourquoi l'Europe devrait-elle choisir entre s'aliéner aux ISA et s'aliener a la Russie?
Je suis tout a fait d'accord pour une Europe avec la Russie, mais pas pour une Europe "colonie" ou "chasse gardée" de la Russie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2109
Localisation : Nation européenne.

MessageSujet: Re: La Russie salvatrice   Dim 14 Oct - 16:31

frédérique a écrit:
Moi, ça me pose un petit problème: pourquoi l'Europe devrait-elle choisir entre s'aliéner aux ISA et s'aliener a la Russie?
Je suis tout a fait d'accord pour une Europe avec la Russie, mais pas pour une Europe "colonie" ou "chasse gardée" de la Russie.

Tu sais au niveau énergétique, l'Europe est déjà alliénée en effet aux EU et par l'intermédiaires des potentats islamo-arabo-persiques (Kuwait, Arabie Saoudite, Jodranie, etc...).

L'Europe avec la Russie je ne conçois pas là une alliénation mais une possibilité d'autonomie, d'autosuffisance.

_________________
- La nature comme socle, l'excellence comme but, la beauté comme horizon. - Μολών Λαβέ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neusp.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Russie salvatrice   Aujourd'hui à 15:59

Revenir en haut Aller en bas
 
La Russie salvatrice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo
» SEISME RUSSIE
» L’expo Russie Viking au musée de Normandie à Caen
» la prise d'otages de Beslan ( fédération de Russie )
» Trafic routier au pays de la vodka (Russie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: La Nation Européenne - The European Nation-
Sauter vers: