FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Constantin l'Apostat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Constantin l'Apostat   Lun 12 Sep - 0:27

Citation :
Constantin l'Apostat

11/09/05 9.55 t.u.

Par Thomas Ferrier


Un seul nom résume à lui seul la christianisation de l'Europe, celui de l'empereur Constantin. C'est en effet en 313 que celui-ci, avec son confrère Licinius, proclame la liberté religieuse dans l'empire. Son décret visait les Chrétiens, dont la religion était auparavant durement écrasée par les autorités romaines. En ouvrant cette boîte de Pandore, Constantin n'imaginait certainement pas qu'il serait à l'origine d'un bouleversement majeur dans l'histoire européenne. Comprendre les mécanismes qui ont amené Constantin à faire ce choix nous expliquera comment une religion sémitique, née chez un peuple haï des Romains et que ceux-ci ont combattu encore deux cents ans auparavant, a pu devenir la religion de l'Europe. Auguste apparaissant dans la Rome de Constantin aurait eu l'impression d'être sur une autre planète.

Très jeune, Constantin a été confronté à la religion chrétienne. Son père Constance Chlore était un monothéiste païen, adepte du culte solaire bien qu'honorant aussi les vieux dieux de Rome, Jupiter et Mars. D'une nature tolérante, gouvernant des provinces où les Chrétiens étaient rares, Constance appliqua avec souplesse les décrets anti-chrétiens promulgués par Dioclétien. Son épouse, Hélène, qui était tout sauf de souche aristocratique, était probablement chrétienne, comme l'étaient devenues par ailleurs l'épouse et la fille de Dioclétien, et des prêtres appartenaient à son entourage, ce qui a dû marquer Constantin. Installé par la suite en Orient, le jeune Constantin semble avoir été profondément affecté à la vue de la condamnation puis de l'exécution de Chrétiens. Enfin, la dimension politique n'est pas absente de ses considérations ; un soutien, même d'une minorité opprimée, n'est jamais négligeable. De plus, un nouveau régime marque sa différence par rapport au précédent. Le « persécuteur » Dioclétien céderait la place au « tolérant » Constantin.

La démission des Augustes en 305 A.D puis la mort prématurée de son père en 306 permettent d'ouvrir un boulevard à Constantin. Devenu de fait empereur de la partie la plus occidentale de l'empire du fait de la notoriété de son père auprès des soldats, il demeure un païen marqué par le monothéisme philosophique des néo-platoniciens et par le culte solaire qui s'était ajouté au bon démiurge de Platon. Pour s'attirer les faveurs de l'armée, Constantin honore également Mars, mais ce faisant se place sur la même ligne idéologique qu'un empereur concurrent, Maxence, fils de l'ancien auguste Maximien Hercule.

Maxence gouverne Rome depuis 306. Il a été mis en place par la très conservatrice garde prétorienne que Constantin voulait supprimer. Païen fervent, mais qui s'abstient de persécuter les Chrétiens, Maxence honore le dieu Mars plus que tout autre dieu et a appelé son fils Romulus, comme le fondateur. Comme Auguste, il a fait reconstruire de nombreux temples dédiés aux dieux. Face à lui, Constantin ne fait pas le poids. Face en effet à un païen traditionaliste auréolé du prestige de gouverner Rome, Constantin se fait révolutionnaire. En 313, il se met dans la poche le lobby chrétien en promulguant un édit de tolérance. En 312, lors de la bataille du pont Milvius, c'est sous le double patronage de Sol Invictus et de Christus que Constantin combat et finalement triomphe des troupes de Maxence.

Son entourage chrétien affronte son entourage païen ; les premiers veulent démontrer à l'empereur que le seul vrai soleil invincible est Jésus, fils de Dieu ; il devient le Soleil de Justice (Sol Iustitiae) monté sur le char d'Apollon. Deux événements majeurs vont le pousser dans les bras du christianisme. En premier lieu, comme conclusion d'une ténébreuse affaire dans laquelle sa mère Hélène semble mêlée, Constantin fait mettre à mort sa femme Fausta et son fils Crispus, accusés d'inceste. Or tous deux étaient païens, ce qui laisse penser qu'un complot chrétien n'est pas invraisemblable puisque la chrétienne Hélène avait dénoncé sa belle-fille et son petit-fils à l'empereur. Pris de remords, Constantin cherche à obtenir la rédemption mais les prêtres païens ne lui offrent pas ce pardon, alors que les Chrétiens en revanche le lui promettent en échange du pardon de ses fautes s'il combat désormais pour le « vrai » dieu. En second lieu, en 325, Constantin triomphe de son dernier rival, le païen Licinius qui, par réaction à sa nouvelle politique, s'est mis à inquiéter la minorité chrétienne dans ses états. Constantin est ainsi convaincu que le dieu chrétien est plus puissant que les dieux païens. Abandonnant Rome, cour de la païennie, il fonde sur l'antique Byzance une nouvelle Rome (Nova Roma), davantage chrétienne et dédiée au culte personnel du nouveau maître incontesté de l'empire romain réunifié. En 337 A.D, Constantin sur son lit de mort est baptisé, ainsi purifié de tous ses pêchés mais ce au prix d'avoir doublement trahi Rome (Piganiol), en abandonnant la cité de Romulus pour une nouvelle capitale et en renonçant aux dieux traditionnels du peuple romain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Constantin l'Apostat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liberation de Eugene Diomi Ndongala en ce jour !!
» LIENS AMIS
» REP INFO septembre octobre 2012
» Coupe d´Afrique des Nations 2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Les religions européennes / European religions-
Sauter vers: