FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Service minimum, droit de grève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Service minimum, droit de grève   Mer 14 Juin - 10:46

En Allemagne, les fonctionnaires n'ont pas le droit de grêve. Faut-il s'en inspirer pour le fonctionnariat européen ? Faut-il au contraire rendre simplement obligatoire un service minimum ? Faut-il instituer des organismes spécifiques au fonctionnariat pour désactiver les crises ? Faut-il imaginer un conseil du service public élu par les fonctionnaires qui défendent les intérêts des salariés du public ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frédérique
Légat
Légat


Féminin Nombre de messages : 1110

MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Mer 14 Juin - 15:04

Je pense qu'il est préférable d'instaurer 1 service minimum concerté.
C'est ce qui s'est passé a la SNCF, et maintenant les grèves ne paralysent pas les transports publics...sauf si vous habitez a perpète, mais là je ne peux rien pour vous.
Une interdiction du droit de grève serait une mauvaise chose. les usagers seraient peutêtre "heureux" de toujours pourvoir prendre leur metro...mais il n'y aurait plus de moyen de contestation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Mer 14 Juin - 20:41

Citation :
j'ai toujours dit et pensé qu'il fallait égaliser la condition des salariés (privé) et des fonctionnaires (public),

Tout à fait d'accord... Dans le meilleur des mondes, sa serait bien que tout soit privatiser par l'Etat tout en restant efficace et productif, mais dans le monde actuel je met cette idée de côté

Le droit de grêve devrait être beaucoup plus controlé a mon sens, quand on voit les abus qu'en font certains ca ne peut que porter atteinte a la bonne marche du pays...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Jeu 15 Juin - 18:45

Manif du CPE (meme si légalement c'est censé pas être la même chose), grêve des transports publics pour un oui ou pour un non, manif parce que machin a dis que a la télé, manif pour le plaisir de faire une manif, manif pour secher les cours

Je suis pour la liberté d'expression mais là y a de l'abus, comment un pays dont la populace passe son temps dans la rue a râler peut être compétitif ? Sans parler du fait que la plupart du temps cette "expression" n'a même pas de fond réel...

Faut voter des lois qui reglementent severement tout ca
Revenir en haut Aller en bas
evro-sotsializm
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 253

MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Jeu 23 Aoû - 1:18

Pffff Intriguants, certains commentaires, au fait le S de PSUNE, il n'est pas là pour faire joli, il signifie socialiste , lorsqu'on est de gauche la réflexion typique, c'est: s'il y a grève, c'est qu'il y a un problème et que peut-être les grévistes ont des raisons de se plaindre et non pourquoi ils ne retournent pas au boulot ces fainéants (ça pour le coup, ça fait bien de droite), certains ignorent juste un petit détail, la France n'est pas un pays de grévistes, des pays de l'europe de l'ouest font bien plus de grèves que nous, ça peut paraitre difficile à croire, mais si, encore un fantasme alimenté par les medias, un peu comme le fonctionnaire payé pour faire grève ou le militaire qui ne paient pas d'impôts . En France, si on a beaucoup de grèves dans les services publics (seuls secteurs où les syndicats peuvent avoir un peu de pouvoir grâce à la sécurité de l'emploi des fonctionnaires qui les protègent des nuisances dûes au chômage), cela découle de l'application du Traité de Maastricht avec une privatisation des SPIC, une ouverture à la concurrence des SPIC (service public à caractère industriel ou commercial pour les profanes) avec La Poste, EDF/GDF, SNCF, France Telecom..., la fin de tous les concours de fonctionnaires pour ces SPIC ainsi qu'une diminution du nombre de fonctionnaires des SPA (service public à caractère administratif) avec l'Education nationale, la Défense... Il y a donc une lutte des fonctionnaires pour conserver leurs droits et même certainement leurs emplois (à mon avis la sécurité de l'emploi des fonctionnaires va certainement être remise en question, au moins pour ceux des SPIC, l'ouverture du droit aux fonctionnaires de toucher les ASSEDIC décidée sous la présidence Chirac, est un signal fort en ce sens) et ce n'est pas moi, salarié du privé, qui vais leur reprocher de se battre (même s'il s'agit d'un baroud d'honneur perdu d'avance) face à la double trahison du parti dit socialiste (Mitterand en faveur de Maastricht dans un premier temps puis application zélée des directives libéralisantes prises sous le fondement de Maastricht par le gouvernement Jospin qui a le plus privatisé de SP), je crois d'ailleurs que c'est la raison de leur désaffection au sein des fonctionnaires, finalement voter PS ou UMP ne change pas grand chose à leur situation, donc on ne se précipite pas sur le bulletin de vote rôsatre et donc on perd les deux dernières présidentielles à pas grand chose à chaque fois.

Pour revenir au sujet, le service minimum est une vaste supercherie de la droite pour imposer un contrôle (avec des intimidations) sur les travailleurs habitués à se défendre, c'est tout, le service minimum a toujours existé, les départs de grève avec plus de 50% des effectifs sont très rares et plus de 75% sont pratiquement inexistants, donc le service minimum existe dans les faits premièrement, secondement, n'oubliez pas non plus que les entreprises essayent de pourrir le mouvement en le rendant impopulaire aux yeux des usagers du service public (ex: mettre tout le personnel sur une ligne peu fréquentée et diminuer les effectifs sur les lignes bondées).

Pour ce qui est de supprimer le droit de grève sans avantages particuliers laissés aux fonctionnaires par rapport aux salariés du privé, vous obtiendrez vite des grèves du zèle et perlée lorsque les conditions de travail ne plairont plus (le principe est simple les contrôleurs font semblant de contrôler, la cadence ralentie...) voire des actes de sabotage si vous persistez à ne pas voir vouloir répondre aux revendications, sans compter une désertion pure et simple de prétendants dans ce secteur, avec le plein emploi (rappelons au passage que personne ne voulait devenir postier par exemple dans les années 70 à 80 à cause des conditions de travail moins intéressantes que dans les entreprises privées, c'est vous dire d'ailleurs si on a regressé socialement , du coup La Poste a du recruter beaucoup de simplets totalement incompétents pour faire le travail). La grève, ce n'est pas qu'un moyen de revendication, c'est aussi une soupape (surtout de nos jours malheureusement).

L'idée d'un conseil du service public élu par les fonctionnaires me séduit plus, il faudrait donc toujours opérer le distinguo entre fonctionnaires et salariés du privé, il faudrait uniquement des délégués du personnel dans ce conseil (les directions du SP ne devraient pas y sièger, il faut éviter toute résurgence du corporatisme) et il faudrait veiller surtout à ce que les avantages soient plus élevés que ceux du privé (pas pour le plaisir de donner plus de droits aux fonctionnaires mais pour recruter de meilleurs éléments avec des concours plus sélectifs, étant donné que les SP sont situés aux points vitaux de la nation et que ceux-ci doivent être obligatoirement en position monopolistique dans leurs secteurs, il faut leur fournir les meilleurs travailleurs de l'Etat et pour que ceux-ci acceptent de perdre leur droit de coalition et de grève). Cela permettrait de faire remonter les problèmes, de les traiter et d'éviter une rupture abusive de la continuité du SP, mais reste le problème des moyens de pression qu'auraient ce conseil sur la direction.
Mais même dans ce cas, à part une question de principe moral: tu es privilégié donc tu restes dévoué à l'Etat, je ne vois pas l'intérêt de supprimer le droit de vote des fonctionnaires, s'ils sont traités correctement, croyez-moi ils ne vont pas faire une grève dans le but d'entacher leur popularité et de perdre de l'argent, l'utilisation abusive du droit de grève sera réduite de fait. En terme de coût, les grèves n'ont en tout cas pas un grosse incidence sur certaines entreprises nationalisés EDF et La Poste par exemple sont largement bénéficiaires comme la plupart des grosses boites du privé (et depuis longtemps rappelons aussi pour information que l'Etat n'hésitait pas à une époque à piller une part des bénéfices de ces entreprises pour éponger ses dettes, qu'on ne s'étonne pas non plus si ces entreprises n'ont pas pu prendre un essor plus conséquent).

Une petite citation de cet ****** de Mitterand en guise de conclusion; les 2 meilleures façons de nuire au droit de vote, c'est premièrement de le contrôler, c'est ce que veut la droite et c'est secondement d'en abuser, c'est ce que font les communistes.


Dernière édition par le Dim 2 Sep - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
evro-sotsializm
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 253

MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Dim 2 Sep - 21:01

Pour information, le droit du travail positif en France concernant le droit de grève dans les servives publics (droit s'appliquant de façon indifférenciée aux fonctionnaires de droit public et de droit privé, ainsi qu'aux contractuels):

Article L.521-2
Entrée en vigueur le 16 Juillet 1987
Modifié par LOI n°87-529 du 13 juillet 1987 art. 56 (JORF 16 juillet 1987).

Les dispositions de la présente section s'appliquent aux personnels de l'Etat, des régions, des départements et des communes comptant plus de 10.000 habitants ainsi qu'aux personnels des entreprises, des organismes et des établissements publics ou privés lorsque ces entreprises, organismes et établissements sont chargés de la gestion d'un service public. Ces dispositions s'appliquent notamment aux personnels des entreprises mentionnées par le décret prévu à l'alinéa 2 de l'article L. 134-1.



Article L.521-3
Entrée en vigueur le 20 Octobre 1982
Modifié par LOI n°82-889 du 19 octobre 1982 ART. 4 (JORF 20 OCTOBRE 1982).

Lorsque les personnels mentionnés à l'article L. 521-2 (fonctionnaires, agents de l'Etat et des collectivités locales) font usage du droit de grève, la cessation concertée du travail doit (condition préalable) être précédée d'un préavis.


Le préavis émane de l'organisation ou d'une des organisations syndicales les plus représentatives sur le plan national, dans la catégorie professionnelle ou dans l'entreprise, l'organisme ou le service intéressé.

Il précise les motifs du recours à la grève.


Le préavis doit parvenir cinq jours francs (délai) avant le déclenchement de la grève à l'autorité hiérarchique ou à la direction de l'établissement, de l'entreprise ou de l'organisme intéressé. Il fixe le lieu, la date et l'heure du début (mentions obligatoires) ainsi que la durée limitée ou non, de la grève envisagée.


Pendant la durée du préavis, les parties intéressées sont tenues de négocier (obligation).



Article L.521-4
Entrée en vigueur le 23 Novembre 1973
Créé par LOI n°73-4 du 2 janvier 1973 (JORF 3 janvier 1973).

En cas de cessation concertée de travail des personnels mentionnés à l'article L. 521-2, l'heure de cessation et celle de reprise du travail ne peuvent être différentes (interdiction) pour les diverses catégories ou pour les divers membres du personnel intéressé.


Des arrêts de travail affectant par échelonnement successif ou par roulement concerté les divers secteurs ou les diverses catégories professionnelles d'un même établissement ou service ou les différents établissements ou services d'une même entreprise ou d'un même organisme ne peuvent avoir lieu.



Article L.521-5
Entrée en vigueur le 23 Novembre 1973
Créé par LOI n°73-4 du 2 janvier 1973 (JORF 3 janvier 1973).

L'inobservation des dispositions de la présente section entraîne l'application, sans autre formalité que la communication du dossier, des sanctions prévues par les statuts ou par les règles concernant les personnels intéressés.


Toutefois, la révocation et la rétrogradation ne peuvent être prononcées qu'en conformité avec la procédure disciplinaire normalement applicable. Lorsque la révocation est prononcée à ce titre, elle ne peut l'être avec perte des droits à la retraite.



Article L.521-6
Entrée en vigueur le 20 Octobre 1982
Modifié par LOI n°82-889 du 19 octobre 1982 ART. 3 (JORF 20 OCTOBRE 1982).

En ce qui concerne les personnels visés à l'article L. 521-2 (fonctionnaires, agents de l'Etat et des collectivités locales) non soumis aux dispositions de l'article premier de la loi n° 82-889 du 19 octobre 1982, l'absence de service fait par suite de cessation concertée du travail entraîne une retenue du traitement ou du salaire et de ses compléments autres que les suppléments pour charges de famille. Les retenues sont opérées en fonction des durées d'absence définies à l'article 2 de la loi précitée.

Les 2 principales différences avec une grève dans une entreprise sans service public résident dans le préavis de 5 jours et l'interdiction absolue des grèves tournantes (art L521-4 alinéa 2) visant à désorganiser le service public et donc à rompre avec la continuité du service public (principe à valeur constitutionnelle).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
evro-sotsializm
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 253

MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Mar 4 Sep - 23:51

Apparemment, les fonctionnaires européens actuels bénéficient du droit de grève aussi. Dommage je n'arrive pas à trouver les conditions pour déposer un préavis de grève. En revanche, ils peuvent être licenciés pour insuffisance professionnelle selon l'article 51 de leur régime après l'application de différentes sanctions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Der K
Centurion
Centurion


Nombre de messages : 228
Localisation : Bilskirnir

MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Jeu 13 Sep - 18:22

dans la société libérale actuelle, je suis contre toute limitation du droit de grève. étant un syndicaliste tendance révolutionnaire, je ne peux admettre qu'un état libéral pronant une dictature mole et un controle presque parfait des médias se permette de limiter le seul levier réellement efficace.

le vrai problème, c'est le contrôle des syndicats par toute une intelligencia marxiste internationaliste, et, tout compte fait, pas vraiment socialiste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
evro-sotsializm
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 253

MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Jeu 13 Sep - 22:32

C'est ce que j'aime bien sur ce forum, c'est que l'on y trouve des gens réfléchis, en effet pq vouloir limiter une grève nuisant au système libéral et mondialiste qui nous mène droit à notre mort, mais vas expliquer celà à un droitiste avec eux ils faudraient travailler jusqu'à se rompre les os pour donner dans 40ans notre pays flambant neuf à des extra-européens , non mais sans rire, si nous venions inéluctablement à disparaitre, lèguons-leur plutôt une terre brûlée. Quels intérêts avons-nous à servir les traitres occidentaux et les futurs locataires de ces lieux?

Citation :
le vrai problème, c'est le contrôle des syndicats par toute une intelligencia marxiste internationaliste, et, tout compte fait, pas vraiment socialiste

Tu veux parler de la CGT, je suis aussi d'accord sur ce point, tant que la direction de ce syndicat n'a pas quitter son idéologie "prolétaires de tous les pays unissez-vous" ou plutôt assimiler que Marx ne fait que référence aux pays de peuplement européen, cette ligne politique sert plutôt objectivement le grand patronnat que le peuple. En revanche la base, syndiqués et syndicalistes, serait favorable à notre politique.
Celà dit, ils ne sont pas un problème pour nous, il y a des priorités à effectuer pour rendre un programme socialiste viable et ce n'est pas la faible capacité de nuisance de Bernard Thibault qui nous freinerait le plus en cas de croissance du parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Service minimum, droit de grève   Aujourd'hui à 18:30

Revenir en haut Aller en bas
 
Service minimum, droit de grève
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Droit de l'homme et démocratie
» grève 7$$ ou pas
» Retarite et interruption de service
» Dijon : Grève spontanée sur le réseau Divia
» Service d'Enlèvement & Destruction d'Engins Explosifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Socialisme européen - European socialism-
Sauter vers: