FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'energie nucléaire en France [à lire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: L'energie nucléaire en France [à lire]   Mar 14 Sep - 21:34

"En France, 78% de l'électricité est d'origine nucléaire. C'est l'une des plus compétitives d'Europe."

Grâce à son parc de 58 réacteurs, la France atteint un taux d'indépendance énergétique proche de 50%, lui garantissant une grande stabilité d'approvisionnement.

Le nucléaire est une énergie qui n'émet pas de gaz à effet de serre. Dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique, phénomène désormais bien compris des scientifiques, et défini comme inéluctable, il apparaît indispensable d'utiliser des modes de production d'énergie qui n'agissent pas sur ce réchauffement, afin de ne pas l'aggraver encore. Le nucléaire a sans aucun doute, aux côtés d'autres énergies, comme les énergies renouvelables, un rôle important à jouer pour contribuer à préserver l'environnement.

Si l'industrie nucléaire produit des déchets, dangereux en raison des rayonnements qu'ils émettent, ce problème, qu'il faut gérer, ne constitue pas pour autant une difficulté insurmontable et un danger inéluctable, à la différence du changement climatique. Les déchets produits occupent un faible volume et peuvent être gérés de manière sûre. 90% des déchets radioactifs produits en France disposent d'ores et déjà d'un mode de gestion industriel. Les recherches en cours ont pour objectif d'éclairer les choix sur le mode de gestion futur des déchets à vie longue, qui représentent 10% de la production annuelle des déchets radioactifs..

"Du point de vue de la sécurité d'approvisionnement et de l'indépendance énergétique"

• Grâce à son parc de réacteurs nucléaires d'une puissance installée de 63200 mégawatts, la France assure 78% de sa production d'électricité, ce qui lui permet d'atteindre un taux d'indépendance énergétique voisin de 50%.
La France n'est donc plus obligée d'importer des quantités massives de combustibles fossiles pour produire son électricité.
Le nucléaire ne connaît pas les mêmes contraintes que le pétrole ou le gaz.
• Ses réserves sont plus importantes (250 années de consommation en réserve avec les systèmes utilisés actuellement et plusieurs milliers d'années avec les réacteurs de quatrième génération, surgénérateurs), et leur disponibilité n'est pas soumise aux mêmes aléas géopolitiques.
• L'uranium se situe en effet dans des régions du monde très diversifiées : Canada, Afrique, Australie, Asie centrale. En outre, le groupe français Areva est associé à la propriété et à l'exploitation d'importants gisements d'uranium dans ces régions.
• Le prix de l'uranium, peu élevé, n'intervient que pour environ 5% dans le coût total de production du KWH électrique (contrairement aux combustibles fossiles qui représentent de 50 à 70% de coût). Le coût de production de l'électricité nucléaire est donc très stable.

"Du point de vue de l'environnement"

• Depuis 1970, en France, 50% des émissions de CO2 ont été évitées grâce au recours à l'énergie nucléaire.
• Le nucléaire permet d'éviter chaque année l'émission de 700 millions de tonnes de CO2 ( émissions égales à celles que produiraient 200 millions de voitures) en Europe de l'ouest, dont 360 millions en France.
• Un Français émet en en moyenne 1,8 fois moins de CO2 qu'un Allemand et 2,9 moins qu'un Américain. En France, la production d'électricité, à 78% nucléaire et à 14% d'origine renouvelable (essentiellement hydraulique), n'est ainsi à l'origine que de 10% des émissions nationales de gaz à effet de serre, contre 40% au niveau mondial.
• L'arrêt du nucléaire entraînerait une augmentation de 12% de la production de CO2.
• Concernant la question des déchets nucléaires, près de 90% de ceux produits en France disposent d'ores et déjà d'une solution industrielle fiable et sûre. Ils sont stockés en surface dans deux centres de stockage gérés par l'Andra, dans la Manche et dans l'Aube. Pour les 10% restants, le CEA, aux côtés d'autres organismes et institutions, est pleinement engagé dans un processus de recherche, encadré par la loi du 30 décembre 1991 : il étudie et développe des solutions techniques, efficaces et sûres pour la gestion des déchets radioactifs : réduire leur quantité et leur nocivité, les conditionner, les entreposer ou les stocker en profondeur. Ces solutions existent, mais il importe de les amener à un niveau de maturité scientifique et technique suffisant, tout en intégrant le volet économique, pour offrir le choix de modes de gestion des déchets le plus complet. En 2006, un débat aura lieu au parlement pour décider, au vu des résultats de recherche obtenus, quelle solution définitive doit être adoptée.

"Du point de vue économique"

• L'électricité produite en France est actuellement l'une des plus compétitives d'Europe. Pour un fonctionnement en base, le nucléaire, avec un coût de production de 28,4 euros par mégawattheure TTC, apparaît plus compétitif que le gaz (35 euros/MWh TTC) et le charbon (32 à 33,7 euros/MWh TTC). (source : étude publiée fin 2003 par la DGEMP)
• Ces résultats intègrent la totalité des coûts présents et futurs pour la filière nucléaire, c'est-à-dire la recherche-développement, le traitement des combustibles usés, le démantèlement des installations et la gestion des déchets.
• Cette compétitivité s'accroît si l'on tient compte des coûts induits par la limitation des émissions de gaz à effet de serre qui pourraient représenter entre 1,5 et 15 euros/MWh pour le gaz et la charbon (selon les hypothèses faites sur le coût de la tonne de CO2).
• En outre, le coût du nucléaire est stable, car peu dépendant des cours de l'uranium, tandis que le coût du kWh d'origine gazière est fortement lié au prix du gaz dont l'augmentation, à terme, est à craindre, en raison de la forte croissance attendue de la demande.

"Le contexte énergétique"

Le contexte énergétique requiert aujourd'hui des adaptations indispensables aux nouvelles réalités socio-économiques internationales. La croissance de la population mondiale qui doit passer de 6 milliards, en ce début de siècle, à près de 8 milliards d'individus dans les années 2020, pèsera fortement sur la demande mondiale en énergie et en électricité. Cette croissance sera surtout marquée dans les pays émergents (Chine, Inde...) dans lesquels la population se regroupe dans des grandes villes. Il faudra donc recourir à des moyens de production d'électricité très concentrés.

Au cours du XXIème siècle devrait s'opérer un rééquilibrage des énergies dans le monde sous l'effet combiné de la baisse attendue des réserves en hydrocarbures, du besoin de tous à pouvoir accéder à une énergie économique - garantie du développement - et de l'attention croissante portée à la protection de l'environnement. L'énergie nucléaire devrait trouver sa place dans ce rééquilibrage: son combustible (l'uranium) ne connaît pas les mêmes contraintes que le pétrole ou le gaz. Ses réserves sont plus importantes et leur disponibilité n'est pas soumise aux mêmes aléas géopolitiques. Elle ne contribue pas au réchauffement climatique comme le charbon, le pétrole et le gaz, qui sont les principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Les déchets qu'elle produit sont gérés avec les meilleures technologies disponibles aujourd'hui et des solutions techniques existent pour compléter le dispositif actuel, dont la mise en oeuvre pourra être décidée dans les toutes prochaines années.

Les recherches menées au CEA sur de nouveaux concepts de réacteurs devraient permettre de proposer une énergie nucléaire encore plus compétitive économiquement, plus sûre, produisant moins de déchets radioactifs et répondant à d'autres besoins que la fourniture d'électricité.

Source: ICI
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Mer 15 Sep - 20:10

Européen a écrit:
"En France, 78% de l'électricité est d'origine nucléaire. C'est l'une des plus compétitives d'Europe."[/b]

Car financée en France par le contribuable.

Citation :

Grâce à son parc de 58 réacteurs, la France atteint un taux d'indépendance énergétique proche de 50%, lui garantissant une grande stabilité d'approvisionnement.

Que cela signifie-t-il ? Il n'y a pas de rapport entre les 2 propositions. Une indépendance énerétique de 50% n'est pas glorieux. Ces réacteurs sont des sources de grande vulnérabilité stratégique.

Citation :
[b]Le nucléaire est une énergie qui n'émet pas de gaz à effet de serre. Dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique, phénomène désormais bien compris des scientifiques, et défini comme inéluctable, il apparaît indispensable d'utiliser des modes de production d'énergie qui n'agissent pas sur ce réchauffement, afin de ne pas l'aggraver encore. Le nucléaire a sans aucun doute, aux côtés d'autres énergies, comme les énergies renouvelables, un rôle important à jouer pour contribuer à préserver l'environnement.

(Le nucléaire réchauffe les fleuves.) Le nucléaire en lui même ne préserve pas l'environnement. C'est un pis-aller.

Citation :
Si l'industrie nucléaire produit des déchets, dangereux en raison des rayonnements qu'ils émettent, ce problème, qu'il faut gérer, ne constitue pas pour autant une difficulté insurmontable et un danger inéluctable, à la différence du changement climatique.

Nous n'avons aucune garantie sur le stockage des isotopes à longue durée de vie.

Citation :
Les déchets produits occupent un faible volume et peuvent être gérés de manière sûre. 90% des déchets radioactifs produits en France disposent d'ores et déjà d'un mode de gestion industriel.


"faible volume" ne veut rien dire en matière de contamination.
"manière sûre" : quid et pendant combien de temps ? quid des 10% ?
"mode de gestion" n'est pas solution. "Industriel" veut aussi bien dire "financier"

Citation :
Les recherches en cours ont pour objectif d'éclairer les choix sur le mode de gestion futur des déchets à vie longue, qui représentent 10% de la production annuelle des déchets radioactifs..
Vi vi, des recherches en cours ...

"Du point de vue de la sécurité d'approvisionnement et de l'indépendance énergétique"

Citation :
• Grâce à son parc de réacteurs nucléaires d'une puissance installée de 63200 mégawatts, la France assure 78% de sa production d'électricité, ce qui lui permet d'atteindre un taux d'indépendance énergétique voisin de 50%.
La France n'est donc plus obligée d'importer des quantités massives de combustibles fossiles pour produire son électricité.
Le nucléaire ne connaît pas les mêmes contraintes que le pétrole ou le gaz.
La belle affaire, c'est un pis aller.


Citation :
• Ses réserves sont plus importantes (250 années de consommation en réserve avec les systèmes utilisés actuellement et plusieurs milliers d'années avec les réacteurs de quatrième génération, surgénérateurs), et leur disponibilité n'est pas soumise aux mêmes aléas géopolitiques.
Les surgé,nérateurs ne sont pas au point, et pour la géopolitique, ce sont des voyants ?

Citation :
• L'uranium se situe en effet dans des régions du monde très diversifiées : Canada, Afrique, Australie, Asie centrale. En outre, le groupe français Areva est associé à la propriété et à l'exploitation d'importants gisements d'uranium dans ces régions.

Ce n'est pas en Europe, c'est inacceptable pour notre souveraineté.


• Le prix de l'uranium, peu élevé, n'intervient que pour environ 5% dans le coût total de production du KWH électrique (contrairement aux combustibles fossiles qui représentent de 50 à 70% de coût). Le coût de production de l'électricité nucléaire est donc très stable.

Le coût de stockage pour les qq milliers d'années à venir n'est pas intégré. De toutes manières, le marché permet au prix de l'électricité nucléaire de suivre celui des autres sources d'énergie ( donc à la hausse) .

Citation :

"Du point de vue de l'environnement"

• Depuis 1970, en France, 50% des émissions de CO2 ont été évitées grâce au recours à l'énergie nucléaire.
par rapport aux solutions thermiques ...
• Le nucléaire permet d'éviter chaque année l'émission de 700 millions de tonnes de CO2 ( émissions égales à celles que produiraient 200 millions de voitures) en Europe de l'ouest, dont 360 millions en France.
• Un Français émet en en moyenne 1,8 fois moins de CO2 qu'un Allemand et 2,9 moins qu'un Américain. En France, la production d'électricité, à 78% nucléaire et à 14% d'origine renouvelable (essentiellement hydraulique), n'est ainsi à l'origine que de 10% des émissions nationales de gaz à effet de serre, contre 40% au niveau mondial.
• L'arrêt du nucléaire entraînerait une augmentation de 12% de la production de CO2.
C'est très louable cette limitation du CO2 c'est quasiment le seul avantage. Le problème c'est aussi le démentellemnt des centrales.

Citation :
• Concernant la question des déchets nucléaires, près de 90% de ceux produits en France disposent d'ores et déjà d'une solution industrielle fiable et sûre. Ils sont stockés en surface dans deux centres de stockage gérés par l'Andra, dans la Manche et dans l'Aube. Pour les 10% restants, le CEA, aux côtés d'autres organismes et institutions, est pleinement engagé dans un processus de recherche, encadré par la loi du 30 décembre 1991 : il étudie et développe des solutions techniques, efficaces et sûres pour la gestion des déchets radioactifs : réduire leur quantité et leur nocivité, les conditionner, les entreposer ou les stocker en profondeur. Ces solutions existent, mais il importe de les amener à un niveau de maturité scientifique et technique suffisant, tout en intégrant le volet économique, pour offrir le choix de modes de gestion des déchets le plus complet. En 2006, un débat aura lieu au parlement pour décider, au vu des résultats de recherche obtenus, quelle solution définitive doit être adoptée.
Voir mes remarques ci-dessus.

Citation :

"Du point de vue économique"

• L'électricité produite en France est actuellement l'une des plus compétitives d'Europe. Pour un fonctionnement en base, le nucléaire, avec un coût de production de 28,4 euros par mégawattheure TTC, apparaît plus compétitif que le gaz (35 euros/MWh TTC) et le charbon (32 à 33,7 euros/MWh TTC). (source : étude publiée fin 2003 par la DGEMP)
• Ces résultats intègrent la totalité des coûts présents et futurs pour la filière nucléaire, c'est-à-dire la recherche-développement, le traitement des combustibles usés, le démantèlement des installations et la gestion des déchets. pendant combien de temps ? cela prendre-t-il en compte la vulnérabilité stratégique ?
• Cette compétitivité s'accroît si l'on tient compte des coûts induits par la limitation des émissions de gaz à effet de serre qui pourraient représenter entre 1,5 et 15 euros/MWh pour le gaz et la charbon (selon les hypothèses faites sur le coût de la tonne de CO2).
• En outre, le coût du nucléaire est stable, car peu dépendant des cours de l'uranium, tandis que le coût du kWh d'origine gazière est fortement lié au prix du gaz dont l'augmentation, à terme, est à craindre, en raison de la forte croissance attendue de la demande.
cf mes remarques ci-dessus.


Citation :
"Le contexte énergétique"

Le contexte énergétique requiert aujourd'hui des adaptations indispensables aux nouvelles réalités socio-économiques internationales. La croissance de la population mondiale qui doit passer de 6 milliards, en ce début de siècle, à près de 8 milliards d'individus dans les années 2020, pèsera fortement sur la demande mondiale en énergie et en électricité. Cette croissance sera surtout marquée dans les pays émergents (Chine, Inde...) dans lesquels la population se regroupe dans des grandes villes. Il faudra donc recourir à des moyens de production d'électricité très concentrés.

Au cours du XXIème siècle devrait s'opérer un rééquilibrage des énergies dans le monde sous l'effet combiné de la baisse attendue des réserves en hydrocarbures, du besoin de tous à pouvoir accéder à une énergie économique - garantie du développement - et de l'attention croissante portée à la protection de l'environnement. L'énergie nucléaire devrait trouver sa place dans ce rééquilibrage: son combustible (l'uranium) ne connaît pas les mêmes contraintes que le pétrole ou le gaz. Ses réserves sont plus importantes et leur disponibilité n'est pas soumise aux mêmes aléas géopolitiques. Elle ne contribue pas au réchauffement climatique comme le charbon, le pétrole et le gaz, qui sont les principaux émetteurs de gaz à effet de serre. Les déchets qu'elle produit sont gérés avec les meilleures technologies disponibles aujourd'hui et des solutions techniques existent pour compléter le dispositif actuel, dont la mise en oeuvre pourra être décidée dans les toutes prochaines années.

Les recherches menées au CEA sur de nouveaux concepts de réacteurs devraient permettre de proposer une énergie nucléaire encore plus compétitive économiquement, plus sûre, produisant moins de déchets radioactifs et répondant à d'autres besoins que la fourniture d'électricité.

C'est une profession de foi libérale, un credo du mercantilisme mondialiste

Citation :
Source: ICI

Le CEA ne va pas tirer contre son camp !


Je le répète, le nucléaire est un pis-aller.
Revenir en haut Aller en bas
Lorettain
Optione
Optione


Masculin Nombre de messages : 192
Localisation : Québec

MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Lun 20 Sep - 12:49

Le nucléaire est actuellement la meilleure solution pour la France, mais il faut garder en tête que la fission est un procédé utilisant de la matière non-renouvlable et qu'on ne pourra l'utiliser éternellement. D'où la nécessité de : continuer les recherches sur la fusion et augmenter la production des autres dispositifs à énergie renouvlable (solaire, éolien, hydro).

En termes de réserve globale d'énergies non renouvelables, l'uranium ne représente que 3% des réserves contre 70% pour les charbons et lignites, 9% pour le gaz naturel, 6% pour le pétrole conventionnel et 12% pour les autres réserves de pétrole. Miser sur la fission à long terme est donc impossible.

Aussi, bien que n'émettant aucun polluant atmosphérique, le nucléaire produit des déchets dont il faut disposer d'une manière ou d'une autre. Il est clair que dans le cadre actuelle, la France reste prise avec ses déchets, mais demain, dans le cadre d'une grande Europe, il deviendra possible d'aller les porter à un endroit inhabité, quelque part en Sibérie... à condition que ce soit transporté de manière ultra-sécuritaire.

Ici, au Québec, nous sommes terriblements chanceux. On a assez de force hydrolique pour répondre à nos besoins et au delà (on en exporte aux USA). On se retrouve un peu dans la même situation que la Norvège. C'est l'énergie qui est à la fois la plus propore et la moins coûteuse. Dommage que nous ne l'utilisions pas d'avantage pour le transport.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabien de Stenay
Citoyen
Citoyen


Masculin Nombre de messages : 55
Localisation : Lorraine (Saint-Empire Paneuropéen)

MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Sam 15 Jan - 14:53

Un excellent argumentaire pro-nucléaire (et foncièrement écologiste) a été publié par Jean-Marc Jancovici dans l'excellente revue Le Débat en janvier 2003, et est disponible sur le site de l'auteur : http://www.manicore.com/documentation/articles/idee_nucleaire.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Jeu 24 Fév - 22:16

Je ne suis pas anti-nucléaire, car c'est la solution qui présente aujourd'hui le meilleur rapport qualité/prix. Les Allemands sous la poussée des écolos ont abandonné le nucléaire au profit du chrabon et du pétrole, c'est pas glorieux. L'idéal reste les éoliennes et les panneaux solaires, mais ce n'est pas suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Jeu 24 Fév - 22:26

Eoliennes et solaires sont au mieux des forces d'appoint mais présentent beaucoup d'inconvénients. Surtout les éoliennes (inesthétiques, rentabilité médiocre, tuent des oiseaux... etc).

L'avenir est clairement la fusion. Je vois que tu es un vrai écologiste car tu ne fais pas comme ces démagos des Verts (financés par le lobby pétrolier) qui crachent stupidement sur le nucléaire.

_________________
"Europe, relève toi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nattvarg
Citoyen
Citoyen


Nombre de messages : 87
Localisation : Albi

MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Lun 21 Mar - 14:46

Est-ce que les oiseaux tués par les avions (mais aussi les lapins, sangliers, chiens, chats et autres écrasés par les voitures) te font pitié ? Par ce que c'est l'hécatombe, alors que les éoliennes, ça n'est pas grand chose. Ceci dit je suis d'accord que ce n'est pas l'idéal, ou du moins qu'on ne pourra de toute façon tout miser sur l'éolien.

Le solaire est une vraie technologie d'avenir, si on invetissait autant dedans que dans le nucléaire, on pourrait certainement tous en bénificier. Au stade actuel (donc avec la différence d'investissement dont je parle) il y a des quariters entiers qui fonctionnent de cette manière dans divers pays, généralement à l'ensoleillement moindre que la France. Evidemment ça ne rapporte pas des masses, une fois le panneau vendu, il n'y a guère que la pose et l'entretien (et encore). Mais si le gouvernement pensait à long terme, il verrait bien que l'argent qu'on économiserait de cette manière, on pourrait le dépenser autrement. Et encore, consommer moins et le meilleur gage de respect de l'environnement et de l'équilibre naturel de l'homme (le consumérisme est mauvais pour la santé Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nattvarg.free.fr
Galadrie
Invité



MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Lun 21 Mar - 22:19

Citation :
Le solaire est une vraie technologie d'avenir, si on invetissait autant dedans que dans le nucléaire, on pourrait certainement tous en bénificier. Au stade actuel (donc avec la différence d'investissement dont je parle) il y a des quariters entiers qui fonctionnent de cette manière dans divers pays, généralement à l'ensoleillement moindre que la France. Evidemment ça ne rapporte pas des masses, une fois le panneau vendu, il n'y a guère que la pose et l'entretien (et encore). Mais si le gouvernement pensait à long terme, il verrait bien que l'argent qu'on économiserait de cette manière, on pourrait le dépenser autrement. Et encore, consommer moins et le meilleur gage de respect de l'environnement et de l'équilibre naturel de l'homme (le consumérisme est mauvais pour la santé

Tout est question de volonté politique.
Et la volonté actuelle n'est pas de rendre les populations autonomes, bien au contraire. Il faut que ça rapporte, tout de suite !! Donc, nous devons être dépendant, consommer beaucoup (merci le nucléaire !!) pour notre confort et surtout ne pas nous poser de questions relatives à l'autonomie, à l'économie ou à l'environnement. flower
Revenir en haut Aller en bas
Euronati
Invité



MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Sam 9 Avr - 21:51

Sven a écrit:
Je ne suis pas anti-nucléaire, car c'est la solution qui présente aujourd'hui le meilleur rapport qualité/prix. Les Allemands sous la poussée des écolos ont abandonné le nucléaire au profit du chrabon et du pétrole, c'est pas glorieux. L'idéal reste les éoliennes et les panneaux solaires, mais ce n'est pas suffisant.

Les Allemands n'ont pas totalement abandonné le nucléaire puisqu'il y a actuellement un projet franco-allemand appellé EFR afin de réaliser une centrale nucléaire européenne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'energie nucléaire en France [à lire]   Aujourd'hui à 14:08

Revenir en haut Aller en bas
 
L'energie nucléaire en France [à lire]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée
» Le réacteur nucléaire de Flamanville.
» Le pic de consommation et le nucléaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Sciences et politique de l'énergie - Science and energy politics-
Sauter vers: