FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Editorial du 14 novembre 2006

Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Editorial du 14 novembre 2006   Mar 14 Nov - 12:29

La Pologne joue un jeu trouble.


Nouvelle adhérente dans l’Union Européenne depuis 2004, la Pologne pose problème. Il y a en premier lieu son alignement systématique sur les positions de Washington. Après son adhésion à l’OTAN, mais elle ne fut pas malheureusement le seul pays d’Europe médiane à faire ce choix, la Pologne a décidé de ne se fournir en armement pour son armée qu’aux Etats-Unis, au lieu de privilégier l’achat de matériel européen. De plus, l’armée polonaise participe aux côtés des américains aux opérations en Irak. Par ailleurs, la vaste coalition actuellement au pouvoir, qui associe au parti conservateur PiS des frères Kaczynski, les nationalistes de gauche du mouvement paysan Samoobrona, « Autodéfense », d’Andrej Lepper, et les nationaux-catholiques radicaux de la Ligue des Familles (LPR), fait de la surenchère extrémiste sur les questions de société. En effet, ce gouvernement a proposé d’interdire l’avortement, même en raison d’un viol ou pour un motif thérapeutique. Certains de ses membres ont même demandé à ce que l’enseignement public évoque la thèse créationniste selon laquelle le monde a été créé par Dieu, thèse aussi défendue aux Etats-Unis dans les milieux chrétiens les plus fondamentalistes.

En outre, la Pologne tombe dans une russophobie obsessionnelle quasi systématique. Après avoir soutenu les partisans de la « révolution » orange en Ukraine, Lech Walesa ayant lui-même fait le déplacement, mais aussi les opposants au dirigeant biélorusse Loukachenko, ce qui peut davantage se comprendre, le gouvernement polonais exerce un chantage sur la Russie et sur l’Union Européenne, exigeant que Poutine signe une Charte de l’Energie, ce qu’il refuse, sous peine de voir capoter l’accord de partenariat UE – Russie dont la négociation est en cours. Une pression diplomatique américaine paraît évidente derrière ces actions polonaises, et évidemment tout cela refroidit un peu plus les relations entre la Russie et l’Union Européenne.

Malgré tout, un signe encourageant de satisfaction nous vient des dernières élections polonaises. Non que le parti libéral de Donald Tusk nous plaise, ce n’est pas le cas du tout, mais la déconvenue de la coalition actuelle au pouvoir, et des jumeaux Kaczynski – l’un président et l’autre premier ministre – est un signe encourageant. Ceci étant dit, les journaux occidentaux ne semblent avoir rien compris au résultat des dernières élections polonaises, car il y avait en même temps des municipales et des régionales, et les résultats sont contrastés.

Concernant les régionales, il n’y a que dans six régions sur seize que le parti conservateur PiS l’emporte face au parti libéral PO, notamment dans les régions autour de Varsovie, de Lublin, de Lodz ou encore de Cracovie, alors que l’ouest du pays (Poznan, Sczestin, Wroclaw…) voit la domination des libéraux. La gauche dépasse la barre de 20% dans deux régions, autour de Varsovie et autour de Torun. Contrairement à ce qu’annoncent les media français, le parti catholique LPR a réussi à franchir la barre des 5%, synonyme d’élus, dans quatre régions, dont celle autour de Varsovie (Mazowieskie), de Cracovie (Malopolskie) et de Lublin (Lubelskie). Le parti Samoobrona, dont le dirigeant Andrej Lepper avait été exclu du gouvernement, en raison de son hostilité à l’intervention américaine en Irak et de ses positions russophiles, avant d’être réintégré par la suite, résiste mieux, et dépasse 5% au niveau national. Pour être plus précis, dans onze régions sur seize il a des élus et il frôle l’élection dans une douzième avec 4,91% des voix dans la région de Poznan. Le résultat est donc bien meilleur que celui de la LPR. Il atteint ainsi 8,7% en Mazurie et 9,04% dans la région de Lublin.

En revanche, aux municipales, les alliés du PiS connaissent un véritable désastre, Samoobrona faisant 0,1% des voix à Varsovie par exemple, contre 0,3% pour la liste catholique LPR. Celle-ci ne s’en sort qu’à Wroclaw, avec 7,5% des voix. Le PiS connaît quant à lui des résultats contrastés puisque, dans les villes où le gagnant n’est pas un indépendant, celui-ci est battu par le PO à Lublin et connaît un véritable désastre à Gdansk. Mais à Varsovie, l’ancien premier ministre Marcinkiewicz, du PiS, résiste avec 38,4% des voix. Cependant, les libéraux font quand même 34% des voix et surtout la gauche, alliant ex-communistes et démocrates, atteint 23% des voix, ce qui implique que la capitale pourrait passer aux opposants au PiS.

Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ces résultats. En premier lieu, la dérive droitière et catholique du gouvernement semble déplaire de plus en plus à la population, et les scores très médiocres de la LPR l’indiquent. En second lieu, le positionnement pro-américain n’est pas tellement apprécié, et la résistance convenable de Samoobrona, peu américanophile c’est le moins qu’on puisse dire, semble le confirmer. Ceci étant dit, nous constatons une fois de plus que les mouvements populistes perdent de leur crédit lorsqu’ils acceptent de faire partie de coalitions. On l’avait constaté avec l’effondrement du FPÖ lorsque celui-ci s’était associé au parti conservateur ÖVP. Malheureusement, c’est surtout le parti libéral qui sort grand gagnant de cette confrontation, et son positionnement n’est pas moins pro-américain que celui du PiS. Quant aux « socialistes » de la LiD, ils remontent au détriment du PiS mais aussi de Samoobrona,qui perd tout de même quelques points à leur profit. Enfin, nous constatons avec un certain plaisir que le peuple polonais ne se laisse pas mener n’importe où et a eu, de fait, une réaction très salutaire. Le mouvement Samoobrona lui aussi doit en tirer quelques leçons et devrait sagement se retirer de la coalition actuelle au pouvoir, ce qui lui permettrait aux prochaines législatives d’éviter l’hémorragie et même de rebondir. Quant à la LPR réactionnaire, son effondrement est une très bonne chose.

Souhaitons que cet affaiblissement du gouvernement en place permette qu’une certaine modération, en particulier sur les questions religieuses et sur le positionnement à l’égard des Etats-Unis et de la Russie, voie le jour, ou à défaut que de nouvelles élections législatives aient lieu.


Thomas Ferrier
Secrétaire Général du PSUNE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Editorial du 14 novembre 2006
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Armistice..11 novembre 2006
» Lombardsijde novembre 1969 qui se reconnait? B4 pont
» 11 novembre & les Cadets de Marine
» Revue de presse - Novembre 2007
» REP INFO NOVEMBRE 2011 LEGION ETRANGERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: PSUNE - NEUSP :: Editoriaux du PSUNE - Editorials of the NEUSP-
Sauter vers: