FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Lun 15 Aoû - 12:47

Citation :
Pourquoi les Etats-Unis soutiennent-ils l'intégration de la Turquie à l'Union européenne ?

(extraits)

(Je vous invite à lire l'article dans son intégralité qui est très intéressant et permet de comprendre pleinement les enjeux stratégiques de l'adhésion Turque )

Ce comportement américain est la conséquence de trois priorités stratégiques du président Georges W. Bush : développement des capacités militaires du Pentagone, accroissement des ressources pétrolières des États-Unis et lutte anti-terroriste généralisée.

Dans ce cadre, l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne conférerait à Washington six atouts importants.

1. Meilleure intégration de la défense européenne dans l'OTAN et renforcement des positions américaines en Turquie. L’élargissement à l'Est de l'OTAN accroîtra les possibilités d'interventions militaires du Pentagone dans toutes les zones environnantes afin de "permettre aux États-Unis de contrôler un territoire qui s'étendra… jusqu'aux limites occidentales de la Russie et de la Turquie, et à travers cette dernière les mettra en contact avec le Proche et le Moyen-Orient" (7) Il est à noter que les États Unis ont bien préparé l'absorption de la défense européenne : "sur le point de dilater l'aire d'intervention de l'OTAN, Washington n'avait plus à s'inquiéter de voir s'ériger un système de sécurité exclusivement européen puisque l'acte final du traité de Maëstricht stipule que l'Union européenne agira en conformité avec les dispositions adoptées par l'OTAN" (. Cette démonstration stratégique de la volonté hégémonique militaire révèle bien que "les États-Unis destinent leurs alliés au rang et au rôle de supplétifs. Selon l'excellente formule de William Pfaff: l'OTAN élargie est promise à devenir la légion étrangère du Pentagone"(9).

2. Renforcement économique, militaire et politique de la Turquie (à travers les aides américaines et européennes), donc de l'influence déséquilibrante de ce pays sur le Moyen-Orient mais aussi sur la Transcaucasie particulièrement pauvre, afin de mieux asseoir l'hégémonie américaine, tout en voulant faire payer une partie de la note par les Européens, à travers l'entrisme de l'Etat turc dans l'Union, activé par Washington. "Au delà de la bonne gouvernance de l'Union européenne, y admettre la Turquie équivaudrait à y faire entrer les États-Unis dont elle est l'agent patenté" (10). L'utilisation de la Turquie par les Américains, comme point d'appui pour toutes les zones environnantes arrange les affaires de l'État turc qui y trouve son compte. A titre d'exemple, lors de la crise boursière turque en 2000, les États-Unis font accorder rapidement par le FMI et la Banque mondiale, 10 milliards de dollars qui se sont ajoutés aux 3,7 milliards obtenus en décembre 1999 (11).

3. Dilution et affaiblissement de la cohérence de l'Union européenne qui, avec ses dix voire douze nouveaux membres, mais surtout lestée de la Turquie, prendrait certainement le chemin d'une zone de libre échange rêvée par la Grande-Bretagne. Cela conduirait très probablement l'Union à l'impuissance politique et stratégique. N'est-ce pas un commissaire européen qui ironisait : "plus les frontières de l'Europe seront étendues, mieux ce sera pour les intérêts américains. Imaginez-vous la réaction si on leur disait de s'élargir au Mexique ?" (12). Il est évident par ailleurs que le Moyen-Orient et la Transcaucasie de plus en plus instrumentalisés par Washington n'ont pas intérêt à ce que l'Europe malgré sa paralysie politique puisse offrir une alternative. "L’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, c’est l’assurance pour les Etats-Unis, que celle-ci, diluée dans un trop large espace, ne sera jamais une Europe-puissance qui pourrait un jour leur tenir tête, tout comme l’intégration de l’Ukraine dans celle-ci ruinerait pour toujours l’espoir de la Russie, privée d’ancrage au centre de l’Europe, de redevenir une grande puissance régionale a fortiori mondiale" (13).

4. Création d'un environnement sécurisé pour la production et l'acheminement pétrolier sous la houlette de Washington, lui permettant de manœuvrer à son avantage les pays producteurs du Moyen-Orient et de mieux protéger les importantes réserves d'or noir du bassin de la mer Caspienne. En effet, les États-Unis, devant accroître leurs importations de pétrole de 60% d'ici 2020, sont condamnés à diversifier leurs sources d'approvisionnement (14). Il est aussi important de noter que les réserves du sol américain seront probablement épuisées dans les années 2010. "La Turquie est l'une des pièces maîtresses du jeu états-uniens contre la Russie pour le contrôle du lac caspien et surtout pour le transit de ce pétrole qui devrait principalement s'effectuer vers le port turc de Ceyhan" (15) (oléoduc BTC : Bakou-Tbilissi-Ceyhan) ainsi que pour le transit du gaz caspien qui devrait arriver dans la ville turque d'Erzeroum (gazoduc BTC). Il ne faut pas aussi perdre de vue que Washington, parallèlement à tout cela, développe une stratégie de sécurisation des voix et structures introduisant et amplifiant la globalisation dans ces zones, leur permettant de conquérir des marchés pour leurs entreprises.

5.Extension de l'influence américaine en Transcaucasie jusqu'à l'Asie centrale à travers, entre autres, la puissance turque afin de mieux évincer la Russie, l'Iran et la Chine des ressources (ou droits de passage) énergétiques de la Caspienne. "La pénétration américaine au Caucase, parallèlement à un accroissement de la coopération entre la Géorgie, l'Azerbaïdjan et la Turquie dans le domaine de la sécurité semble avoir indisposé le pouvoir russe" (16). En effet, il est irritant pour ce dernier, considérant le Caucase comme sa chasse gardée, de voir que "la Turquie sous-traite pour les Américains la formation et l’équipement de militaires géorgiens. Avec l’Azerbaïdjan enfin, la lutte d’influence est quasi-permanente entre Moscou et Washington, derrière qui se range résolument la Turquie" (17). Il faut à cet égard rappeler que depuis B. Clinton déjà, le ministère américain de la défense a approvisionné en armes et a entraîné les forces armées de l'Azerbaïdjan, de la Géorgie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et de l'Ouzbékistan ; depuis le 11 septembre 2001, G. W. Bush a intensifié les efforts dans ces zones (1. "Le contrôle américain sur les principales sources pétrolières du monde (Golfe persique et région Caspienne : 70% des réserves mondiales) pourrait ainsi sortir renforcé par ce déploiement militaire dans le Caucase" (19) soutenu par la Turquie. En fait, indépendamment de la volonté américaine de neutraliser l'influence russe au niveau des champs pétroliers de la Caspienne, le "cordon sanitaire" mis en place par les États-Unis autour de la Chine (20), à travers des accords ou une présence militaire en Asie centrale, en Russie, en Inde, en Corée et au Japon, isole Pékin en l'écartant du jeu. "Qu’il s’agisse de miner la construction d’une Europe qui deviendrait réellement indépendante de son mentor d’outre Atlantique, d’amplifier le reflux de l’influence russe dans les Balkans, dans le Caucase et en Asie centrale ou bien de contribuer à l’endiguement de la remontée en puissance de la Chine, les Turcs, quelles que soient les raisons nationales de leur action, ne se conduisent guère aujourd’hui que comme des agents des Américains" (21). De plus, la présence américaine ne pouvant être partout permanente dans le temps, elle est susceptible à terme, d’être en partie relayée par la Turquie, au Caucase et en Asie centrale.

6.Nouveaux positionnements militaro-stratégiques des États-Unis accentuant leur présence dans certains pays, afin de mieux surveiller et éradiquer les nids terroristes qui, d'après eux, sont dispersés au Moyen-Orient. De son côté, Israël angoissé par sa sécurité essaie de « faire le ménage » en Palestine. En fait, la recomposition du Moyen-Orient est à l'ordre du jour : cela a été patent dans la guerre contre l'Irak dont les justifications laissent un goût amer. Cette occupation doit permettre de verrouiller le Moyen-Orient à travers le triangle Israël, Turquie, Irak. "En 1996, en effet, la Turquie a conclu avec Israël sous l’égide des Etats-Unis, deux accords militaires et stratégiques d’une très grande importance (...). Ces accords militaires ont entraîné une forte intensification des échanges commerciaux en général entre les deux pays qui se perçoivent de plus en plus comme des partenaires complémentaires (...). La priorité accordée par la Turquie à son alliance avec Israël s’est manifestée enfin dans deux autres domaines, la question de l’eau et la reconnaissance du Génocide arménien" (livraison d’eau par bateaux-citernes géants par la Turquie à Israël et lobbies juifs très puissants à Washington au service de la Cause turque face à la diaspora arménienne d’Amérique) (22). Par ailleurs, les efforts de "neutralisation" de l'Europe par la Maison Blanche auront-ils des effets pérennes ? En fait, "la politique extérieure des États-Unis est de plus en plus structurée par deux conflits principaux, avec deux adversaires qui sont les voisins immédiats de l'Europe. L'un, la Russie est l'obstacle fondamental à l'hégémonie américaine, mais elle est trop forte pour être battue. L'autre, le monde musulman est un adversaire de théâtre, servant à la mise en scène de la puissance militaire américaine (…). Dans la mesure où les pays du Golfe doivent vendre leur pétrole parce que leurs populations s'accroissent, l'Europe n'a à craindre aucun embargo. Elle ne peut en revanche accepter indéfiniment le désordre entretenu entre les États-Unis et Israël dans le monde arabe. La réalité économique suggère que cette région du monde devrait passer dans une sphère de coopération centrée sur l'Europe et excluant assez largement les États-Unis" (23).

Merci à jpfoegle sur Fo-Po pour l'information.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eurokampf
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 640
Localisation : Weissesland

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 16 Aoû - 12:14

n'empêche qu'il faut la Turquie en Europe. sinon on fout dehors Chypre.Et aussi la Pologne qui commence a ramener sa gueule et a cracher dans la soupe alors qu' elle n'est même pas au niveau imposé par L'Europe. La Turquie oui!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Lun 13 Mar - 17:44

eurokampf a écrit:
n'empêche qu'il faut la Turquie en Europe. sinon on fout dehors Chypre.Et aussi la Pologne qui commence a ramener sa gueule et a cracher dans la soupe alors qu' elle n'est même pas au niveau imposé par L'Europe. La Turquie oui!

serieux ?

Est ce que en disant cela vous êtes dans la ligne officielle du PSe ou est ce un delire êrsonnel ?

Les turcs chez nous ?
Que peuvent ils nous apporter ? **bip**
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Lun 13 Mar - 18:05

La ligne officielle est "non à la Turquie dans l'Europe-Nation".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 16:26

Ferrier a écrit:
La ligne officielle est "non à la Turquie dans l'Europe-Nation".

alors pourquoi le modérateur y est favorable.

un tel écart de conduite merite au moins la guillotine
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 16:30

Eurokampf nous parle d'une Turquie "rêvée", d'une Turquie dans laquelle le kémalisme aurait triomphé et où l'européanité aurait été à nouveau affirmée, tout le contraire de la Turquie d'Erdogan donc.

Je ne sais pas si une telle Turquie aurait sa place dans une construction européenne, mais la Turquie actuelle n'en a pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 16:55

Et puis Eurokampf a encore le droit d'avoir ces idées personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Lonewolf
Préfet
Préfet


Masculin Nombre de messages : 733
Localisation : Front Est

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 17:28

Ferrier a écrit:
Eurokampf nous parle d'une Turquie "rêvée", d'une Turquie dans laquelle le kémalisme aurait triomphé et où l'européanité aurait été à nouveau affirmée, tout le contraire de la Turquie d'Erdogan donc.
Même genre de raisonnement lorsque certains regardent avec des yeux doux certains pays musulmans au nom du ba'athisme ou d'alliances conjoncturelles passée; Ce ne sont là que deux exemple, car c'est belle et bien tout une grille de lecture qu'il faut remettre en question.

De toute façon, concernant la Turquie, nous ne devons pas oublier qu'outre le volet identitaire, notre lutte comporte un volet social, et il est proprement suicidaire de vouloir faire rentrer en Europe un pays comme la Turquie qui serait un gouffre financier pour son agriculture, et qui plomberait encore plus le budget communautaire de la PAC (quoi qu'on en pense d'ailleurs). Un socialisme authentique ne peut donc qu'être contre l'entrée de la Turquie en Europe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 17:40

Le danger de ton second argument c'est qu'on puisse, malgré ses ressources, dire de même de la Russie ou de l'Ukraine.

La première question est de savoir si la Turquie est européenne, oui ou non. Et là déjà il n'y a pas consensus du tout et les arguments sur sa non-européanité sont puissants. Il n'y a que d'un point de vue ethnique, et aussi en considérant une minorité éclairée de culture européenne (par exemple dans l'armée), qu'on pourrait aujourd'hui dire que la Turquie est européenne. C'est fort peu. Si Kemal était de culture européenne, Erdogan ne l'est pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lonewolf
Préfet
Préfet


Masculin Nombre de messages : 733
Localisation : Front Est

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 18:15

Les volets identitaires et sociaux sont pour moi symbiotiques. On préferera toujours faire un effort pour intégrer un population proche comme l'Ukraine/la Russie qu'un pays éloigné à tous points de vue comme la Turquie. D'autant plus qu'effectivement, Erdogan marque le retour en Turquie d'une vision du monde rompant avec l'européanité de Kémal, donc elle s'éloigne, oui. Raison de plus, dirais-je. Nous avons tendance, sur ce sujet ou d'autres, à prendre les problèmes chacun d'un bout différent. En y réflechissant, c'est simple: tu fréquentes, au niveau social et universitaire, des gens qui ne sont pas du même esprit que celui du monde ouvrier dans lequel je baigne 8 heures par jours. Il y a deux manières différentes d'aborder les choses, ce que tu as appelé il y a déjà un certain temps "le volet bleu" et "le volet rouge"; A nous d'en faire un atout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
olivier carbone
Consul
Consul


Masculin Nombre de messages : 3912
Localisation : Russia

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Mar 14 Mar - 22:59

Ferrier a écrit:
Citation :
A titre d'exemple, lors de la crise boursière turque en 2000, les États-Unis font accorder rapidement par le FMI et la Banque mondiale, 10 milliards de dollars qui se sont ajoutés aux 3,7 milliards obtenus en décembre 1999 (11).

Merci à jpfoegle sur Fo-Po pour l'information.

Les USA, banquent a tout va, pour la turquie....! jusqu'ou vont ils se mouiller pour nous affaiblir ?
oui merci a jpfoegle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Dim 19 Mar - 22:35

Ferrier a écrit:

Il n'y a que d'un point de vue ethnique, et aussi en considérant une minorité éclairée de culture européenne (par exemple dans l'armée), qu'on pourrait aujourd'hui dire que la Turquie est européenne.

Même ethniquement, elle est très éloignée des peuples européens, pour la plus grande partie. Regardant une chaine de TV turque,les présentateurs me paraissaient très asiatiques et orientaux.
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Dim 19 Mar - 23:58

Citation :
Même ethniquement, elle est très éloignée des peuples européens, pour la plus grande partie. Regardant une chaine de TV turque,les présentateurs me paraissaient très asiatiques et orientaux.

Je ne sais pas. Je voyais tout à l'heure sur France 2 une manifestation des Turcs de France et ils me paraissaient peu éloignés des euro-méditerranéens en général. Mais il y a évidemment des types variés en Anatolie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?   Aujourd'hui à 16:00

Revenir en haut Aller en bas
 
USA et soutien à l'intégration turque, pourquoi ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut-il revoir le modèle d'intégration français ?
» Pour votre intégration
» subvention pour intégration d'un enf. handicapé
» Du choc culturel à l'intégration
» Association et indemnité d'intégration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Géopolitique européenne - European geopolitics-
Sauter vers: