FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La mort des abeilles met la planète en danger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bruno
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2109
Localisation : Nation européenne.

MessageSujet: La mort des abeilles met la planète en danger.   Dim 2 Sep - 9:08

Citation :
La mort des abeilles met la planète en danger.

Les Echos [ 20/08/07 ]


Les abeilles s'éteignent par milliards depuis quelques mois. Leur disparition pourrait sonner le glas de l'espèce humaine.

C'est une incroyable épidémie, d'une violence et d'une ampleur faramineuse, qui est en train de se propager de ruche en ruche sur la planète. Partie d'un élevage de Floride l'automne dernier, elle a d'abord gagné la plupart des Etats américains, puis le Canada et l'Europe jusqu'à contaminer Taiwan en avril dernier. Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent les ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible, pas plus que de squatter pourtant prompt à occuper les habitats abandonnés.

En quelques mois, entre 60 % et 90 % des abeilles se sont ainsi volatilisées aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 millions de ruches au total) le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 Etats. Au Québec, 40 % des ruches sont portées manquantes.

En Allemagne, selon l'association nationale des apiculteurs, le quart des colonies a été décimé avec des pertes jusqu'à 80 % dans certains élevages. Même chose en Suisse, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Pologne, en Angleterre où le syndrome a été baptisé « phénomène «Marie-Céleste» », du nom du navire dont l'équipage s'est volatilisé en 1872. En France, où les apiculteurs ont connu de lourdes pertes depuis 1995 (entre 300.000 et 400.000 abeilles chaque année) jusqu'à l'interdiction du pesticide incriminé, le Gaucho, sur les champs de maïs et de tournesol, l'épidémie a également repris de plus belle, avec des pertes allant de 15 % à 95 % selon les cheptels.


« Syndrome d'effondrement »

Légitimement inquiets, les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure de ces désertions massives : le « syndrome d'effondrement » - ou « colony collapse disorder ». Ils ont de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. « Trois quart des cultures qui nourrissent l'humanité en dépendent », résume Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l'Inra (Institut national de recherche agronomique). Arrivée sur Terre 60 millions d'année avant l'homme, Apis mellifera (l'abeille à miel) est aussi indispensable à son économie qu'à sa survie. Aux Etats-Unis, où 90 plantes alimentaires sont pollinisées par les butineuses, les récoltes qui en dépendent sont évaluées à 14 milliards de dollars.

Faut-il incriminer les pesticides ? Un nouveau microbe ? La multiplication des émissions électromagnétiques perturbant les nanoparticules de magnétite présentes dans l'abdomen des abeilles ? « Plutôt une combinaison de tous ces agents », assure le professeur Joe Cummins de l'université d'Ontario. Dans un communiqué publié cet été par l'institut Isis (Institute of Science in Society), une ONG basée à Londres, connue pour ses positions critiques sur la course au progrès scientifique, il affirme que « des indices suggèrent que des champignons parasites utilisés pour la lutte biologique, et certains pesticides du groupe des néonicotinoïdes, interagissent entre eux et en synergie pour provoquer la destruction des abeilles ». Pour éviter les épandages incontrôlables, les nouvelles générations d'insecticides enrobent les semences pour pénétrer de façon systémique dans toute la plante, jusqu'au pollen que les abeilles rapportent à la ruche, qu'elles empoisonnent. Même à faible concentration, affirme le professeur, l'emploi de ce type de pesticides détruit les défenses immunitaires des abeilles. Par effet de cascade, intoxiquées par le principal principe actif utilisé - l'imidaclopride (dédouané par l'Europe, mais largement contesté outre-Atlantique et en France, il est distribué par Bayer sous différentes marques : Gaucho, Merit, Admire, Confidore, Hachikusan, Premise, Advantage...) -, les butineuses deviendraient vulnérables à l'activité insecticide d'agents pathogènes fongiques pulvérisés en complément sur les cultures.


Butineuses apathiques

Pour preuve, estime le chercheur, des champignons parasites de la famille des Nosema sont présents dans quantités d'essaims en cours d'effondrement où les butineuses, apathiques, ont été retrouvées infectées par une demi-douzaine de virus et de microbes.

La plupart du temps, ces champignons sont incorporés à des pesticides chimiques, pour combattre les criquets (Nosema locustae), certaines teignes (Nosema bombycis) ou la pyrale du maïs (Nosema pyrausta). Mais ils voyagent aussi le long des voies ouvertes par les échanges marchands, à l'image de Nosema ceranae, un parasite porté par les abeilles d'Asie qui a contaminé ses congénères occidentales tuées en quelques jours.

C'est ce que vient de démontrer dans une étude conduite sur l'ADN de plusieurs abeilles l'équipe de recherche de Mariano Higes installée à Guadalajara, une province à l'est de Madrid réputée pour être le berceau de l'industrie du miel espagnol. « Ce parasite est le plus dangereux de la famille, explique-t-il. Il peut résister aussi bien à la chaleur qu'au froid et infecte un essaim en deux mois. Nous pensons que 50 % de nos ruches sont contaminées. » Or l'Espagne, qui compte 2,3 millions de ruches, est le foyer du quart des abeilles domestiques de l'Union européenne.

L'effet de cascade ne s'arrête pas là : il jouerait également entre ces champignons parasites et les biopesticides produits par les plantes génétiquement modifiées, assure le professeur Joe Cummins. Il vient ainsi de démontrer que des larves de pyrale infectées par Nosema pyrausta présentent une sensibilité quarante-cinq fois plus élevée à certaines toxines que les larves saines. « Les autorités chargées de la réglementation ont traité le déclin des abeilles avec une approche étroite et bornée, en ignorant l'évidence selon laquelle les pesticides agissent en synergie avec d'autres éléments dévastateurs », accuse-t-il pour conclure. Il n'est pas seul à sonner le tocsin. Sans interdiction massive des pesticides systémiques, la planète risque d'assister à un autre syndrome d'effondrement, craignent les scientifiques : celui de l'espèce humaine. Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l'homme : « Si l'abeille disparaissait du globe, avait-il prédit, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre. »

PAUL MOLGA



Source : http://www.lesechos.fr/info/energie/4611614.htm

_________________
- La nature comme socle, l'excellence comme but, la beauté comme horizon. - Μολών Λαβέ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neusp.eu
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Dim 2 Sep - 16:33

Merci à Bruno, pour cette news inédite, c'est bizarre que les médias n'en parle haut et fort.
Pourquoi les médias se taisent?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SaPa
Optione
Optione


Nombre de messages : 174

MessageSujet: "SOLEIL BRULANT"   Sam 4 Juil - 10:36

Pourquoi les médias se taisent ...??

Parce que c'est un sujet "Interdit en Europe ..."

Voir Le Sujet " Soleil Brulant " Ecology ...

http://www.who.int/uv/uv_and_health/fr/index.html
Destruction progressive de la couche d’ozone et effets des UV sur la santé


La destruction progressive de la couche d’ozone va probablement aggraver les effets de l’exposition aux UV sur la santé, car l’ozone stratosphérique absorbe de manière particulièrement efficace le rayonnement UV. Au fur et à mesure que cette couche d’ozone s’amincit, le filtre protecteur que constitue l’atmosphère perd progressivement de son efficacité. En conséquence, l’homme et l’environnement sont exposés à une plus forte intensité de rayonnement UV, et surtout d'UVB qui ont les répercussions les plus importantes sur la santé de l’homme, sur les animaux, les organismes marins et les végétaux

Les abeilles , comme de nombreux animaux (Baleines, Dauphins Tortues ...)
utilisent les rayonnements electromagnétiques pour se diriger ...
actuellement , les abeilles ne retrouvent plus le chemin des rûches ...

De plus .. Les UV-B (Causés par la Détérioration de la couche d'ozone...) affaiblissent les défenses immunitaires ...

Ainsi elles sont plus vulnérables aux maladies et aux parasites ...

Les insectes ainsi que les bactéries sont actuellement les plus sensibles , et les plus perturbés par l'augmention au sol du rayonnement UV-B ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SaPa
Optione
Optione


Nombre de messages : 174

MessageSujet: Soleil Brulant   Sam 4 Juil - 10:49

" SOLEIL BRULANT" ET DISPARITION DES ABEILLES ...

http://socialiste.forumactif.com/ecologie-ecology-f4/soleil-brulant-t8864.htm

Nos Dirigeants Ont Déjà Prévu la Totale disparition des Insectes et Bactéries , Causée par les Changements Climatiques ...

Ils ont également Prévu la Totale Disparition des Végétaux ...

Mais Continuent de Mentir sur les Véritables Causes des Déréglements Climatiques ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SaPa
Optione
Optione


Nombre de messages : 174

MessageSujet: UNE PRIORITE VITALE ...   Sam 4 Juil - 10:52

Une Priorité Vitale... pour l'Espéce Humaine et toutes les Espéces Vivantes sur La Planéte...et dans un avenir trés rapproché


http://www.arte.tv/fr/accueil/Videos-sur-ARTE-TV/2151166,CmC=1940260.html

Arte Reportage ..
Arctique : Une Arche de Noé dans le Grand Nord ..
23 -02- 2008
Laurent Cibien et Alain Guillon Arte France 2007

Une "Arche de Noé verte" abritant des graines des principales cultures végétales a été inaugurée mardi en plein coeur de l'Arctique, sur l'archipel du Spitzberg. Le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso était présent.
Cette Arche de Noé est un véritable blockhaus écolo abritant 4,5 millions de graines protégées par des murs de béton, un système de refroidissement à -18°C et un environnement à -6°C... sans parler des ours polaires, fréquents dans la région !
Financée par le gouvernement norvégien à hauteur de 6 millions d'euros, cette banque de semences vient compléter les 1400 existantes de par le monde.
Rappelons que depuis le milieu du XXème siècle de nombreuses espèces végétales ont disparu, de nombreux scientifiques accusant l'utilisation des pesticides mais aussi la pollution atmosphérique. Par exemple, des doubles de semences provenant de pays ravagés par la guerre comme l'Irak ou l'Afghanistan y ont été envoyées pour demeurer en sécurité.

Rechauffement de La Planéte Et Changement Climatique ...

" Aujourd'hui un nouveau défi se pose aux sélectionneurs ...
Il s'appelle Réchauffement de la Planéte et Changement Climatique ...
Nous avons fait des projections sur les conséquences du Réchauffement Climatique sur les zones agricoles, en particulier dans les pays en développement et ce que nous avons trouvé ...
C'est que les saisons les plus chaudes du Siécle dérnier seront les saisons les plus froides du Siécle prochain ...
Ce que cela signifie ...
C'est qu'aucune des variétés agricoles qui poussent aujourd'hui dans les champs ...n'est adaptée
aux conditions qui seront les notres dans 50 ou 60 ans
Si nous ne trouvons pas une solution pour permettre à l'agriculture de s'adapter aux changements climatiques..
Alors l'homme ne s'adaptera pas aux changements climatiques ..."

Kari Fowler ( IRI - Global Crop Diversity Trust ..)

Accueil - ARTEArctique : Une arche dans le Grand Nord. 23.02.2008 - Laurent Cibien et Alain Guillon- ARTE GEIE / France 2007 ARTE Reportage - toutes les vidéos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Sam 4 Juil - 11:19

Un conservatoire de la biodiversité, végétale et animale, devrait être créé, en effet. Mais surtout des mesures d'urgence comme divers interventions en géo-ingénierie devraient être prises.

Le réchauffement planétaire, on le résout en renonçant aux énergies fossiles (au profit du nucléaire, avec une place au solaire, à l'hydro-électricité et à l'énergie marémotrice comme forces d'appoint) au profit de la seule électricité (véhicules individuels électriques sur rails pour remplacer les voiturees), en créant des puits de CO2 et éventuellement en balançant en haute-atmosphère des gaz freinant le réchauffement solaire.

Les spécialistes russes de la question proposent de balancer en haute atmosphère via des ballons certaines quantités de gaz à composés sulfurés pour freiner le rayonnement solaire.

C'est le génie de l'homme qui sauvera la planète après l'avoir mise en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien de Stenay
Citoyen
Citoyen


Masculin Nombre de messages : 55
Localisation : Lorraine (Saint-Empire Paneuropéen)

MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Lun 6 Juil - 11:47

Ces espoirs dans la géo-ingénierie me semblent à la fois illusoires et dangereux.
Pour prendre le dernier exemple, il faut bien savoir que le rechauffement climatique ne vient pas d'un excès de rayonnement solaire, mais du fait que les infrarouges réémis par la Terre soient bloqués avant de rejoindre l'espace (principe des GES qui "capturent" ces rayons). Vouloir compenser cette énergie excédentaire par un voile empêchant aux rayons solaires arrivants de nous parvenir complètement est un calcul bien hasardeux, qui peut surtout avoir des conséquences très néfastes en perturbant davantage les écosystèmes, en limitant la photosynthèse, et qui nous priverait d'ailleurs d'une source d'énergie sous-exploitée.

D'un point de vue plus philosophique, cette approche relève à mes yeux d'une fuite en avant techniciste ("la technique nous sauvera de la technique") que les Anciens n'auraient pas hésité à qualifier d'hybris...

Ferrier a écrit:
C'est le génie de l'homme qui sauvera la planète après l'avoir mise en danger.
La planète n'a pas à être sauvée, par l'homme ou par quiconque. Ce n'est pas Gaïa qui est en danger, c'est l'humanité et son habitat, son oikos. La Terre continuera sans nous si nous ne sommes pas capables de la comprendre et de la respecter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Lun 6 Juil - 20:22

La biodiversité disparaît et Gaia ne la protège pas. De même qu'elle n'a pas protégé les dinosaures du météore géant. C'est bien dans l'équilibre entre le ciel et la terre, entre l'homme et la femme, entre le génie créateur et la force féconde, que se trouve le point d'équilibre. La géo-ingénierie apparaît ainsi comme le don de Zeus.

Il n'est pas étonnant que le père de la géo-ingénierie soit aussi l'inventeur de la théorie Gaia, l'écologiste James Lovelock. C'est selon sa démarche que je défends ici la géo-ingénierie.

Le nucléaire à fusion (centrales à hydrogène) comme seule énergie à terme est par ailleurs le meilleur moyen de combattre la réchauffement planétaire.

En outre, les effets de certains aérosols ont montré qu'ils avaient un rôle de diminution de l'effet de serre. En outre, une augmentation de l'azote et de l'oxygène sur une proportion de 80/20 dans l'atmosphère aurait comme conséquence également un contre effet de serre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SaPa
Optione
Optione


Nombre de messages : 174

MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Mer 15 Juil - 12:10

http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2414

Changement climatique : quatre vérités dérangeantes

14 décembre 2008


Les scientifiques interrogés par Gwynne Dyer en sont maintenant convaincus. Les objectifs définis par le GIEC sont obsolètes. Le réchauffement est plus rapide que .prévu, mais pire encore, passé un certain point, des boucles de rétroactions vont se déclencher, et le processus échappera à notre contrôle. Si le réchauffement atmosphérique s’emballe, sur terre, la situation deviendra incontrôlable. Les Etats faillis, la famine, les guerres, les exodes massifs vont se multiplier. Dans ces conditions, la mise en œuvre de politiques internationales de réduction des émissions n’aurait plus aucune chance de succès. Combien de temps nous reste-il ? Trop peu pour réduire les émissions avant de dépasser les limites dangereuses. Voilà résumées les conclusions que tire Dyer de la série d’entretiens qu’il vient de réaliser à travers le monde avec des scientifiques, des militaires et des politiques.

Par Gwynne Dyer, Japan Times, 7 décembre 2008

Voilà à peu près deux ans de cela, j’ai pris conscience que les militaires de divers pays avaient commencé à élaborer des scénarios sur les changements climatiques. Des scénarios qui se basaient sur les travaux des scientifiques prévoyant une hausse des températures, la baisse du rendement de l’agriculture et d’autres conséquences, et examinaient leurs implications politique et stratégiques.



Sur ce dernier document...
Je suis d'accord sur le fait que :

Les Objectifs definis par le GIEC sont obsolètes.
Que Les Protocoles de Montréal et de Kyoto
(Sur la limitation des Gaz à effet de serre et des CFC..)
ont montré leur Inéficacité ....

Qu'une intervention directe sur La sratosphére est bien necessaire ...

Mais pour Faire Quoi..??

"L'ensemencement de la stratosphére avec des particules de Soufre , endommagerait encore davantage la couche d'ozone et serait une
véritable catastrophe ..."

Mon analyse personnelle serait ...:

Si LA COuche d'Ozone est Le Principal Probléme..
Alors il faut Intervenir sur La Couche D'ozone...

Par une Entreprise de Restauration de cette Couche..
Ce serait plus efficace et sans Danger ....


Danger d'une intervention avec des particules de soufre...:

Potential Global Warming "Fix" Will Damage the Ozone Layer ... - [ Traduire cette page ]
25 Apr 2008 ... There are many possible geo-engineering solutions open to scientists in the aim to stave off global warming. One of the main candidates to ...
www.universetoday.com/2008/04/25/potential-global-warming-fix-will-damage-the-ozone-layer/ - 65k - En cache - Pages similaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Ven 18 Déc - 20:07

Une nouvelle approche pour le contrôle des parasites détruisant les colonies d'abeilles

Les abeilles sont des insectes jouant un rôle clé dans la pollinisation de nombreuses espèces végétales. Elles sont donc primordiales pour les cultures nourricières au niveau mondial. Ces dernières années, la disparition inexpliquée de plusieurs milliers d'entre elles inquiète les scientifiques. Ce syndrome d'effondrement des colonies est connu sous le nom de " Colony Collapse Disorder ", ou CCD, troubles observés pour la première fois fin 2006 sur la côte est des Etats-Unis. Ce phénomène se caractérise par la perte des colonies qui apparaît lorsque les individus ne rentrent pas à la ruche. L'une des explications envisagée par l'USDA pour la destruction de 29% des colonies d'élevage d'abeilles entre 2008 et 2009 serait l'intervention d'un parasite : la mite Varroa (Varroa destructor). Dans ce contexte, des chercheurs du département d'entomologie de l'université de l'état du Michigan (" Michigan State University ", MSU) viennent de mettre au point, grâce à leurs travaux, un moyen pour protéger les abeilles de ces parasites mortels.

L'équipe de chercheurs rassemblée autour des docteurs Ke Dong et Zachary Huang, a réussi à produire, en laboratoire, des protéines permettant le transport d'ions sodium à travers les membranes cellulaires des mites Varroa. Ces travaux ont également mis en évidence que les protéines des canaux sodium des parasites et celles des abeilles n'avaient pas le même comportement lors de traitements avec différents produits chimiques; une constatation qui pourrait s'avérer utile pour contrôler les mites.

Pour traiter les abeilles parasitées par ces mites, les apiculteurs utilisent un insecticide : le fluvalinate, qui paralyse les mites et finalement les tue en agissant sur leurs canaux sodium. Cependant, ce composé présente deux inconvénients : d'une part il peut nuire aux abeilles et contaminer le miel s'il n'est pas utilisé avec une grande prudence. D''autre part les mites deviennent résistantes à ce composé chimique. Le fait d'être parvenu à reproduire le canal à sodium des mites en laboratoire pourrait permettre aux scientifiques de développer de nouveaux composés chimiques ciblant les canaux sodium de ces parasites mais n'affectant pas ceux des abeilles. Il reste encore à résoudre le problème posé par l'apparition de mites résistantes aux insecticides.

Les scientifiques de la MSU ont également mis en évidence, dans les canaux sodium des mites, deux acides aminés qui rendent ces parasites résistants à la tétrodotoxine, ou TTX, un poison mortel trouvé dans les poissons "pufferfish" de la famille des tétraodontidés, qui n'est actuellement pas utilisé comme insecticide. Les produits chimiques comme le fluvalinate et le TTX ciblent les canaux sodium dans les insectes et les mites. Ainsi, ces recherches fondamentales ouvrent la voie vers des recherches appliquées à ces composés chimiques pour contrôler les mites et d'autres insectes nuisibles.

Il a été constaté que quelques mites Varroa sont capables de tuer un grand nombre d'abeilles en très peu de temps, se nourrissant de leur sang et leur transmettant des virus. Ces parasites ont détruit près de 50% de la population d'abeilles à finalité économique aux Etats-Unis en 2004, ce qui a constitué un très gros problème pour la production de fruits et légumes, secteur où près de 80% des cultures dépendent de la pollinisation.

Ainsi, dans l'état du Michigan, les cultures de fruits et de légumes, évaluées à 400 millions de dollars par an, dépendent de la pollinisation des abeilles ; le miel et la cire d'abeille ajoutent encore 5 millions de dollars à l'économie de l'Etat chaque année. Selon l'USDA, la pollinisation des abeilles serait responsable de 15 milliards de dollars de valeur ajoutée des cultures, particulièrement pour des cultures particulières comme les amandes, les noix, les baies, les fruits et les légumes.

MSU research may lead to new ways to control honeybee parasite - Michigan State University News - 07/12/2009 - http://news.msu.edu/story/7192/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Ven 21 Mai - 19:38

Quelle désastre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Mer 6 Juil - 21:50

http://m.20minutes.fr/actu/view/id/741763/full/true;jsessionid=4BEEAD1B4B90760C690BD201DA10C060
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mort des abeilles met la planète en danger.   Aujourd'hui à 18:28

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort des abeilles met la planète en danger.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» 1087 - Mort de Guillaume le Conquérant à Rouen ...
» Le réchauffement de la planète, une escroquerie?
» Paulo le poulpe est mort !!!!!!!!!
» Forum Mort Sûre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Ecologie - Ecology-
Sauter vers: