FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nos ancêtres agriculteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
G
Invité



MessageSujet: Nos ancêtres agriculteurs   Mar 15 Nov - 20:42

Citation :
L'agriculteur du néolithique était plutôt casanier

paléontologie Les agriculteurs du néolithique, s'ils ont transmis leur culture de proche en proche il y a sept mille cinq cents ans, se sont peu déplacés eux-mêmes.
Isabelle Brisson
[14 novembre 2005]

IL Y A sept mille cinq cents ans, au néolithique, venant du croissant fertile du Proche-Orient, les premiers agriculteurs se sont installés en Europe. En même temps que l'agriculture, ces fermiers ont répandu leur culture par le biais de poteries et d'outils, leurs langues et leurs gènes. Une équipe européenne de scientifiques (1) qui viennent d'analyser l'ADN fossile de squelettes du néolithique avancent que ces agriculteurs auraient eu peu d'incidence sur la constitution des populations européennes actuelles. Et que notre diversité se serait principalement enracinée dans le paléolithique supérieur.


Pour en arriver à ces conclusions, les auteurs ont extrait des séquences d'ADN mitochondrial (transmis uniquement par la mère et qui échappe en principe au brassage ou à la recombinaison de gènes à chaque génération) de 24 squelettes d'agriculteurs du néolithique provenant d'Allemagne, d'Autriche et de Hongrie. Après avoir utilisé une banque de données mondiale rassemblant 35 000 échantillons d'ADN «moderne», ils en ont déduit que l'héritage génétique de ces premiers agriculteurs européens chez nos contemporains était très faible.


«Je suis plutôt convaincu par cet intéressant travail», confirme Jean-Denis Vigne, CNRS-Muséum d'histoire naturelle (2). «Des caractéristiques génétiques de types (N1a) qui sont rares à notre époque ont été trouvées sur 6 des 24 spécimens étudiés, ainsi que 2 sous-types jamais décrits dans les populations actuelles. Caractéristiques qui étaient présentes dans 5 sites distants les uns des autres.»


Bien que l'étude ne porte que sur peu d'individus (24), elle va dans le sens de ce que pensaient nombre de spécialistes. A savoir que les cultures européennes venaient d'Orient ou du Moyen-Orient mais qu'au néolithique peu de déplacements de populations se sont produits sur de grandes distances. Et que ce sont les idées et les compétences qui ont diffusé au sein d'un tissu humain peu mobile. Les premiers chasseurs circulaient sur un grand territoire, mais certainement pas au niveau de l'Europe, indique encore Jean-Denis Vigne.


Même les «colonisateurs» de l'époque n'allaient pas très loin. Ils ont mis plusieurs millénaires pour occuper l'Europe. Le mode de vie néolithique a progressé peu à peu d'est en ouest par transfert de proche en proche de savoirs techniques, d'animaux domestiques, de céréales. Certaines haches polies en roche verte, par exemple, ont voyagé des Alpes jusqu'au nord de l'Europe, des objets du littoral (coquillages) par le jeu d'échanges de proche en proche.


(1) «Science» 11 novembre 2005. (2) Auteur des «Débuts de l'élevage», Editions Le Pommier.
Revenir en haut Aller en bas
G
Invité



MessageSujet: Re: Nos ancêtres agriculteurs   Mar 15 Nov - 20:45

Citation :
Qui sont les ancêtres des Européens?

NOUVELOBS.COM | 13.11.05 | 22:01


Tombe découverte en Allemagne, à Halberstadt, d’un ancien cultivateur arrivé en Europe central il y a 7.500 ans.

Les Européens d’aujourd’hui sont-ils majoritairement les descendants des chasseurs-cueilleurs installés sur le continent il y a 40.000 ans, ou bien des premiers agriculteurs arrivés il y a 7.500 ans du Croissant fertile ? Une nouvelle étude publiée dans la revue Science fait pencher la balance en faveur de la première hypothèse. Les hommes qui ont apporté leur savoir-faire agricole en Europe Centrale auraient laissé peu de traces génétiques, selon l’équipe de Joachim Burger (Université de Mayence, Allemagne).

Ces chercheurs ont extrait l’ADN mitochondrial (ADNmt) de 24 squelettes de ces anciens agriculteurs retrouvés sur différents sites en Europe centrale. L’ADNmt est transmis par la mère et permet d’établir des lignées maternelles, alors que le chromosome Y permet de retracer les lignées paternelles. Leurs analyses montrent que six de ces 24 individus appartiennent à une lignée humaine très peu représentée actuellement (environ 0,2% en Europe centrale).

Ces résultats contredisent les études basées sur le chromosome Y qui révélaient une forte empreinte génétique de ces cultivateurs arrivés il y a 7.000 ou 7.500 ans.


Le destin différent des hommes et des femmes pourrait expliquer en partie cette contradiction, les femmes issues des populations plus anciennes de chasseurs-cueilleurs se mêlant aux nouveaux agriculteurs arrivés de l’Est.

La comparaison de ces ADNmt avec ceux d’anciens cultivateurs du Proche-Orient permettrait de vérifier que la lignée rare observée en Europe était aussi fréquente dans cette région. Les résultats de l’équipe de Berger satisfont les partisans d’un modèle culturel de diffusion de l’agriculture en Europe, à partir d’un petit nombre de cultivateurs. A l’inverse, une diffusion par la migration implique la progression d’une population plus large qui aurait donc laissé davantage de traces génétiques chez les Européens d’aujourd’hui. Le débat entre les deux modèles n’est pas encore tranché.

Cécile Dumas
(14/11/05)
Revenir en haut Aller en bas
 
Nos ancêtres agriculteurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les agriculteurs investissent t-ils de trop?
» Agriculteurs en colère
» Sauvons l'identité agricole
» Granville: L’agriculture revient sur terre
» Festival de la terre. 6 & 7 Sept. Doudeville (76).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Histoire de l'Europe - History of Europe-
Sauter vers: