FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le serment du jeu de paume !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Le serment du jeu de paume !   Mer 30 Nov - 14:47

Citation :
La lutte politique qui oppose le Roi et le Tiers État en ce mois de mai 1789, a pour origine une question d'équité sociale : l'ascendant décisionnel du Roi et des classes privilégiées , par le vote, ne semble plus acceptable à la majorité du peuple, représentée par le corps des députés du Tiers État ( le " troisième état" ), qui représente 96% des français. L'obstination de ceux-ci aura raison d'une politique hésitante devant une cascade d'évènements bien difficile à maîtriser.

Le 5 mai 1789 , le Roi de France, Louis XVI, réunit les États généraux, ce qui n'a pas eu lieu depuis cent cinquante ans, dans la salle de l'Hôtel des Menus Plaisirs. Il est prévu de délibérer par ordre. Le Roi siège sur l'estrade, à côté duquel se place la reine Marie-Antoinette et le frère du Roi, comte de Provence. En face, le Tiers État ; à droite du Roi, le clergé ; à sa gauche, la noblesse. Dès les premiers jours, le Tiers État propose la délibération en commun de tous les députés et le vote par tête.

Pour le vote par tête, on comprend : 1200 députés - 300 pour le clergé, 300 pour la noblesse, 600 pour le tiers-état. Le vote par ordre assurait d’avance au clergé et à la noblesse deux voix contre une, et le vote par tête donnait la majorité au Tiers État. Car, dans la députation du clergé aux États généraux, sur 300 représentants, on compte 208 curés, quelquefois sensibles aux idées du Tiers État.

Le 17 juin, les élus du Tiers État, se considérant comme les vrais représentants de la nation, sur la proposition de l’abbé Siéyès, se proclament "Assemblée nationale", décident de légiférer en matière de finances, menacent le Roi de la grève de l’impôt. L'abbé Siéyès invite le clergé et la noblesse à se réunir à lui. Sur ce, le Roi fait fermer la salle des États, sous le prétexte de préparatifs en vue de la prochaine séance royale.

Le 19, à Versailles, le clergé vote sa réunion à l'Assemblée nationale.

Le 20 juin, les députés, qui trouvent la porte ceinte de soldats, décident de se réunir dans une salle toute proche, celle du jeu de Paume. Tous les membres de cette assemblée, sur la demande du député Mounier, prêteront à l’instant le serment " de ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ". Bailly, qui préside, monte sur une table, et répète la formule à haute voix. Les députés présents clament leur adhésion à cet engagement, sous les applaudissements frénétiques de la foule massée dans les tribunes. Le lendemain, ces derniers s’installent dans l’Église saint-Louis, où viennent s'associer 148 prêtres et quelques nobles.

Le 23 juin, avec insistance, les députés du Tiers État réaffirment leur volonté de tenir leur serment. Le clergé se rallie à eux par 148 voix contre 136. Louis XVI prend alors la parole devant l’assemblée : il invalide les décisions du tiers, interdit aux trois ordres de siéger en commun et ordonne la délibération par ordre. Bailly lui aurait répondu : " La Nation n'a pas à recevoir d'ordres ". Le clergé et la noblesse obéissent et se retirent dans leurs salles particulières. Le Roi promet encore quelques réformes ( égalité devant l’impôt, abolition de l’impôt de la taille, des corvées, des lettres de cachet …) et conclut en enjoignant au tiers de se retirer. Le Marquis de Dreux-Brézé, maître des cérémonies, rappelle l’ordre royal. Mirabeau lui lance alors la réplique désormais célèbre : " Aller dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous ne quitterons nos places que par la force des baïonnettes ! ". Siéyès ajoute : " Nous sommes aujourd’hui ce que nous étions hier. Délibérons ! " et demande à l’Assemblée de se déclarer inviolable. Finalement le Roi renonce : " Eh bien, s’ils ne veulent pas s’en aller, qu’ils restent ! ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
G
Invité



MessageSujet: Re: Le serment du jeu de paume !   Mer 30 Nov - 15:00

Siéyès était fasciné par les Gallo-Romains.
Revenir en haut Aller en bas
Bruno
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2109
Localisation : Nation européenne.

MessageSujet: Re: Le serment du jeu de paume !   Mer 30 Nov - 17:23

L'illustration en image.


_________________
- La nature comme socle, l'excellence comme but, la beauté comme horizon. - Μολών Λαβέ !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neusp.eu
Gaëlle
Centurion
Centurion


Nombre de messages : 207

MessageSujet: Re: Le serment du jeu de paume !   Jeu 1 Déc - 11:10

Dommage que la toile soit inachevée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le serment du jeu de paume !   Aujourd'hui à 15:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Le serment du jeu de paume !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Morin et le nouveau serment d'Epaignes
» Le serment d'Hippocrate
» 2 mars 1941 : Le serment de Koufra .
» Retour sur la seconde prestation de serment de Barack Obama - 21/01
» Serment GIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Histoire de l'Europe - History of Europe-
Sauter vers: