FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J’emmerde le vote utile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandra
Optione
Optione


Féminin Nombre de messages : 166

MessageSujet: J’emmerde le vote utile   Sam 21 Oct - 20:09

J’emmerde le vote utile

par monolecte, 20 septembre 2006

Doit-on aller voter comme on va parier au champ de courses?

Ma candidature, espérée et ressentie par nombre d’entre nous comme meilleure solution pour défendre nos idées, est devenue impossible parce qu’elle souffrait d’un inconvénient de taille : la probabilité d’une victoire était faible et nombre de camarades auraient préféré défendre, contre leurs convictions, un autre candidat en mesure de gagner, selon la mécanique du vote utile
Le choix de l’alliance, Arnaud Montebourg, 24 juillet 2006


Les convictions exprimées, c'est plus utile pour la démocratie.



La question n’est pas de savoir si j’avais l’intention ou non de voter pour Arnaud. Elle n’est même pas de savoir pour QUI je compte voter, mais POUR QUOI et aussi POURQUOI.

Alors que le débat autour du TCE a fait la démonstration de l’appétence de démocratie participative de nos concitoyens, comme je l’avais déjà écrit à l’époque, ces aspirations légitimes sont aujourd’hui totalement noyées dans les guerres d’appareils et les combats de chefs. Ce qui permet de faire l’impasse sur le point capital de cette campagne électorale qui avance en tongs sans dire son nom : l’absence de projet de société.

Tout l’intérêt de la présence de Montebourg dans cette pré-campagne électorale était de remettre sur le tapis l’inadéquation[1], pour le moins, des institutions de la 5ème République pour maintenir ne serait-ce qu’un vernis démocratique dans une société totalement marchandisée et soumise aux diktats des multinationales. Et un bon débat de fond, ne serait-ce que sur le mode de gouvernance le plus adapté à notre époque, aurait été le bienvenu, en ces temps de disette idéologique.

Au lieu de cela, nous alllons irrémédiablement vers un affrontement de personnes sans grand intérêt, à savoir :
Pour vous administrer de force une politique économique franchement néo-libérale à la Bush/Blair, vous préférez Sarko ou Sarkozette?

Bref, me voilà très énervée, tant j’ai la certitude que l’on va de nouveau me confisquer mon vote citoyen sans autre forme de procès. Je pense que parti comme c’est, ils ne vont même pas se fouler à faire semblant d’écrire un programme. De toute manière, cela vaut mieux pour eux tous : ce ne pourrait être qu’un programme commun, puisque les deux grands partis se rejoignent sur le point clé de leur projet de société : sa totale soumission à l’économisme globalisé, sans aucune autre espèce de considération, quelle soit humaine, écologique, morale… etc.
La justification du non-choix

A partir du moment où les deux appareils politiques ne proposent fondamentalement que la même vision du monde, il est important de soumettre la masse abrutie des électeurs à ce non-choix. Ce qui est là tout l’intérêt du foutu vote utile.
Le concept est simple : chaque citoyen ne peut se prononcer sur le type de société dans lequel il veut évoluer qu’une fois tous les 5 ans. Ensuite, tout ce qui lui tombe sur la gueule est sensé être légitimé par le blanc-seing électoral, puisqu’entre deux consultations, nous ne sommes plus qu’une masse bêlante et stupide. Toute l’astuce, aujourd’hui, c’est de ne plus donner le choix au peuple borné, même de temps en temps, de faire en sorte que les grandes orientations se décident sans lui, en dehors de tout contrôle démocratique. Donc, on lui explique bien qu’il n’y a que deux partis qui ont une chance de gagner : Sarko ou Sarkozette. Et que ce serait un peu con de voter pour quelqu’un d’autre[2], puisque que les autres candidats ne sont là que pour la figuration et faire joli sur les plateaux télé pendant la campagne officielle.

Ce qui revient à dire que même si l’on désapprouve totalement le modèle de société prôné par les deux Janus, ce sera forcément cela qui va sortir des urnes et que si l’on veut que notre vote fasse partie du camp des vainqueurs, il faudra se prononcer sur des caractéristiques secondaires qui ne remettent en rien en cause le projet global[3]. Et l’on arrive ainsi à la conclusion que voter selon ses convictions ne sert à rien!

Ce qui prouve, une fois de plus, que personne n’a réellement compris la portée du premier tour de 2002.
Ce qui me conforte plus que jamais dans l’idée qu’il convient au contraire de résister à ce hold up sur les urnes!
Ce qui me pousse à penser que plus que jamais les citoyens doivent refuser le marketing politique à deux balles et forcer ceux dont c’est soit-disant le métier à aller au débat de fond, sur nos institutions, sur nos choix de société, sur la manière dont nous souhaitons Vivre-Ensemble[4] dans les prochaines années.

Car si nous décidons de tourner le dos au mythe du vote utile[5], si nous décidons que voter, c’est exprimer nos aspirations profondes, alors ce pourrait être une formidable surprise qui sortira des urnes en 2007!

Notes

[1] J’aurais pu écrire déliquescence, ce qui eut été plus adapté, tant la caste au pouvoir a détourné les instruments de gouvernance à son seul profit, mais cela résonne bien trop “déclinologue” à mon oreille!

[2] En fait, pour une alternative politique

[3] En gros, Karsher ou Mitard, solidarité a minima ou charité, avec ou sans vaseline…

[4] J’écris toujours ce mot dans son sens Arendtien

[5] Comme si voter selon ses convictions était inutile!

septembre 20th, 2006
Categories: analyses, Agnès Maillard . Author: monolecte

http://lemondecitoyen.com/2006/09/20/jemmerde-le-vote-utile/




Alors, voter par convictions ou bien voter par résignation ?

Convictions progressistes, impératifs écologiques, luttes sociales, une certaine idée de l'Europe etc.
Allons nous tout abdiquer pour le seul bénéfice d'une certaine utilité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/portal.forum?sid=40b7e04d0
Sandra
Optione
Optione


Féminin Nombre de messages : 166

MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Dim 22 Oct - 15:55

En approfondissement à mon message précédent, je rajouterais que la meilleure façon de soutenir, promouvoir, développer et ainsi porter ses convictions est tout simplement de voter pour ceux qui les incarnent les mieux.

Sinon, se représenter le paysage politique comme stable et immuable est une très grave erreur d'analyse.
Parfois, un simple petit événement catalyseur peut bouleverser voire inverser les rapports de forces.

Ainsi, assurer les conditions de possibilité de la mise en application de ses convictions s'avère l'attitude la plus efficace.
En effet, de la conjugaison de ce soutien avec un contexte favorable peut résulter une synergie aboutissant à ce changement politique majeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/portal.forum?sid=40b7e04d0
Invité
Invité



MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Dim 22 Oct - 17:05

Le vote utile ce sont les médias et les sondages qui veulent le faire provoquer mais malheureusement pour eux (heureusement pour la France) les français les suivent de moins en moins.
Revenir en haut Aller en bas
Sandra
Optione
Optione


Féminin Nombre de messages : 166

MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Jeu 2 Nov - 12:59

Présidentielle 2007 la liste des parrainages ne sera plus publiée

01 novembre 2006 - 17:31 (Par Marianne Coppier)





Le Conseil constitutionnel a annoncé que la liste intégrale des parrainages d'élus reçus par les candidats à l'élection présidentielle ne sera plus publiée. Pour l'élection présidentielle de 2007, le Conseil constitutionnel ne diffusera donc plus le nom des élus signataires que dans la limite du nombre requis de 500, tirés au sort, selon un avis du 31 octobre diffusé sur son site internet. Cette liste sera publiée aux environs du 19 mars 2007, précise le Conseil constitutionnel.

S'agissant du nombre minimal des parrainages, le Conseil constitutionnel s'est prononcé dans les termes suivants : « Une telle situation [le nombre sans précédent de candidats] comporte des inconvénients tant pour la clarté et la sincérité des opérations électorales que pour l'organisation matérielle et le contrôle de ces opérations. Le Conseil s'interroge de nouveau sur le bien-fondé de règles de présentation dont le renforcement en 1976 (qui a porté de 100 à 500 le nombre des présentations requises) ne suffit plus à éviter la multiplication des candidatures. Si le législateur partageait ce sentiment, il lui appartiendrait de prendre les mesures appropriées. »

Le Conseil constitutionnel rappelle aussi que pour qu'une candidature soit valable, elle doit être « présentée par au moins 500 citoyens habilités, élus d'au moins 30 départements ou collectivités d'outre-mer » sans qu'il y ait plus de 50 signatures dans le même département.

Par ailleurs, pour chaque candidature validée, seront publiées les présentations dans la limite du nombre et des proportions requis par la loi pour la validité des candidatures.

Dès lors que le législateur a refusé la publication intégrale des présentations (un amendement en ce sens ayant été repoussé lors de la discussion du texte qui allait devenir la loi organique du 5 avril 2006), les noms des présentateurs ne seront pas mis en ligne dans leur intégralité. Il est donc cohérent de renoncer également à les afficher exhaustivement dans les locaux du Conseil comme cela avait été le cas en 1988, 1995 et 2002.

Cette publication partielle entraîne, conformément à la décision du Conseil constitutionnel du 24 février 1981, un " tirage au sort sous contrainte " (pour chaque candidature valide : 500 signatures dans au moins 30 départements, sans qu'aucun département ne rassemble plus de 50 signatures). Est ainsi respectée l'égalité entre présentateurs indépendamment de la date d'envoi ou de dépôt des formulaires.

Pour atteindre cet objectif, les services du Conseil constitutionnel ont mis au point un logiciel dont les résultats ont été pleinement satisfaisants.

http://www.emploi-stage-environnement.com/20061101_presidentielle_2007_liste_parrainages.php



" ... Le Conseil s'interroge de nouveau sur le bien-fondé de règles de présentation dont le renforcement en 1976 (qui a porté de 100 à 500 le nombre des présentations requises) ne suffit plus à éviter la multiplication des candidatures. Si le législateur partageait ce sentiment, il lui appartiendrait de prendre les mesures appropriées. » ... "

" ... Le Conseil constitutionnel rappelle aussi que pour qu'une candidature soit valable, elle doit être « présentée par au moins 500 citoyens habilités, élus d'au moins 30 départements ou collectivités d'outre-mer » sans qu'il y ait plus de 50 signatures dans le même département. ... "

Les présentations médiatiques vis à vis des containtes de parrainage à l'encontre de la libre accessibilité à la candidature à la fonction de président de la république française mettent surtout l'accent sur la manière dont seront effectuées les publications.
La transparence reste certes indispensable.
Néanmoins, l'essentiel se trouve être la possibilité de se confronter aux électeurs qui dans une démocratie doivent décider par leurs votes qui préside la France.
Les conditions d'accès n'ont pas à être assujetties aux plans de carrières de certains considérant avoir trop de concurrents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/portal.forum?sid=40b7e04d0
Sandra
Optione
Optione


Féminin Nombre de messages : 166

MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Dim 28 Jan - 17:46

En matière de politique, une question cruciale est celle de la différentiation des partis dans le paysage politique. Ainsi, les découpages tels que droite et gauche ou conservateurs et progressistes se déterminent selon les divergences considérées.
Mais, il importe de comprendre vis-à-vis des distinguos présentés quels sont les écarts de positionnement purement rhétoriques et quels sont ceux concrets et significatifs.

Dans le cas du bipartisme de fait, comme aux USA par exemple, deux partis prétendent occuper à eux seuls tout le paysage politique. Démocrates et Républicains se prétendent très différents. Les premiers seraient la gauche ; Les seconds, la droite.
En pratique, comment vérifier des intentionnalités, des objectifs, des politiques, etc témoignant, par le constat de leurs exercices du pouvoir, d’identités politiques concrètement différentes ?



L’Irak pourrait a priori constituer un bon exemple : Un George Bush Républicain caractéristique du président fortement marqué à droite s’opposerait aux Démocrates eux marqués à gauche. Les partisans de droite déterminer à continuer la guerre tandis que ceux de gauche souhaitant y mettre un terme.

Seulement, en 1968, le président Lyndon Johnson était Démocrate et pour la poursuite de la guerre du Vietnam alors que Richard Nixon qui lui succédera était Républicain et pour l’application d’un plan de désengagement. Ce plan, impliquant la constitution d’une armée sud-vietnamienne et la stabilisation d’un état pro étasunien, ressemble beaucoup à celui actuellement soutenu par la récente majorité Démocrate au congrès.

« … Johnson renforce constamment l'effort de guerre entre 1965 et 1968, ce qui entraîne la mort de milliers de soldats américains, et peut-être 60 fois plus de soldats vietnamiens (les estimations vont de 500 000 à 4 000 000). En même temps, Johnson craint que la guerre ne détourne l'attention de son programme social, c’est pourquoi l'escalade militaire, bien que significative, n'est jamais suffisante pour faire pencher la balance sur le plan militaire. Cette approche est très mal vue par le Pentagone et les alliés des États-Unis au Viêt Nam du sud. La stratégie de Johnson est perçue par certains comme la cause de la défaite des Américains au Viêt Nam. La présidence de Johnson est très vite dominée par la guerre du Viêt Nam. Alors que de plus en plus de soldats américains meurent au Viêt Nam, la cote de popularité de Johnson diminue, particulièrement lorsqu’il est confronté aux manifestations étudiantes (« Hé, hé, LBJ, combien d’enfants as-tu tué aujourd’hui ? »). … » http://fr.wikipedia.org/wiki/Lyndon_Baines_Johnson

« … la « vietnamisation » de la Guerre du Viêt Nam : retrait progressif des troupes américaines du Viêt Nam en les remplaçant par des combattants sud-vietnamiens ;
Dans le cadre de la guerre du Viêt Nam, les bombardements sur le territoire du Cambodge neutre, puis le renversement du régime en place. …
… Le 30 juillet 1969, Nixon fait une visite surprise au Viêt Nam du Sud où il rencontre le président Nguyễn Văn Thiệu et le commandant en chef des forces armées américaines. La guerre se termine pendant sa présidence, mais après quatre années de bombardements massifs, de piétinements sur le terrain et par le retrait des troupes du Viêt Nam du Sud. … »
[url] http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Nixon[/url]
« … Richard Nixon est élu président et démarre à compter de janvier 1969 sa politique de lent désengagement de la guerre. Le but est d'aider progressivement le Sud à construire sa propre armée de sorte qu'il puisse poursuivre la guerre par lui-même. Cette politique devient la clé de voûte de la « doctrine Nixon ».
Appliquée au Viêt Nam, la doctrine devient la « vietnamisation » déjà effectuée par les Français dès 1949 avec la création d'un État vietnamien de Saïgon et son "Armée nationale" peu différent de l'État français de Vichy avec son Armée de l'intérieur en 1940-1945. Le but de la vietnamisation est de permettre à l'armée du Sud Viêt Nam de tenir de mieux en mieux contre le FNL et l'armée du Nord Viêt Nam, et surtout de ne plus faire subir autant de pertes à l'armée américaine. Cela doit aussi donner, selon le bon mot de Mr Kissinger, « l'intervalle nécessaire » au désengagement des troupes américaines. Les soldats du Sud Viêt Nam seront formés par les américains. … » http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam


Alors donc ?
Les divergences ne sont elles pas en fait simplement des postures verbales correspondant à des critiques circonstancielles de l’action d’un de ces deux partis lorsque celui-ci exerce le pouvoir par l’autre lorsque ce second se trouve dans l’opposition ?
L’un critique l’autre cycliquement. Et, aux grés des alternances, les inflexions de politiques s’effectuent : Celles-ci auraient de toute manière eut lieu mais se trouvent médiatisées comme traduisant des identités opposées gauche droite attribuées aux Républicains et aux Démocrates.
Cela simule le changement démocratique.

De là, une autre vision du paysage politique étasunien est de considérer ce bipartisme fondé sur des partis jumeaux qui, tenant à se distinguer autant que faire se peut par leurs postures et leurs rhétoriques, adhèrent aux mêmes intentionnalités et possèdent un attachement identique au libéralisme économique.



En France, ce danger de restriction démocratique à un bipartisme existe aussi. Les blocs centraux, PS, UDF et UMP encouragent le « vote utile » et se prétendent fédérateurs de tout l’espace politique. Ces trois partis formatent leurs discours à dessein. Leurs trois candidats respectifs appliqueraient concrètement en fait strictement la même politique de rupture vers le libéralisme économique se trouvant élu à la présidence de la république.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/portal.forum?sid=40b7e04d0
Sandra
Optione
Optione


Féminin Nombre de messages : 166

MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Sam 24 Fév - 16:42

En France, les blocs centraux offrent trois choix de candidatures au travers du PS, de l'UDF et de l'UMP.

Les français peuvent donc choisir entre trois versions la façon dont la rupture vers le libéralisme économique sera appliquée en France.
Il s'agit du libéralisme économique rose, dit de gauche, du libéralisme économique orange, dit ni de gauche ni de droite et du libéralisme économique bleu, dit de droite.

Le marketing politique propose ainsi ces trois emballages du même produit.
De manière concrète, malgrès des discours très différents, les politiques mises en place seraient strictement les mêmes, à commencer par la remise en cause de la non ratification du Traité établissant une Constitution pour l'Europe. Ce n'est pas un hasard si le TCE n'est évoqué ni par le PS, ni par l'UDF ni par l'UMP ... Les français pourraient encore "mal voter" ... Wink

Nota bene : L'on peut aussi choisir de voter pour soutenir une candidature non économiquement libérale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/portal.forum?sid=40b7e04d0
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Sam 24 Fév - 19:39

Citation :
Il s'agit du libéralisme économique rose, dit de gauche, du libéralisme économique orange, dit ni de gauche ni de droite et du libéralisme économique bleu, dit de droite.

C'est bien vu Smile

_________________
"Europe, relève toi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J’emmerde le vote utile   Aujourd'hui à 14:09

Revenir en haut Aller en bas
 
J’emmerde le vote utile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» seau à couches, utile?
» le porte bébé est-il utile quand on a un landau?
» Vote obligatoire
» A toute fin utile
» protection siège: utile?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Général - General-
Sauter vers: