FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chirac.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Chirac.   Mar 4 Oct - 11:30

http://www.mpf-rhone.org/documents/chirac.mp4

sans commentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Wolf
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 2014
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Re: Chirac.   Mar 4 Oct - 11:35

Ha oui quand meme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chirac.   Mar 4 Oct - 16:06

Dans le genre je retourne ma veste!
Revenir en haut Aller en bas
Fish
Citoyen
Citoyen


Masculin Nombre de messages : 96
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: Chirac.   Mar 4 Oct - 17:23

Lol pas mal.
En meme temps beaucoup de positions ont changé en l'espace de 20 ans. Mais c'est vrai que ca reste un mensonge de dire que dès le début il était profondément POUR l'Europe, ou alors c'était peut-etre une Europe dont il avait une certaine idée en tete, pas celle qu'on proposait à l'époque, ce qui pourrait fournir une explication... Mais j'y crois moyennement ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chirac.   Mar 4 Oct - 17:24

Fish a écrit:
Lol pas mal.
En meme temps beaucoup de positions ont changé en l'espace de 20 ans. Mais c'est vrai que ca reste un mensonge de dire que dès le début il était profondément POUR l'Europe, ou alors c'était peut-etre une Europe dont il avait une certaine idée en tete, pas celle qu'on proposait à l'époque, ce qui pourrait fournir une explication... Mais j'y crois moyennement ! Rolling Eyes
C'est toujours la même...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chirac.   Mer 5 Oct - 18:22

Chirac veut écouter «l'ensemble des Français»
(Avec AFP)
[05 octobre 2005]

Jacques Chirac a affirmé ce matin en Conseil des ministres, au lendemain de la forte mobilisation syndicale sur l'emploi et les salaires, qu'il était «absolument indispensable d'écouter l'ensemble des Français», a rapporté le porte-parole du gouvernement Jean-François Copé.

Jacques Chirac, irréductible défenseur de la cause turque Lors du sommet franco-italien, le président français a ignoré les critiques de l'UMP.

Philippe Goulliaud
[05 octobre 2005]

JACQUES CHIRAC persiste et signe. Quelques heures après le lancement des négociations, le président de la République s'est livré à un plaidoyer en faveur de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Malgré l'hostilité réaffirmée de l'UMP et les sondages qui montrent que les Français y demeurent fermement opposés.


Le chef de l'Etat tenait, hier, à l'occasion d'un sommet franco-italien, sa première conférence de presse depuis sa sortie du Val-de-Grâce, le 9 septembre. Cette rencontre annuelle entre les dirigeants français et italiens a été organisée à l'Elysée et non à Rome, les médecins ayant interdit à Jacques Chirac de prendre l'avion pendant encore quelques semaines.


Apparemment en forme, le président français n'a pas évoqué ses problèmes de santé, mais il s'est montré particulièrement offensif. Avec une cible toute trouvée, son éternel rival Valéry Giscard d'Estaing. La semaine dernière, lors de la convention UMP sur l'Europe, l'ex-président avait dressé un réquisitoire contre la politique européenne de Jacques Chirac. Sous le regard amusé de Nicolas Sarkozy. Hier matin, au micro de RTL, Giscard a renouvelé ses critiques, en reprochant à Chirac de ne pas avoir «tenu compte de l'opinion publique française» sur la Turquie.


Selon un sondage Ifop paru la semaine dernière dans l'hebdomadaire Valeurs actuelles, six Français sur dix s'opposent en effet à l'entrée de la Turquie. Mais Jacques Chirac a choisi de ne pas se faire dicter sa politique par les sondages. Pas plus que par l'UMP de Nicolas Sarkozy. Il a d'ailleurs raillé ceux qui «s'arrogent le droit de dire ce que voudront nos enfants ou nos petits-enfants» au terme des négociations, qui dureront «dix à quinze ans».

Le risque d'un basculement dans l'intégrisme


Hier, alors que Valéry Giscard d'Estaing lui a reproché de ne pas avoir su porter le message européen, «dernier grand projet politique de la France», Jacques Chirac a inscrit son soutien à Ankara dans une perspective stratégique et historique. Celle de la construction d'un vaste «espace de paix, de démocratie et de puissance», capable, demain, de rivaliser avec «les grands ensembles». «Il faut penser à l'avenir», arrêter de regarder «par le petit bout de la lorgnette», ne pas se satisfaire d'«un mouvement d'humeur un peu léger, d'une réaction épidermique», a-t-il dit. «Au nom de quoi, au nom de quelle tradition humaniste, européenne, pourrions-nous dire à des gens qui nous disent «nous voulons avoir les mêmes valeurs que vous, on ne vous veut pas» ?», s'est-il interrogé.


«Ce n'est pas l'Europe qui adhère à la Turquie, c'est la Turquie qui adhère à l'Europe», a-t-il insisté, en faisant valoir les efforts «considérables» que l'UE imposait à Ankara pour se conformer à «la totalité» des valeurs européennes. Et il a mis en garde contre le risque de voir la Turquie «basculer dans l'intégrisme», si l'Europe lui fermait sa porte. Avec tous les risques géopolitiques que cela entraînerait.


Quoi qu'il advienne, a observé Jacques Chirac, les Français «garderont la décision entre leurs mains», en se prononçant par référendum, au terme d'un processus de négociations difficile. Un processus dont il ne préjuge pas le résultat. «Est-ce que la Turquie réussira» ce parcours du combattant vers l'Europe ? «Je le souhaite, mais je n'en suis pas sûr du tout», a-t-il dit.


A ses côtés, Silvio Berlusconi a apporté un soutien appuyé à Jacques Chirac qui, selon lui, «s'est montré courageux» en se démarquant de son propre camp politique. «Il serait impardonnable de dire non à la Turquie», a déclaré le président du Conseil italien, car si on dit non à quelqu'un qui vous offre son amour «l'amour peut se transformer en haine».
Revenir en haut Aller en bas
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: Chirac.   Sam 8 Avr - 12:30

"Il est des heures dans l'histoire d'un peuple où sa sauvegarde tient toute dans sa capacité de discerner les menaces qu'on lui cache.
L'Europe que nous attendions, dans laquelle pourrait s'épanouir une France juste et forte, cette Europe, nous savons bien qu'on ne veut pas la faire.
Tout nous conduit à penser que derrière le masque des mots et le jargon des technocrates, on prépare l'inféodation de la France, on consent à l'idée de son abaissement. En ce qui nous concerne, nous disons : Non !
Comme toujours quand il s'agit de l'abaissement de la France, le parti de l'étranger est à l'œuvre, avec sa voix paisible et rassurante. C'est l'engourdissement qui précède la mort.

Jacques Chirac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chirac.   Aujourd'hui à 16:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Chirac.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chirac : Retraite, indemnités, personnel de service, château, bureau... Un ex-pr
» L'algérien qui a sauvé Chirac
» Régionales - mode d'emploi
» BB "l'insolente"! Quel effet a-t-elle sur vous?
» Enrico Macias en Algérie?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: La Nation Européenne - The European Nation-
Sauter vers: