FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Canada et pays scandinaves: des modèles?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lonewolf
Préfet
Préfet


Masculin Nombre de messages : 733
Localisation : Front Est

MessageSujet: Canada et pays scandinaves: des modèles?   Sam 27 Aoû - 20:40

Citation :

Emploi : des modèles intransposables en France


On a enfin conscience en France de la vanité des mesures prises au cours des trente dernières années pour réduire le chômage. Celui-ci a quadruplé depuis 1975, tandis que notre produit intérieur brut doublait. Plus personne, en tout cas, pas même Martine Aubry, ne prône désormais la réduction du temps de travail comme remède-miracle. Alors, on regarde au-delà des frontières, on scrute tour à tour les modèles britannique, canadien, suédois, danois, néerlandais, caractérisés par une saine croissance et un quasi-plein emploi.

Un bon spécialiste des affaires sociales, Michel Godet, a même pu expliquer qu'il importe de "faire comprendre à l'opinion qu'en France, on a tout essayé, sauf ce qui marche chez nos voisins... Et que l'on s'est trompé en réduisant le temps de travail. Il faut rappeler que les pays où le taux de chômage est faible sont aussi ceux où le taux d'activité et le temps de travail sont élevés" (Le Figaro, 13 juin).

Or, ce qui marche chez nos voisins n'est pas transposable en France parce que les données sociales et syndicales sur lesquelles reposent leurs succès ne sont pas les mêmes chez nous. En particulier, les pays anglo-saxons et nordiques sont dotés de confédérations syndicales sinon uniques, du moins très peu nombreuses et qui coopèrent entre elles, qui passent avec les représentants patronaux et ceux de l'Etat des contrats pour une longue période et qui les respectent, qui aspirent à des réformes réalistes et ne rêvent pas de changer la société, que ne guident pas des idéologies révolutionnaires, collectivistes et étatistes. Aussi la plupart des salariés se reconnaissent-ils en elles et sont-ils syndiqués, ce qui donne à celles-ci un forte autorité.

Chez nous, cinq confédérations reconnues représentatives, plus deux qui demandent à l'être, plus d'autres plus petites, plus une infinité de syndicats autonomes, indépendants, corporatifs, composent une mosaïque d'une telle variété, traversée ici de tendances réformatrices, là de courants révolutionnaires et d'utopies, presque partout de surenchères irréalistes et d'immobilisme, qu'il n'est jamais possible d'obtenir un consensus général sur quoi que ce soit. Y parviendrait-on que, la grande majorité des salariés refusant d'opérer un choix entre nos multiples organisations syndicales, dont les effectifs sont de ce fait pour la plupart squelettiques, il faudrait aussi essayer de traiter avec des "coordinations" qui surgissent ça et là plus ou moins spontanément, éphémères et évolutives, selon les circonstances...

Au surplus, jadis nos organisations syndicales présentaient devant les projets en discussion des propositions et des contre-propositions étudiées, qui valaient ce qu'elles valaient, mais qui avaient au moins le mérite d'exister, qu'on pouvait discuter. De nos jours, c'est le vide absolu. Un dialogue social réaliste et fructueux analogue à celui que pratiquent nos voisins est donc chez nous tout simplement impossible.

C'est pourquoi, à la question de savoir si les modèles enviables de ces voisins ne pourraient pas nous inspirer, on peut répondre avec Michel Godet : "Cela supposerait des partenaires sociaux plus représentatifs et plus responsables. Les nôtres ne représentent que 9% des salariés et dans le secteur public le plus souvent, là où justement l'emploi est protégé. Ils défendent d'abord les acquis du modèle social français dont leurs mandants sont les privilégiés...".

On peut, sans doute, adopter quelques dispositifs incitant à l'emploi, notamment dans les secteurs souffrant de difficultés de recrutement, ou en faveur des jeunes et des seniors, ou pour aider les petites entreprises à recruter. Mais tant que ne seront pas décidées de grandes réformes de structures touchant l'Etat, l'administration, l'enseignement, la recherche, la fiscalité, comme l'ont fait nos voisins plus performants, n'attendons pas une réelle amélioration de notre situation de l'emploi.


Morvan Duhamel
"Chronique économique, syndicale et sociale"
N° 144, 07/2005

Qu'en penser?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diacre
Préfet
Préfet


Nombre de messages : 531

MessageSujet: Re: Canada et pays scandinaves: des modèles?   Lun 29 Aoû - 1:07

J'en ai déja parlé.

Le prétendu modèle scandinave est bon pour la poubelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonewolf
Préfet
Préfet


Masculin Nombre de messages : 733
Localisation : Front Est

MessageSujet: Re: Canada et pays scandinaves: des modèles?   Lun 29 Aoû - 1:14

Tu pourrais pas mettre un lien vers le/les post(s) en question, ça aiderait pas mal de monde je pense...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Diacre
Préfet
Préfet


Nombre de messages : 531

MessageSujet: Re: Canada et pays scandinaves: des modèles?   Lun 29 Aoû - 1:23

4 sujets plus bas.

Post: "Modèle social-démocrate scandinave ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Canada et pays scandinaves: des modèles?   Aujourd'hui à 16:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Canada et pays scandinaves: des modèles?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Régis Boyer et la littérature scandinave.
» Documents "officiels" sur les dangers des nacelles auto.
» prizee un jeux ou l'on gagne des cadeaux ?
» Voici mes savons de pays beiges comme je les voulais
» Pourquoi le Canada fait-il rêver ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Socialisme européen - European socialism-
Sauter vers: