FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paganism and christianism, antic relationships

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 15:51

Citation :
Christian Persecutions against the Pagan Hellenes

Summarised from Vlasis Rassias' book "DEMOLISH THEM..", published in Greek, Athens 1994, Diipetes Editions, ISBN 960-85311-3-6
All dates "Era Vulgaris" = Christian Era

314
Immediately after its full legalisation, the Christian Church attacks the Gentiles: The Council of Ancyra denounces the worship of the Goddess Artemis.

324
Emperor Constantine declares christianity as the only official religion of the Roman Empire. In Dydima, Asia Minor, he sacks the Oracle of the God Apollo and tortures its Pagan priests to death. He also evicts the Gentiles from Mt. Athos and destroys all the local Hellenic Temples.

326
Emperor Constantine, following the instructions of his mother Helen, who was a former prostitute, destroys the Temple of the God Asclepius in Aigeai of Cilicia and many Temples of the Goddess Aphrodite in Jerusalem, Aphaca, Mambre, Phoenice, Baalbek, etc.

330
Constantine steals the treasures and statues of the Pagan Temples in Greece to decorate Nova Roma (Constantinople), the new capital of his Empire.

335
Constantine sacks many Pagan Temples of Asia Minor and Palestine and orders the execution by crucifixion of "all magicians and soothsayers". Martyrdom of the neoplatonist philosopher Sopatrus.

341
Emperor Flavius Julius Constantius persecutes "all the soothsayers and the Hellenists". Many Gentile Hellenes are either imprisoned or executed.

346
New large-scale persecutions against the Gentiles in Constantinople. Banishment of the famous orator Libanius accused as... "magician".

353
An edict of Constantius orders the death penalty for all kind of worship through sacrifices and "idols".

354
A new edict orders the closing of all the Pagan Temples. Some of them are profaned and turned into brothels or gambling rooms. Executions of Pagan priests.

354
A new edict of Constantius orders the destruction of the Pagan Temples and the execution of all "idolaters". First burning of libraries in various cities of the Empire. The first lime factories are built next to closed Pagan Temples. A large part of Sacred Gentile architecture is turned into lime.

357
Constantius outlaws all methods of Divination (Astrology not excluded).

359
In Skythopolis, Syria, christians organise the first death camps for the torture and execution of arrested Gentiles from all around the Empire.

361 to 363
Religious tolerance and restoration of Pagan cults declared in Constantinople (11th December 361) by the Pagan Emperor Flavius Claudius Julianus.

363
Assassination of Emperor Julianus (26th June).

364
Emperor Flavius Jovianus orders the burning of the Library of Antioch.

364
An Imperial edict (11th September) orders the death penalty for all Gentiles that worship their ancestral Gods or practice Divination
(sileat omnibus perpetuo divinandi curiositas). Three different edicts (4th February, 9th September, 23rd December) order the confiscation of all properties of Pagan Temples and the death penalty for participation in Pagan rituals, even private ones.

365
An Imperial edict (17th November) forbids Gentile officers of the army to command christian soldiers.

370
Emperor Valens orders a tremendous persecution of Gentiles throughout the Eastern Empire. In Antioch, among many other Pagans, the ex-governor Fidustius and the priests Hilarius and Patricius are executed. Tons of books are burnt in the squares of cities of the Eastern Empire. All friends of Julianus are persecuted (Orebasius, Sallustius, Pegasius etc.), the philosopher Simonides is burned alive and the philosopher Maximus is decapitated.

372
Emperor Valens orders the governor of Asia Minor to exterminate the Hellenes and all documents of their wisdom.

373
New prohibition of all Divination methods. The term "Pagan" (pagani, villagers) is introduced by the christians to lessen the Gentiles.

375
The Temple of God Asclepius in Epidaurus, Greece, is closed down.

380
On 27th February, christianity becomes the exclusive religion of the Roman Empire by an edict of Emperor Flavius Theodosius, requiring that "all the various nations, which are subject to our clemency and moderation should continue in the profession of that religion, which was delivered to the Romans by the divine Apostle Peter". Non-christians are called "loathsome, heretics, stupid and blind". In another edict Theodosius calls "insane" those that do not believe in the christian god and outlaws all disagreements with church dogmas. Ambrosius, bishop of Milan, starts destroying all the Pagan Temples of his area. Christian priests lead the hungry mob against the Temple of Goddess Demeter in Eleusis and try to lynch the hierophants Nestorius and Priskus. The 95 year-old hierophant Nestorius, ends the Eleusinian Mysteries and announces the predominance of mental darkness over the human race.

381
On 2nd May, Theodosius deprives all rights of christians that return to the Pagan Religion. Throughout the Eastern Empire, Pagan Temples and Libraries are looted or burned down. On 21st December, Theodosius outlaws even simple visits to the Temples of the Hellenes. In Constantinople, the Temple of Goddess Aphrodite is turned into a brothel and the Temples of Sun and Artemis into stables.

382
"Hellelu-jah" (Glory to Yahweh) is imposed in the christian mass.

384
Emperor Theodosius orders the Praetorian Prefect, Maternus Cynegius, a dedicated christian, to cooperate with the local bishops and destroy the Temples of the Gentiles in Northern Greece and Asia Minor.



385 to 388
Maternus Cynegius, encouraged by his fanatic wife, and bishop, "Saint" Marcellus with his gangs scour the countryside, sack and destroy hundreds of Hellenic Temples, shrines and altars. Amongst others they destroy the Temple of Edessa, the Cabeireion of Imbros, the Temple of Zeus in Apamea, the Temple of Apollo in Dydima and all the Temples of Palmyra. Thousands of innocent Gentiles from all sides of the Empire suffer martyrdom in the notorious death camps of Skythopolis.

386
Emperor Theodosius outlaws (16th June) the care of sacked Pagan Temples.


Dernière édition par le Mar 19 Juil - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 15:51

Citation :
388
Public talks on religious subjects are also outlawed by Theodosius. The old orator Libanius sends his famous Epistle "Pro Templis" to Theodosius, with the hope that the few remaining Hellenic Temples will be respected and spared.

389 to 390
All non-christian calenders are outlawed. Hordes of fanatic hermits from the desert flood into Middle Eastern and Egyptian cities, destroying statues, altars, Libraries and Pagan Temples, whilst Gentiles are lynched. Theophilus, Patriarch of Alexandria, starts heavy persecutions against the Gentiles, turns the Temple of Dionysos into a church, burns down the Mithraeum of the city, destroys the Temple of Zeus and burlesques the Pagan priests before they are killed by stoning. The
christian mob profanes the cult images.

391
On 24th February, a new edict of Theodosius prohibits not only visits to Pagan Temples but also looking at vandalised statues. New heavy persecutions all around the Empire. In Alexandria, Egypt, the Gentiles, led by the philosopher Olympius, revolt and after street fights, lock themselves inside the fortified Temple of God Serapis (The Serapeion). After a violent siege, christians occupy the building, demolish it, burn its famous Library and profane the cult images.

392
On 8th November, the Emperor Theodosius outlaws all non-christian rituals and names them "superstitions of the Gentiles" (gentilicia superstitio). New full scale persecutions against the Gentiles. The Mysteries of Samothrace are ended and priests slaughtered. In Cyprus the local bishop, "Saints" Epiphanius and Tychon destroy almost all the Temples of the island and exterminate thousands of Gentiles. The local Mysteries of Goddess Aphrodite are ended. Theodosius' edict declares: "the ones that won't obey pater Epiphanius have no right to keep living on the island". The Gentiles revolt against the Emperor and the church in Petra,
Aeropolis, Rafia, Gaza, Baalbek and other cities of the Middle East.

393
The Pythian Games, the Aktia Games and the Olympic Games are outlawed as part of the Hellenic "idolatry". Christians sack the Temples of Olympia.

395
Two new edicts (22nd July and 7th August) lead to new persecutions against the Gentiles. Rufinus, the eunuch Prime Minister of Emperor Flavius Arcadius directs the hordes of the baptised Goths (led by Alaric) to the country of the Hellenes. Encouraged by christian monks, the barbarians sack and burn many cities (Dion, Delphi, Megara, Corinth, Pheneos, Argos, Nemea, Lycosoura, Sparta, Messene, Phigaleia, Olympia, etc.), slaughter or enslave innumerable Hellenes and burn the Temples. Among others, they burn down the Eleusinian Sanctuary and burn alive all of its priests (including the hierophant of Mithras Hilarius).

396
On 7th December, a new edict by Emperor Arcadius orders that Paganism be treated as high treason. Imprisonment of the few remaining Pagan priests and hierophants.

397
"Demolish them!" Emperor Flavius Arcadius orders all the still erect Pagan Temples demolished.

398
The Fourth Church Council of Carthage prohibits to all, including its bishops, the study of Gentile books. Porphyrius, bishop of Gaza, demolishes almost all the Pagan Temples of his city (except nine of them that remain active).

399
With a new edict (13th July) Emperor Flavius Arcadius orders all remaining Temples, mainly in the countryside, to be immediately demolished.

400
Bishop Nicetas destroys the Oracle of the God Dionysus in Vesai and baptises all the Gentiles of this area.

401
The christian mob of Carthage lynches Gentiles and destroys Temples and "idols". In Gaza too, the local bishop, also a.."Saint", Porphyrius sends his followers to lynch Gentiles and demolish the remaining nine still active Temples of the city. The 15th Council of Chalkedon orders all christians that still keep good relations with their gentile relatives to be excommunicated (even after their death).

405
John Chrysostom sends his hordes of gray-clad monks armed with clubs and iron bars to destroy the "idols" in all the cities of Palestine.

406
John Chrysostom collects funds from rich christian women to financially support the demolition of the Hellenic Temples. In Ephessus, he orders the destruction of the famous Temple of Goddess Artemis. In Salamis, Cyprus, "Saints" Epiphanius and Eutychius continue persecutions of the Gentiles and the total destruction of their Temples and sanctuaries.


407
A new edict outlaws once more all non-christian acts of worship.
408
The Emperor of the Western Empire Honorius and the Emperor of the Eastern Empire Arcadius, order together that all sculptures of the Pagan Temples be either destroyed or confiscated. Private ownership of Pagan sculpture is also outlawed. The local bishops lead new heavy persecutions against Gentiles and new book burning. Judges showing pity for Gentiles are also persecuted. "Saint" Augustine massacres hundreds of protesting Pagans in Calama, Algeria.


409
Once again, an edict orders Astrology and all methods of Divination to be punished by death.

415
In Alexandria, Egypt, the mob urged by the bishop Cyrillus, attacks a few days before the judaeo-christian Pascha (Pesach-Easter) and hacks to pieces the famous and beautiful philosopher Hypatia. Pieces of her body are paraded by the christian mob through the streets of Alexandria, and are finally burned together with her books in a place called Cynaron. On 30th August, new persecutions start against all the Pagan priests of North Africa, who end their lives either crucified or burned alive.

416
The inquisitor Hypatius, alias "The Sword of God", exterminates the last Gentiles of Bithynia. In Constantinople (7th December) all non-christian army officers, public employees and judges are dismissed.

423
Emperor Theodosius the Second, declares (8th June) that the Religion of the Gentiles is nothing more than "demon worship" and orders all those who persist in practicing it to be punished by imprisonment and tortured.

429
The Temple of Goddess Athena (Parthenon) on the Acropolis of Athens is sacked. Athenian Pagans are persecuted.

435
On 14th November, a new edict by Theodosius II orders the death penalty for all "heretics" and Gentiles of the Empire. Only judaism is considered a legal non-christian Religion.

438
Theodosius II issues an new edict (31st January) against the Gentiles, incriminating their "idolatry" as the reason for a recent plague!

440 to 450
The christians demolish all the monuments, altars and Temples of Athens, Olympia, and other Greek cities.

448
Theodosius II orders all non-christian books burned.

450
All the Temples of Aphrodisias (City of Goddess Aphrodite) are demolished and all its Libraries burned down. The city is renamed Stauroupolis (City of the Cross).

451
A new edict by Theodosius II (4th November) emphasises that "idolatry" is to be punished by death.

457 to 491
Sporadic persecutions against Gentiles of the Eastern Empire. Among others, the physician Jacobus and the philosopher Gessius are executed. Severianus, Herestios, Zosimus, Isidorus and others are tortured and imprisoned. The proselytiser Conon and his followers exterminate the last Gentiles of the island of Imbros, in the northeast Aegean. The last worshippers of Lavranius Zeus are exterminated in Cyprus.

482 to 488
The majority of the Gentiles of Asia Minor are exterminated, after a desperate revolt against the Emperor and the Church.

486
More "underground" Pagan priests are discovered, arrested, burlesqued, tortured and executed in Alexandria, Egypt.

515
Baptism becomes obligatory, even for those that already say they are christian. The Emperor of Constantinople, Anastasius orders the massacre of the Gentiles in the Arabian city Zoara and the demolition of the Temple of local God Theandrites.

528
Emperor Jutprada (Justinianus) outlaws the "alternative" Olympian Games of Antioch. He also orders the execution (by fire, crucifixion, tearing to pieces by wild beasts, or cutting by iron nails) of all who practice "sorcery, divination, magic or idolatry" and prohibits all teachings by the Gentiles ("..the ones suffering from the blasphemous insanity of the Hellenes").

529
Emperor Justinianus outlaws the Athenian Philosophical Academy, which has its property confiscated.

532
The inquisitor Ioannis Asiacus, a fanatical monk, leads a crusade against the Gentiles of Asia Minor.

542
Emperor Justinianus allows the inquisitor Ioannis Asiacus to convert the Gentiles of Phrygia, Caria and Lydia in Asia Minor. Within 35 years of this crusade, 99 churches and 12 monasteries are built on the sites of demolished Pagan Temples.

546
Hundreds of Gentiles are put to death in Constantinople by the inquisitor Ioannis Asiacus.

556
Justinianus orders the notorious inquisitor Amantius to go to Antioch, to find, arrest, torture and exterminate the last Gentiles of the city and burn all the private libraries down.

562
Mass arrests, burlesquing, tortures, imprisonments and executions of Gentile Hellenes in Athens, Antioch, Palmyra and Constantinople.

578 to 582
Christians torture and crucify Gentile Hellenes all around the Eastern Empire, and exterminate the last Gentiles of Heliopolis (Baalbek).

580
Christian inquisitors attack a secret Temple of Zeus in Antioch. The priest commits suicide, but the other Gentiles are arrested. All the prisoners, the Vice Governor Anatolius included, are tortured and sent to Constantinople to face trial. Sentenced to death they are thrown to the lions. The wild animals are unwilling to tear them to pieces and they end up crucified. Their corpses are dragged through the streets by the christian mob and afterwards thrown unburied in the city dump.

583
New persecutions against the Gentile Hellenes by the Emperor Mauricius.

590
Throughout the Eastern Empire, christian accusers "discover" Pagan conspiracies. A new wave of torture and executions erupts.

692
The "Penthekto" Council of Constantinople prohibits the remains of Calends, Brumalia, Anthesteria, and other Pagan / Dionysian festivals.

804
The Gentile Hellenes of Mesa Mani (Cape Tainaron, Lakonia, Greece) resist successfully the attempt of Tarasius, Patriarch of Constantinople, to convert them to christianity.

950 to 988
Violent conversion of the last Gentile Hellenes of Laconia by the Armenian "Saint" Nikon.


Dernière édition par Ferrier le Mar 7 Oct - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 15:53

Citation :
CALENDRIER DE LA RÉPRESSION ET DE LA RÉSURGENCE DU PAGANISME

La christianisation des pays celtiques débute curieusement en Grande-Bretagne à partir de la Méditerranée, Nice, Marseilles, Îles de Lérins, Alexandrie (Égypte) par voie maritime (avec un saut dans la péninsule Ibérique Galicie) et par voie fluviale en passant par le Rône (Lyons).

Donc, - 52 E.V. (ère vulgaire) avec Jules César et la reddition de Vercingétorix, Jules César comprend très rapidement que pour subjuguer la Gaule il doit détruire les classes druidiques et guerrières qui encadrent globalement la société celtique.
Le jeu du pouvoir romain sera de couper les classes inférieures de l'élite et de remplacer la dévotion celtique par celle du culte à l'Empereur.

Dans un premier temps, Rome encouragera une dévotion païenne populaire en accord avec sa politique impériale.
Les divinités locales sont alors réinterprétées selon cette vision,: c'est l'interprétation romaine.

Malgré tout, les druides vont continuer à jouer un rôle plus religieux, moins politique, les libérant ainsi des lourdes tâches administratives auxquelles ils étaient jusqu'alors contraints.
Donc, la résurgence des théonymes et des anthroponymes celtiques dans la Gaule des IIe et IIIe siècles ne sont pas fortuites non plus.

Comme disent Guyonvarc'h et Leroux (La civilisation celtique, p. 117), il ne s'agit pas là d'une renaissance ou d'un "revival", mais d'une survivance tenace, signe que les celtophones de Gaule s'étaient adaptés, ou résignés, à un nouvel état des choses.
Comme en témoigne ce tableau, cette survivance, bien plus que tenace, est une volonté affirmée et décidée à résister à l'imperium étranger.

L'Irlande, terre d'accueil des druides étrangers, échappa à la loi romaine et pu maintenir le druidisme jusqu'à l'arrivée de Saint-Patrice au Ve siècle.

Cependant, même christianisée, la structure de la société celtique classique était toujours en place et les druides purent conserver sous la protection de certains rois un semblant d'indépendance.

La majorité des druides n'eurent d'autre choix que se convertir à la religion du Christ et le druidisme fut alors rapidement absorbé, plus rapidement d'ailleurs, que sur le continent où en Gaule le paganisme romanisé perdurait.

Certains druides convertis vont devenir les premiers évêques, abbés et moines irlandais et grâce à leur piètre connaissance de la nouvelle religion sauverons de l'oubli la tradition druidique en la consignant par écrit.

En Gaule, à la même époque, le christianisme, un phénomène urbain avant tout lié à l'occupation romaine, va mettre un temps fou d'usure patiente avant de s'infiltrer dans les campagnes longtemps considérées païennes, c'est-à-dire "paysannes et non-judéo-chrétiennes". Il faut dire que le christianisme au temps du crépuscule de l'empire n'est qu'une secte orientale parmi tant d'autres. Les cultes, Isiaque Ptolémaïste Égyptien des riches, Mithraïste persan glorifié par la soldatesque romaine et messianistes Mosiaque et Christique de la diaspora juive, pauvre et urbaine, ne sont que quelques unes des sectes qui affligent l'Empire d'Occident. Disons aussi, que le christianisme va longtemps n'être que l'opium, l'ultime cause, des esclaves, des serviteurs et des opprimés… mais gare au jour où il va devenir la lame des guerriers.

Ce jour va venir quand un ex-cavalier romain va se convertir à la cause du Seigneur. 313 e.v. marque un point tournant pour la secte avec l'édit de Milan et la promulgation du christianisme comme religion de l'empire.



Calendrier de la répression et de la résurgence païenne :

200: Débute la christianisation de la Grande-Bretagne.

248 - 251 : Sous le règne de l'empereur Dèce, contrairement aux prétentions légendaires des martyrs de Saint-Marcel et de Saint-Anatase, aucun signe de présence chrétienne n'est décelable en Gaule et aucun signe chrétien n'a été observé sur des objets gallo-romains.

250: Autour de 250 E.V., l'effort de la christianisation de la Gaule païenne débute dans la clandestinité. L'Église s'organise autour de la ville de Lyon utilisée comme base missionnaire.
Saint-Ciprien envoie ses missionnaires d'Afrique: ceux de Saint-Paul à Narbonne, de Saint-Trophime à Arles, de Saint-Saturnin à Toulouse, de Saint-Martial à Limoges, de Saint-Denis à Lutèce (Paris), de Saint-Austremoine à Clermont-Ferrand, et de Saint-Gratien à Tours.


258 : La Gaule fait sécession avec à sa tête Postimus qui se nomme Empereur des Gaules. Il rompt avec Rome et bat monnaie. Le christianisme est sévèrement réprimé dans tout l'Empire romain mais ceci n'empêche pas les missionnaires de tenter d'évangéliser la Gaule et de fonder des évêchés.

260: La christianisation de Grande-Bretagne est bien en cours autour de Glastonburry.

271 : Aurélien, devenu Empereur, réunifie l'Empire et rétablit la domination de Rome sur toute la Gaule. Rome demeure très méfiante de la secte chrétienne.

275 : Rome assouplit ses positions face aux chrétiens qui continuent de troubler l'ordre politique.

297 : L'Empereur Dioclétien procède à une profonde réforme administrative de l'Empire en concédant officiellement aux chrétiens le droit de se regrouper en diocèses. L'Empire est divisé en douze diocèses gouvernés par des vicaires. La Gaule comportera deux diocèses : Galliae au nord de la Loire et de la Saône; le Viennesis au sud. Après l'édit de Milan, la hiérarchie chrétienne de Rome organisera les évêchés sur ce modèle.



312 : Sous Constantin, l'Église adopte le symbole de la croix emprunté aux païens celtes, grecs, persans, égyptiens, mithraïstes et à Tammouz. L'Église se structure et se hiérarchise: le premier pape (père) est mis en place ce qui est contraire d'ailleurs à la Bible: Matthieu 23-9: "Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ.

313 : L'Édit de Milan décrété par Constantin Ier, au lendemain de sa victoire du Pont Milvius en 312, proclame la liberté de culte dans tout l'Empire. Cette libéralisation va profiter largement à l'expansion du christianisme.

314 : En août, se tient le premier Concile des Gaules à Arles, incluant la Belgique. Le but du Concile est de définir une stratégie face à l'hostilité des païens des Gaules. Celui-ci marquera un tournant important dans son histoire, car il constitue le premier reniement d'un principe évangélique : "tu ne tueras point" et le premier pas, par son officialisation, vers l'alliance du spirituel avec le pouvoir temporel, militaire et politique.
Désormais, les chrétiens pourront porter les armes et ceux qui se refuseront au service militaire seront excommuniés.

324 : Juste avant 324 E.V., interdiction des rites domestiques et sacrifices païens. Après 330, restriction de dévotion publique pour les non-chrétiens. Il est interdit aux fonctionnaires de sacrifier aux dieux dans les cérémonies officielles, et ils doivent s'abstenir de toute participation publique aux cultes païens.

355 : Un décret impérial du 1er décembre 355, de Constantin, ordonne la fermeture de tous les temples païens de l'Empire et punit de mort tout manifestant à un culte païen. Saint-Martin de Pannonie, se porte bénévole à la milice volontaire chrétienne pour renforcer le décret impérial romain. Des bandes de voyous citadins désœuvrés, surtout chrétiens, sèment la terreur par leur banditisme en mettant le feu aux temples et en lapidant les païens. La ville de Tours servira de base à ces exactions.

380 : Theodose Ier (379-395) renouvelle l'interdiction des sacrifices païens et répand la terreur "divine". Gratien (367-383) confisque les revenus des temples et des prêtres païens. En 392, la dévotion païenne sous toute ses formes est strictement interdite.



385 : Théophile est nommé patriarche d'Alexandrie. Avec le consentement tacite de l'empereur Théodose, il entreprend une violente campagne de destruction de tous les temples et sanctuaires non chrétiens en Égypte : à Alexandrie, les temples de Mythriade et Dyonisius puis en 391, la destruction du temple de Sérapis et de sa bibliothèque.

386 : Saint Jean Chrysotome écrit : "Que chacun s'attache à gagner son frère, fallut-il user de violence (...) N'épargner rien pour l'arracher des filets du démon". Et selon les dires de Saint Augustin : "C'est la charité qui impose de sauver les gens malgré eux, qui impose la chasse à l'hérésie et donc l'intolérance".

401 : Le philosophe païen Augustin, après avoir considéré la religion chrétienne comme une religion d'incultes, s'être tourné vers le manichéisme puis finalement après être nommé évêque de Carthage, Docteur de l'Église, est considéré comme le plus grand penseur de l'Église antique. Pourtant il passera une bonne partie de sa vie à détruire temples et statues antiques. C'est Saint Augustin qui introduit l'idée du "péché originel" et a commencé sérieusement la chasse aux hérétiques.

410 : Fondation d'un centre missionnaire chrétien sur l'île de Lérins au large de Cannes consacré à la conversion de la Gaule et des pays Celtes. L'aristocratie païenne résiste à l'intégrisme en frappant des pièces de monnaie dédiés aux empereurs païens, un signe de dérision à l'hypocrisie de l'empereur chrétien décadent. Renouvelant ainsi, l'habitude très ancienne d'offrir en cadeau, le jour de l'An, de vieilles pièces de monnaie ("contorniates"), notamment en 356 - 359 et en 395 - 410 ; ces pièces représentent des empereurs païens restés populaires, ou Alexandre le Grand, le conquérant victorieux, moquant ainsi le faible empereur chrétien. On en trouve jusqu'à Anthémius (467 - 472), représentant l'empereur régnant, avec des allusions politiques. Malgré la résistance organisée de l'élite païenne, les villes de l'empire sont rapidement gagnées aux Chrétiens, de là le terme péjoratif païen = "paysan" pour désigner les fidèles des fois autochtones.



412 : Cyril devient patriarche d'Alexandrie et exacerbe les rivalités entre juifs et chrétiens. Quelques années plus tard de violentes émeutes serviront de prétexte à la christianisation radicale de l'Égypte.


Hypatie d'Alexandrie


415 : Hypathie, la dernière grande mathématicienne de l'école d'Alexandrie, par ailleurs fille de Théon d'Alexandrie, directeur de la bibliothèque, est mise en pièces et tuée par une foule de moines chrétiens inspirés par Cyrille, patriarche d'Alexandrie, que l'Église canonisera. Selon un rapport, la prêtresse païenne Hypatie sera brutalement assassinée par les moines Nitrian, une secte de chrétiens fanatiques, qui soutenaient Cyril. Selon un autre récit (de Socrates), elle fut tuée par la foule d'Alexandrie sous la menée de Pierre le précheur Son assassinat marque un tournant : Après sa mort, de nombreux chercheurs et philosophes quittent Alexandrie pour l'Inde et la Perse, et Alexandrie cesse d'être le grand centre de l'enseignement et de la science du monde antique. Désormais, la science régressera en Occident, et ne retrouvera un niveau comparable à celui de l'Alexandrie antique qu'à l'aube de la révolution industrielle. Les travaux de l'école d'Alexandrie concernant les mathématiques, la physique et l'astronomie seront préservés, en partie, par les Arabes, les Perses, les Indiens et aussi en Chine. L'occident, pour sa part, plonge dans l'obscurantisme et ne commencera à en sortir que plus d'un millénaire plus tard. À l'instar de l'Islam, à chaque période d'essor de la religion chrétienne, correspondra une régression de la condition de vie du peuple et réciproquement. Ces querelles provoquèrent des rumeurs et des litiges parmi les religieux et parmi le peuple byzantins, qui ne voulaient pas laisser ravir à Marie ce titre honorifique. Dans les débuts, la lutte fut anodine. Mais elle s'envenima le jour où Cyrille, patriarche d'Alexandrie, intervint. On sait que ce fougueux tyran, prêtre fanatique et sanguinaire, fut l'instigateur du meurtre d'Hypathie, une jeune femme remarquable par sa beauté et son esprit. Deux attributs qui manquaient à Cyrille.

415 :Suite aux efforts de Saint-Cyrile, Alexandrie, dernier bastion païen d'orient tombe suite à la destruction de la grande bibliothèque d'Alexandrie et du meutre d'Hypatie (370 - 415).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 15:54

Citation :
418: un édit d'Honorius (395-423), contre-signé par les évêques gallo-romains Rennes et de Nantes, ordonne la démolition de tous les sites païens, sanctuaires et oratoires, ainsi que tous les emblèmes populaires. Valentinien III (425 - 423) réitère l'ordre du décret de la destruction des temples païens.

432 : Débute la christianisation de l'Irlande du nord par Saint-Patrice et ses sbires déguisés en druides. Création d'écoles pseudo-druidiques qui sont en fait des centres de conversion chrétienne. Le 1er Mai, lors de la fête dédiée au dieu Bel, déguisés en druides, Patrice et ses disciples se rendent à Tara, haut lieu druidique et siège d'Irlande, afin de déjouer les druides et de leur ravir la primauté sacrée. Tôt la veille, juste avant le levé du soleil, il allume un feu "de Pâques" dédié au Christ rendant ainsi caduques les feux sacrés dédiés au temples, à la cour et aux autels du foyer. C'est donc par la tricherie et la ruse que le "saint homme" fera tomber les druides érigés dans leurs codes d'honneur, de rectitude et de vérité. Des tours comme celui-là, Patrice en fera beaucoup, au point où selon ses propres aveux (Confessions), troublé par sa conscience, il aura du mal à dormir et priera son "Sol Invictus". Il se consolera en concluant que tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins; et pour juger un arbre à ses fruits, Patrice usera de la naïveté des idolâtres et des superstitieux afin d'amener plus d'âmes au Seigneur. D'après sa biographie (Vie chrétienne de Saint-Patrice), l'anachorète aurait "brûlé au moins quatre-vingts livres druidiques. Détail intéressant, car, contrairement à ce qu'affirme César, les druides avaient des livres écrits. Il s'agit d'un de ces rares témoignages prouvant que les druides de la basse Antiquité finirent par lever l'interdit sur la transcription des textes sacrés.

451 : Attila, roi païen des Huns (le fléau de Dieu) entre en Gaule en semant la terreur chez les chrétiens.

452: Le Concile d'Arles (canon 23) déclare coupable de sacrilège tout évêque tolérant en son diocèse les feux sacrés, l'allumage des flambeaux, la vénération près des pierres, des fontaines et la dévotion aux divinités de la nature.

461 : Mort de Saint-Patrice et achèvement de la conversion d'Irlande à l'exception des îles isolées et des régions montagnardes.

506 : Au concile d'Agde et au Concile d'Orléans en 511 on criminalise la consultation et la pratique des pythonisses. Ce sont en fait les premières chasses aux sorcières.

515 : Vers 515 - 520, Saint-Césaire (470 - 543), évêque d'Arles, fulmine dans un sermon (NO 129), contre les coutumes du jour de l'an ("… les uns ne revêtent que la peau d'un animal, d'autres en prennent la tête, d'autres se déguisent en femmes…") et contre les pratiques de la fête des Morts du 22 février ("… ils portent des mets et du vin sur les tombeaux des défunts…").

516 : Entre 516 et 537, Saint-Vigor, évêque de Bayeux, demande la protection du bras séculier pour faire interdire le culte païen qui était célébré par le seigneur du lieu sur le Mont-Phaunus (= Saint-Vigor-le-Grand, Calvados), brise les idoles et s'empare du territoire.

520 : Vers 520 - 525, aux environs de Cologne, subsistait un temple ayant conservé les statues de ses dieux auxquels les habitants continuaient à offrir des libations ; Saint-Gall (486 - 551) l'incendia.

524 : Le Concile d'Arles condamne les rites observés lors des éclipses de lune, lors des fêtes de Jupiter et au jour de l'An.

529 : Fermeture de l'académie de Platon. Le savoir antique, violemment critiqué par les Pères de l'Église tel Saint Augustin, disparaît des esprits. Un voile tombe sur les sciences.

533 : Le deuxième Concile d'Orléans stigmatise ceux qui régressent en retournant au culte des idoles et mangent de la chair sacrifiée aux dieux.

532 : L'empereur Justinien fait fermer l'école de philosophie d'Athènes, considérée comme le dernier bastion du paganisme. Désormais, l'obscurantisme et l'ignorance règnent en maîtres dans tout le bassin méditerranéen.

541: Au quatrième concile d'Orléans, ancienne capitale sacrée des Druides, on réitère l'interdiction formelle sous peine de mort à tout culte païen de même que les serments faits aux dieux. Saint-Paterne (mort en 560) est réputé avoir dit d'avoir dit empêcher une cérémonie druidique à Chaussey où il avait renversé les contenus des derniers chaudrons sacrés connus.

Vers 550 : Les druides de Grande-Bretagne continuent dans la clandestinité sous le nom de gwyddoniaid, "les savants". À la cour du roi Maelgwn de Gwynedd (Pays de Galles) il se tient des concours de bardes et on mentionne des druides. Ce sont ces bardes de cours royales qui transmettront la "matière bretonne" qui servira à la rédaction du cycle arthurien ou de la Table Ronde.

554 : Le roi Childebert 1er (511-558) renouvelle l'ordre de détruire les idoles et les mégalithes païens.

563 : Saint-Colomban quitte l'abbaye de Durrow pour fonder une abbaye à Iona, un des retranchements des druides.

567 : le deuxième concile de Tours ordonne de chasser de l'Église ceux qui honorent certaines pierres, arbres et fontaines en des lieux sauvages et cachés au fond des bois. Il interdit les fêtes du jour de l'an (auxquelles il substitue un jeûne solennel et la fête de la Circoncision), demande aux prêtres de ne point manquer de corriger par censure ecclésiastique (excommunication) ceux qui, retenant encore des restes de paganisme, offriront des viandes aux morts, ou mangeront la chair de ces animaux offerts en sacrifice ou encore feront des cérémonies inconnues de l'église auprès des lieux païens.

573 : Devant la résistance des cultes païens, Grégoire le Grand, Pape et Préfet de Rome, recommande au clergé : "Retrancher tout à la fois dans ces esprits incultes est une entreprise impossible. Gardez-vous de détruire les temples : détruisez seulement les idoles, remplacez-les par des reliques".

574 : Saint-Colomban intervient en faveur des filidhs (poètes païens) à l'assemblée de Druim Ceta pour leur maintenir partiellement sous le couvert du christianisme quelques uns de leurs privilèges traditionnels.

578 : au Concile d'Auxerre est réitérée l'interdiction aux paysans de se déguiser en peaux de vaches et de cerfs à l'occasion des festivités du jour de l'an et d'allumer des cierges devant les fontaines, les arbres et les pierres érigées, de consulter les devins, de se livrer à la divination avec du bois ou du pain.

580 : Vers 575 -580, dans le pagus Cabalitanus (l'actuel Gévaudan), entre Margeride et Aubrac, se réunissait annuellement, aux bords d'un lac, une foule de paysans qui durant trois jours faisaient des libations et offraient aux divinités de ce lac des sacrifices en y jetant, pans d'étoffes, toisons de laine, fromages, gâteaux de cire et pains. Tout au long de ces journées se déroulaient fêtes et orgies que venaient interrompre les orages. Grégoire de Tours, affirme qu'après remontrances, un Saint prêtre mit fin à cette superstition. Étrangement, on notera en 1872 ! aux abords du lac Saint André, la pratique annuelle de rites et d'offrandes strictement identiques à celles décrites par Grégoire de Tours, avec toutefois pour les offrandes l'adjonction de pièces de monnaie.

581 : Le synode d'Auxerre interdit aux laïcs de danser dans les églises, d'y faire chanter des jeunes filles et d'y donner des festins.

585 : au Concile de Mâcon on condamne aux coups de verge tous ceux qui persistent à chômer le jeudi, jour consacré au Jupiter gallo-romain. À saint-Éloi, 588 - 660, évêque de Noyon près de Limoges, fut adressé ce message par un païen anonyme : "Romain que tu es, bien que tu nous rabâches toujours les mêmes choses, jamais tu ne pourras abolir nos coutumes. Nous célébrons nos cérémonies, comme nous l'avons fait jusqu'ici et il n'y a personne au monde qui puisse nous interdire nos divertissements antiques, qui nous sont si chers."

590 : Grégoire I, dit Le Grand devient pape. Il invente la croisade. Outre la grammaire, il décourage ou interdit l'enseignement de la culture gréco-romaine en général, y compris les langues, la science, la philosophie et la mythologie. Maintenir le peuple dans l'ignorance permet de protéger et perpétuer les mensonges de l'Église.

590 : Saint-Gall fonde une série de monastères dans la Gaule païenne, dont Luxeuil (en Burgondie). Il suscita de nombreuses conversions dans les familles des grands propriétaires, dont les trois fils d'Autharius, Dadon, Adon, Radon, qui fondèrent l'abaye de saint-Ouen.

597 : Le pape Grégoire le Grand (590 - 604) prescrit à la reine Brunehaut d'interdire à ses sujets d'immoler des animaux, d'adorer les arbres et d'exposer les têtes des animaux sacrifiés ; mais vis-à-vis de l'empereur, l'attitude du pape est différente, voire même très humble : les flatteries que Grégoire le Grand prodigue à la bête brute que fut l'empereur byzantin Phocas (602 - 610), centurion usurpateur, passent la mesure.

600 : 33 ans après le deuxième concile de Tours (cf. 567), l'évêque de cette même ville constate, le 7ème jour de juillet 600, "qu'il y avait encore dans son diocèse et les diocèses voisins, un grand nombre de païens attachés au culte impie des fausses divinités, entre autres dans le pays qui est au midi de la Loire … Et ce qu'il trouva le plus difficile fut de faire observer le 22ème canon (interdiction d'offrir des viandes aux morts), surtout en de certains villages où les païens avaient embrassé le christianisme, retenant néanmoins beaucoup de superstitions du paganisme.

611 : Saint-Valery (562 - 622), évêque de Rouen fait abattre un arbre énorme que les paysans de la vallée de la Bresle adoraient.

626 : Le Concile de Clichy, en 626, renouvelle les interdictions du deuxième concile d'Orléans, de 533.

636 : Saint-Amand (584 - 679), évêque de Worms, constate que, dans son diocèse, les temples païens sont toujours fréquents, et obtient du roi Dagobert Ier (626 - 639) une ordonnance rendant le baptême des enfants obligatoire.

640 : Saint Omer, évêque de Thérouanne mort en 670, trouve des temples païens intacts lors de son arrivée dans le diocèse.

641 : Un sermon de saint-Eloi (588 - 669), évêque de Noyon et Tournai en 641, est fort intéressant, car il récapitule, en les stigmatisant, les pratiques païennes en usage de son temps (milieu du VIIe siècle) ; nous le résumerons brièvement car il est fait allusion à certains rites connus des traditions britannique et gaélique : interdiction d'observer les augures et les éternuements, d'écouter le chant des oiseaux, de célébrer le jour de l'An, de prolonger les festins pendant la nuit et d'y boire avec excès ; interdiction de faire passer les troupeaux par un arbre creux ou un fossé creusé dans la terre (1er Mai), de chômer, d'y danser et d'y chanter ; interdiction d'appeler "Seigneur" c'est-à-dire dieux, le Soleil et la Lune et de jurer par ces luminaires ; d'allumer des flambeaux dans les carrefours et d'y faire des vœux, de visiter les pierres, les sources et les arbres consacrés aux dieux ; interdiction de suspendre des amulettes au cou des hommes et des animaux, de l'ambre au cou des femmes ; interdiction aux femmes d'invoquer Minerve (la Belisama des Gaulois) avant de travailler la toile ; interdiction de pousser des clameurs lorsque la lune s'obscurcit, et d'éviter d'entreprendre un travail à la nouvelle lune, ainsi que de se livrer aux danses tournantes et sautantes, à des caroles ou à des chants diaboliques.

650 : Le Concile de Chalon en 650 réitère l'interdiction des chœurs de femmes dans l'église.

658 : Le deuxième Concile de Nantes ordonne de creuser des fosses profondes afin d'y enfouir les pierres païennes de sorte que leurs adorateurs ne puissent les retrouver.

698 : Le Concile de Rouen en 698 dénonce ceux qui font des vœux devant les pierres en leur offrant des cierges.

700 : Irlande : un pénitentiel du VIIIe siècle sanctionne de pénitences sévères le "péché de druidisme", druidechta dans le texte.

704 : d'après Adamnan, abbé d'Iona, il y avait encore des druides dans l'île quand il y arriva.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 15:54

Citation :
742 : Un capitulaire de Carloman en 742 renouvelle l'interdiction des pratiques païennes, et Charlemagne, à son tour, vultupérera contre les "insensés" qui allument des flambeaux et pratiquent toutes sortes de superstitions auprès des arbres et des fontaines, dans un capitulaire promulgué le 23 mars 789.

769 : un autre capitulaire daté d'Aix-la-Chapelle, ordonne : "Que celui qui, suffisamment averti, ne fera disparaître de son champ les simulacres qui y sont dressées, soit traité comme sacrilège et déclaré anathème".
Et pourtant, les archéologues retrouveront des liards de Louis XIII près des mégalithes et les folkloristes du XIXe et du début du XXe siècle observeront des coutumes attestées, et condamnées, douze siècles plus tôt.

792 : La dîme, qui était à l'origine une participation facultative des fidèles aux frais du culte, devient obligatoire par les capitulaires de 779 et de 792. L'église romaine, associée au pouvoir politique depuis 314, dans l'empire romain, va ainsi devenir une puissance économique considérable.

787 : L'imagerie traditionnelle des maçons architectes jugée trop païenne est soumise au pouvoir des évêques lors du second concile de Nicée.

804 : L'empereur chrétien Charlemagne convertit nombre de Saxons, en leur proposant le choix suivant : Se convertir au catholicisme ou avoir la tête coupée. Plusieurs dizaines de milliers de têtes tombent, avec la bénédiction de l'Église.

Vers 930 : Le roi gallois Howel le Bon (916 - 950), qui avait des bardes à sa cour, définit les privilèges des bardes dont le chef était nommé pencerdd, "chef barde".

1081 : Réorganisation semi-officielle du bardisme gallois.

1136 : Geoffroy de Monmouth, Histoire de Bretagne, compile tout ce qu'il trouve en relation aux cycles arthuriens.

1140 : En réponse à la menace de la popularité grandissante des cycles arthuriens jugés comme une invitation à la régression païenne ; premières contestations hérétiques au sein de l'église.

1142 : L'art traditionnel celtique irlandais jugé trop païen est interdit par les cisterciens de Mellifont.

1148 : Sous le duc de Bretane Konan III la répression s'organise autour de l'abbé du prieuré de Moinet de la forêt de Brocéliande accusé au Concile d'Épernay de régression païenne et pratique de la sorcellerie. Éon de Loudéac, dit de l'Étoile, est jeté en prison et ses compagnons sont pendus et brûlés. Aucun de ceux-ci renièrent leur foi païenne.

1154 : Nicolas Breakspear, Adrien IV (1154 - 1159), le seul pape anglais, encouragea par la bulle Laudbiliter, le roi d'Angleterre Henry II Platagenêt à conquerir l'Irlande "en vue d'étendre les bornes de l'Église" preuve que l'Irlande était encore perçue comme mal christianisée.

1176 : À la Noël sous le règne du prince Rhys, est tenue au Château de Cardigan la première assemblée officielle des bardes gallois, la seule fonction du système druidique ayant survécu au Pays de Galles.

1183 : Au Concile de Vérone, sous le Pape Eugène III, les "étoilistes" restants sont pourchassés et condamnés au bûcher.

1199 : Par la bulle pontificale Vergentis in senium, Innocent III assimile l'hérésie au crime lèse-majesté.

XIIIe siècle : Saint François d'Assises popularise la crèche de Noël héritée des rites du dieu des céréales Tammuz (Adonis, dont la naissance était célébrée à Bethléem) et qui, comme Hermès, Dionysos, Mithra ou Zeus, naissaient dans une grotte symbole de la Terre-mère, de la matrice universelle.

1208 : Rome appelle à la croisade contre les Albigeois après l'assassinat du légat pontifical Pierre de Castelnau près d'Arles.

1231 : Création de l'inquisition pontificale par le pape Grégoire IX. Elle se présente comme un tribunal d'exception, permanent, directement subordonné à Rome et qui intervient dans toutes les affaires intéressant la défense de la foi.

1233 : Le pape confie l'Inquisition aux ordres mendiants nouvellement reconnus par l'Église. Les inquisiteurs seront le plus souvent recrutés parmi les dominicains (Languedoc), plus rarement parmi les franciscains (Italie ou Provence).

1245 : À Oxford, on signale l'existence d'un Druid Coven, "bosquet druidique" appelé Mount Haemus qui continuera d'exister dans la clandestinité jusqu'à sa restauration au XVIIe siècle par l'antiquaire franc-maçon John Aubrey.

1251 : Le pape Innocent IV autorise enfin l'inquisition à pratiquer la torture. L'obtention d'aveux de culpabilité en est grandement facilitée. L'inquisition peut prononcer, sur la base d'aveux arrachés par la torture, des peines allant d'une simple prière ou un jeûne jusqu'à la confiscation des biens et même la prison à vie. Par contre, elle ne peut prononcer de condamnation à mort. Avec une hypocrisie caractéristique de l'Église catholique, l'inquisition peut par contre "passer" un hérétique au bras séculier de la justice pour une condamnation à mort sur la base des aveux obtenus sous la torture par l'inquisition.
Cette subtilité de procédure permettra à l'Église d'affirmer par la suite qu'elle n'a tué personne.

1295 : Sous la coupe de l'Inquisition, assassinat sous Edouard Ier d'Angleterre (1239 - 1307) des bardes gallois Cadwallon, Mordred et Urien. Il interdit toute assemblée bardique, assimilant la renaissance culturelle bardique à la résistance galloise anti-anglaise. Il s'empare aussi de la fameuse "Pierre de Scone", la pierre des couronnement s des rois d'Écosse instituée par les druides qui deviendra dès lors la pierre de couronnement des rois d'Angleterre. Le bardisme gallois entre à nouveau dans la clandestinité. Certains bardes s'enfuient en Bretagne armoricaine. C'est au XIIe siècle que furent rédigés les récits mythologiques bretons appelés Mabinigion.

1312 : Le décret Multorum Querela du Concile de Vienne fixe les modalités de la collaboration entre les inquisiteurs pontificaux et les tribunaux épiscopaux. Il existe désormais des inquisiteurs diocésains, relevant de l'évêque.

1316 -1334 : Le pontificat de Jean XXII étend la notion d'hérésie à toutes les formes de dissidence et de déviance. Les Inquisiteurs sont désormais chargés de poursuivre les devins et les jeteurs de sort, mais aussi les adversaires temporels du Saint-Siège (les Visconti à Milan ou l'empereur Louis de Bavière).

1328 : Derniers bûchers d'hérétiques à Carcassone.

1344 : Narguant l'autorité romaine, sous Edouard III (1312 - 1377) un archidruide du nom de Trahairan Mor est élu lors de la convocation d'une "table ronde" et institua l'Ordre de la Jarretière. Ordre qui prétend encore maintenir des liens avec le paganisme Antique.

1375 : À Avignon, l'inquisiteur catalan Nicolas Eymerich rédige son Manuel des Inquisiteurs.

Vers 1400 : Sion Cent tente de restaurer le druidisme païen en organisant des conventicules secrets, les cyvail.

1440 : Débute la chasse aux sorcières en Dauphiné et dans les pays de l'arc alpin. C'est principalement à l'occasion des poursuites contre les magiciens, les sorciers, que les juges du prince, un peu partout en Europe, adoptèrent les techniques inquisitoriales à la fin du Moyen Âge et à l'époque moderne (XVe - XVIIIe siècle). Les relations avec le diable concernent les tribunaux de l'Église ; le sorcier est aussi homicide, avec l'aide du diable il assassine les hommes et offense autant la majesté des hommes pieux que celle de Dieu : les juges laïques peuvent donc poursuivre le sorcier. La grande chasse aux sorcières qui fit avouer le "sabbat" à des milliers d'accusés n'aurait pas pu avoir lieu sans l'institution de l'Inquisition.

1441 : Au concile de Florence, il est décrété que les païens, les juifs, les hérétiques et les schismatiques n'auront aucune part è la "vie éternelle" et que tous, à moins de se tourner, avant de mourir, vers la véritable religion, iront droit en enfer.

1450 : Réapparition des concours bardiques gallois (eisteddfod, pluriel : eisteddfodau) à Carmathen.

1484 : Dans une bulle du Pape Innocent VIII, la sorcellerie est déclarée hérésie; qu'un sorcier ou sorcière sert le Diable et répudie le Christ.

1485 : Sir Thomas Malory fait prisonnier à vie rédigera, en vingt ans, ses vingt et un livres du fameux "La Morte d'Arthur" qui paraîtront en 3 ou 4 publications; un récit mythologique, œuvre magistrale qui couronne une tradition de résistance païenne déjà vieille de mille ans!

1486 : Sprenger, Malleus maleficarum ("Le marteau des sorcières") étend à la sorcellerie la définition de l'Hérésie.

1521 : Inspiré par l'Esprit Saint, un moine allemand, Martin Luther traduit le "Nouveau Testament" en quelques semaines. C'est le début du plus grand schisme de la chrétienté : Dans les siècles qui suivront, les chrétiens se massacreront enfin entre eux.

1557 : En France, le roi règle seul et officiellement les crimes d'Hérésie.

1560 : Le grand barde gallois Lewellyn Sion de Llangewydd, qui préside à la chaire bardique du Clamorgan, consigne par écrit tout ce qu'il a pu collecter dans la tradition orale et dans les anciens manuscrits.

1566 - 1572 : Pontificat de Pie V ; dernière période active de l'Inquisition catholique romaine.

Cromwell (1599 - 1658) : fera rechercher, saisir et détruire systématiquement tous les documents et manuscrits soupçonnés de consigner d'antiques enseignements druidiques.

1600 : Giordano Bruno, condamné pour hérésie, est brûlé vif à Rome. Il avait osé prétendre que le Soleil pouvait être une étoile comme les autres, définir l'univers comme étant "infini" et émis l'hypothèse de l'existence de formes de vie hors de la terre. Au bout de huit ans de procès, au cours duquel des aveux lui sont arrachés par la torture, il est condamné à mort comme "hérétique obstiné et impénitent". L'hypothèse de Giordano Bruno annonce le début de la déconfiture de la théorie ethnocentrique (et orgueilleuse) de l'Église : L'homme et la Terre sont au centre de l'Univers. La science, au fil des siècles révélera que la Terre tourne autour du Soleil qui est une étoile ordinaire qui fait partie d'une galaxie assez banale : La Voie Lactée.

Elias Ashmole (1617 - 1692) : humaniste, membre de la Royal Society, initié franc-maçon (16 octobre 1646), auteur du Theatrum chemicum Britannicum (1652) est donné par les archives du Druid Order de Londres comme étant celui qui aurais transmis aux premiers francs-maçons spéculatifs les initiations correspondant aux trois fonctions traditionnelles du druidisme, celle de vate, de barde et de druide, lesquelles auraient par la suite été regroupées en un seul grade sous le couvert du "Royal Arch", terme franc-maçonnique d'inspiration biblique masquant le fond druidique païen.

À partir de 1700 : l'Irlandais catholique John Toland fait la rencontre du chef-druide écossais John Aubrey du bosquet Mount Haemus d'Oxford. John Aubrey suggère à Toland l'idée d'un regroupement des survivants de la tradition druidique. Cette date sonne les débuts de la renaissance druidique des temps modernes; 300 ans c'est déjà un tradition.

1717 : Le 24 juin constitution de la Grande Loge maçonnique spéculative d'Angleterre avec le concours de francs-maçons de quatre loges londoniennes.

1717 : Le 22 septembre le libre-penseur John Toland réunissait à Londres les délégués de dix comté du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande avec les délégués de Bretagne amoricaine dans le but de constituer une fédération de "bosquets druidiques" baptisée Ancient Druid Order ou "Ancien Ordre des Druides".

1762 - 1763 : James Macpherson (1736 - 1796) publie ses poèmes, sur son légendaire barde Ossian du IIIe siècle, qui vont déclencher le mouvement romantique et provoquer la celtomanie.

1764 : Le Révérend Evan Evans publie ses "Spécimens de poésie des anciens bardes gallois", Specimens of Poetry of the Ancient Welsh Bards.

1770 : Edward Williams dit Iolo Morganwg, car né dans le Glammorganshire, compile et rédige les anciens manuscrits rédigés au VVIe siècle par le barde Llywelyn Sion et va publier son fameux recueil intitulé Barddas, "tradition des Bardes de l'île de Bretagne. Les Barddas, longtemps considérés comme fraduleux conservent néanmoins des éléments de l'antique pensée druidique qui ne sauraient échapper au regard du spécialiste : cycles karmiques qualifiés d'Abred, transmigration de l'âme, paradis celtique qualifié de Gwenwed, "Monde Blanc" etc. ; Bref, un véritable deuxième Évangile, la preuve d'un synchrétisme druidique chrétien oppéré par les bardes selon certains ou preuve d'une continuité de la "Religion du Grall" aux néo-druides selon d'autres.

1781 : Le charpentier Henry Hurle fonde le 28 novembre l'Ancient Order of Druids, "Ancien Ordre des Druides" au style plutôt franc-maçonnique et duquel William Blake fut un de ses premiers chef-druides.

1789 : En France, la révolution qui va engendrer la République laïque marque un tournant sanglant dans l'histoire : Le début du déclin de la religion et du catholicisme, l'essor des sciences et l'amélioration des conditions de vie du peuple.

1792 : Le 21 juin à Primrose Hill à Londres - là où avait lieu l'annonce de l'assemblée druidique de 1717 - le maçon Iolo Morganwg, Edward Williams de son vrai nom, réunit de quelques bardes gallois et institue la première Gorsedd (trône, assise, assemblée) des temps modernes.

1835 : Le folkloriste Jacob Grimm émet l'hypothèse selon laquelle les contes renferment des éléments de l'ancienne region Teutonique pré-chrétienne.

1838 : Le viconte Hersart de La Villemarqué (1815 - 1895) est le premier Breton initié en bardisme par L'Eisteddfod (Assemblée bardique) galloise à Abergavenny.

1839 : De La Villemarqué publie son fameux Barzaz Breiz, "Bardes Bretons", qui eut les mêmes retentissements que les œuvres de Macpherson et de Williams.

1855 : Fondation par De La Villemarqué de la Breuriez Barzed Breiz, "Fraternité des Bardes de Bretagne" regroupant des écrivains bretonnants tels : François-Marie Luzel, Milin, Le Scour et Jean-Marie Lejean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 15:55

Citation :
1860 : Dr. William Price (1800 - 1893), excentrique génie de la médecine, se fait connaître au Pays de Galles pour ses activités druidiques. Il sera accusé de désobéissance civile en prenant le parti des mineurs de charbon (Chartist Movement). Il se revendiquera " Enfant de Lord Rhys (1132 - 1197) et se retrouvera au milieu d'une autre controverse lorsqu'il fera incinérer son fils mort à 5 mois. Par la Cremation Act, Price (1902) sera à l'origine de la légalisation de la crémation jusqu'alors interdite au Royaume-Uni.

1869 : Du 8 décembre 1869 au 18 juillet 1870, à la Basilique de Rome sous Pie XI le dogme de l'infaillibilité pontificale est proclamé, provoquant ainsi le schisme des vieux-catholiques.

1872 : Georges Smith découvre dans des tablettes rapportées de Ninive "L'épopée de Gilgamesh" (IIe millénaire avant JC). Et non ! la Bible n'est pas le plus vieux livre du monde, et de loin! La plupart des grands récits de l'Ancien Testament, comme le déluge ou la Genèse, ont été recopiés, dans le détail, de Gilgamesh.

1893 : Le grand sage hindou Vivekananda se rend à Chicago à la séance inaugurale du Parlement des Religions présidé par le cardinal Gibbons. Le guerrier-prophète, par sa force et sa beauté, la grâce et la dignité de sa tête lumineuse, sa voix profonde et mélodieuse fit oublier tous ceux qui l'entourait. L'Amérique anglo-saxonne, sûre d'elle par son puritanisme enraciné, reçût la griffe du tigre indien à son flanc.

1899 : Charles G. Leland, à Londres, publie sa très synthétique Aradia ou l'Evangile des Sorcières (Aradia or the Gospel of the Witches) qui fait de la Diane romaine la Déesse Mère, d'Aradia, sa fille, la sorcière primordiale. Son œuvre sera reprise par théoricienne du culte de fertilité pré-chrétien Magaret Murray.

1899 : Les 13, 14 et 15 août 1898 eurent lieu à Morlaix et à Ploujean des fêtes bretonnes célébrant la création de Lunvaniez Broadus Breiz, "Union régionaliste bretonne.

1900 : Fondation de la Goursez (Gorsedd) de la Presqu'île de Bretagne par un groupe de néo-druides bretons en filiation avec la Gorsedd du Pays Galles.

1908 : L'Inquisition, en sommeil depuis un siècle, reçoit le nom de Congrégation du Saint-Office. Elle devient la Congrégation pour la doctrine de la foi en 1965, à la suite du Concile Vatican II, et s'occupe des questions de doctrine et de mœurs.

24 juin 1914 : L'Église n'accorde plus qu'une "authenticité indirecte" dans "l'Épître aux Hébreux" de la Bible. Traduction: l'Église a été obligée de reconnaître un des faux manifestes de la sainte bible pourtant "directement inspirée par dieu".

1925 : Le professeur Louis Rougier écrit: " Les Évangiles sont rédigés pour l'endoctrinement des néophytes, la réfutation des hérétiques, la confusion des juifs endurcis, les besoins de la liturgie ".

1930 : L'abbé Turmel (alias Herzog) est excommunié quand il montre une des nombreuses falsifications de la Bible de Jérusalem pour augmenter le nombre de prophéties réalisées: dans Isaie 7,14, "la jeune femme" a été remplacé par "la vierge". Ce qui montre au passage que l'évangile de Matthieu a été rédigé très tardivement, par un non-juif qui n'avait pas accès aux textes hébreux.


Morvan Marchal


1936 : Fondation de la Kredenn Geltiek, à la fontaine de Barenton dans la forêt de Brocéliande en Bretagne, par cinq païens affirmés autour de Morvan Marchal, Druide Artonovios, Berthou-Kerverzhiou, Druide Vissurix, principalement.

1946 : Découverte des treize papyrus codices du IVe siècle à Nag-Hammadi en Égypte. Aucune trace de la naissance de la vie de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth.

1947 : Découverte des "manuscrits de la Mer Morte" à Qumran (Sokoka) dans 11 grottes par un bédouin qui cherchait une cachette pour des marchandises de contrebande. Ces manuscrits contemporains de l'époque de Jésus de Nazareth de la Bible (de 250 av JC à 68 après JC, bien après la supposée mort du Christ) ont été écrits par des membres de la communauté des Qumraniens/Esséniens. Ils traitent de religion, de justice, des psaumes, de récits de guerre. La plupart de ces manuscrits sont entreposés par les catholiques au musée biblique à Jérusalem (aujourd'hui musée Rockfeller). Dans les exemplaires transmis aux historiens, on trouve des passages de l'Ancien Testament. Aucune trace des Évangiles, aucune mention des apôtres, de Jésus ou de sa résurrection ! Rien ! L'Église a été très longue à montrer les manuscrits. 54 ans après la découverte des manuscrits, l'intégralité, en 39 volumes a été publiée: certains manuscrits sont gênants: ils montrent que l'histoire de JC a été inspirée, entre autre du messie Ménahem, rejeté par les pharisiens, et mis à mort par les romains en -4 AV JC puis aurait été considéré comme ressuscité par ses disciples. Source: "L'Autre Messie", Israël Knohl Directeur du département biblique à l'Université hébraïque de Jérusalem: (Albin Michel). "Il met notamment en évidence, pour la première fois, des correspondances extrêmement troublantes entre la biographie de Jésus et celle du leader messianique qui l'a précédé d'une génération : Ménahem l'Essénien" et pour cause... "Le Maître galiléen (...) apparaît aussi, à bien des égards, comme une étonnante réincarnation du Maître de Justice. Comme celui-ci, il prêcha la pénitence, la pauvreté, l'humilité, l'amour du prochain, la chasteté. Comme lui, il fut l'élu et le Messie de Dieu - le messie rédempteur du monde. Comme lui il fut en butte à l'hostilité des prêtres. Comme lui, il fut condamné et supplicié. Comme lui il fonda une Église dont les fidèles attendaient avec ferveur son glorieux retour." Dupont-Sommer 4Q525: "Heureux l'homme qui a atteint la sagesse - qui marche dans la loi du très haut - Heureux celui qui dit la vérité avec un cœur pur - et ne calomnie pas avec sa langue... Heureux ceux qui la cherche [la sagesse] avec des mains pures - et qui ne la recherche pas avec un cœur fourbe..." recopié presque à l'identique dans Matthieu 5, 3-12. 4Q521 contient la mention d'un messie unique et eschatologique très proche du Jésus-Messie-Christ des premiers chrétiens: "Les cieux et la Terre prêteront l'oreille à son Messie,.. Sur les pauvres, Son Esprit planera et il restaurera les fidèles par Sa puissance... Il libérera les captifs, rendra la vue aux aveugles, redressera les opprimés... Le Seigneur accomplira des prodiges... Il guérira les blessés et ressuscitera les morts ; aux pauvres, il annoncera la bonne nouvelle" 1Q28a 1QSa introduit le concept de Dieu comme père du messie "Voici la menace des hommes de renom, quand Dieu aura engendré le Messie" Les textes les plus primitifs du Nouveau Testament indiquent que Jésus ne devint fils de Dieu qu'après sa résurrection. On fait ensuite remonter cette filiation à son baptême puis finalement à sa conception. 4Q246 renferme l'idée de fils de Dieu, l'un des attributs prépondérants du messie de la théologie chrétienne. 4Q174 montre la filiation avec David du Messie-fils de Dieu. Le professeur Dupont-Sommer qui le premier, montra les similitudes étonnantes entre l'histoire du Maître de justice ésséniens et Jésus-Christ (postérieur) reçut des menaces et du "caviarder" sa version: il était en train de mettre au grand jour et auprès du public, sans le vouloir, des éléments montrant que l'histoire de Jésus-Christ avait été créée de toute pièce: "Jésus s'est appliqué à soi-même les mystérieux oracles d'Esaïe relatifs au serviteur de Jahvé, ainsi que l'avait fait avant lui le Maître de Justice; cette commune référence au Serviteur de Jahvé est extrèmement significative: entre les deux prophètes, elle établit une parenté tout à fait particulière et de caractère unique" J.M. Allegro, chercheur anglais a avancé que le leader messianique de la secte de Qumran, le Maître de justice a été crucifié et que le récit du Nouveau Testament n'est qu'une version mythique empruntée de seconde main à l'original des manuscrits de la Mer Morte On pourrait en conclure que les manuscrits ont servi de source d'inspiration aux Évangiles qui leur sont nettement postérieurs. A moins que tous ces textes n'aient puisé leur inspiration à une source commune et antérieure, pas encore découverte, qui serait à l'origine de cette notion de résurrection des morts. La mention de ce même miracle dans les manuscrits et les évangiles prouvent qu'elles proviennent d'un tronc commun. "La lecture des manuscrits de Qumran sèmera le trouble chez tout ceux à qui les prêtres ou les apologètes chrétiens ont fait croire que les titres de Christ ou de Messie attribués à Jésus ne trouvent aucun antécédent dans la littérature apocalyptique et messianique du judaïsme" Frank Cross En 586 av JC, la destruction de Jérusalem et l'incendie du Temple de Salomon met fin à la dynastie des rois David. A partir de là, 'mashia' désigne le retour au pouvoir de la lignée de David. Luc et Matthieu font descendre Jésus de David à travers Joseph. Bien que Jésus soit Galiléen, on le fait naître à Jérusalem. Luc et David voulaient donner plus de poids au statut de messie davidique accordé à Jésus. "Nous devons loyalement reconnaître que nous ne possédons pas encore un fragment de texte de témoins oculaires de Jésus" Emile Puech, directeur de recherche au CNRS A long terme, les manuscrits de Qumran montrent que l'histoire de Jésus est le résultat d'une évolution continue midrashique et pourraient bien porter un coup sévère à la chrétienté.

1948 : Le mythologue Robert Graves, auteur de : Mythes grecs et de la Toison d'Or, publie The White Goddess (La Déesse Blanche), œuvre qui tente à prouver l'existence d'un culte à la Déesse Mère chez les Celtes par le biais de la mythologie gréco-latine. L'œuvre de Graves aura un effet déclencheur sur le mouvement néo-païen anglo-saxon à venir.

1954 : L'ancien théosophiste (Fraternité de Crotona) Gérald Brousseau Gardner (1884- 19..) publie Wichcraft Today, largement inspiré des œuvres de Charles Leland, Margaret Murray et de Robert Graves reprenant le thème central de la Déesse Mère et qui prétend par la bande réformer la Wicca ou "sorcelerie" Antique d'Angleterre.


Ernst Jünger


1959 : ANTAIOS est aussi le nom d'une prestigieuse revue fondée par Ernst Jünger et Mircea Eliade (1959-1971), dont l'objectif était de réagir contre le nihilisme contemporain. Antaios publia F.G. Jünger, Cioran, L. Ziegler, H. Michaux, R. Nelli, J. Evola, J.L. Borges, H. Corbin, M.M. Davy, J. de Vries, bref une pléiade d'esprits libres et de grands Européens.

1962 : Du 11 octobre 1962 au 8 décembre 1965, deuxième Concile du Vatican tenu dans la basilique Saint-Pierre de Rome en quatre sessions, sous les pontificats de Jean XXIII et de Paul VI. Ce concile, réuni pour la première fois en présence d'observateurs non catholiques, aura pour objectif d'assurer le renouveau de l'Église face au monde moderne laïcisé, relancer les missions dans le tiers monde tout en restaurant l'unité chrétienne. Il se soldera par un énorme fiasco, celui de la débandade des fidèles héréditaires et de l'abandon des églises.

1965 : Le Swami Prabhupàda débarque à New York et fonde l'Association pour la Conscience de Krishna, mouvement vaishnavite d'Inde qui aura un effet énorme sur l'éveil des consciences en Occident.

1972 : Fondation de l'Association Païenne d'Islande le jour du solstice d'été, date de la seule fête païenne à survivre la christianisation. L'année suivante, la petite communauté de 70 membres recevra enfin la reconnaissance en tant que deuxième religion officielle du pays. Avec plus de 400 membres, l'Asatru, religion des Ases, est en pleine expansion. Jörmundur Ingi en est présentement l'Alsherjagoði ou grand prêtre (goði).

1992 : ANTAIOS, Revue d'Etudes Polythéistes a été réactivée le 8 novembre 1992, date anniversaire de l'interdiction par l'Empereur chrétien Théodose de tous les cultes païens, par l'helléniste Christopher Gérard, traducteur de l'Empereur Julien (Contre les Galiléens, éd. Ousia, Bruxelles 1995) pour rassembler en un large forum tous ceux qui pensent que le recours à la mémoire païenne est indispensable pour affronter une modernité particulièrement destructrice. Antaios est la principale revue néo-païenne de langue française. Elle a déjà publié des entretiens et des textes de M. Eliade, E. et FG Jünger, A. Daniélou, M. Maffesoli, G. Rachet, F. Périn, M. Mourlet, G. Féquant, A. de Benoist, R. Jaulin, CJ Guyonvarc'h, M. Eemans, J. Dierkens, J. Parvulesco, M. Conche, etc. Elle est strictement indépendante et fonde son travail sur le refus du dogmatisme et de l'intolérance. Une Société d'Etudes Polythéistes a été fondée le 8 novembre 1998 pour soutenir la revue et diffuser ses travaux.

1992 : Suite aux efforts soutenus tout le long du XXe siècle, la religion baltique est finalement restaurée et enregistrée officiellement. Initiée par un petit groupe de fervents romuvistes, en dix ans, cette communauté va progresser pour qu'en 2002, on y compte plus de 2,000 membres et sympathisants.

22 décembre 1993 : Le pape Jean Paul II, dans la foulée de Saint-Patric, reconnaît que le 25 décembre est une fête païenne. Il déclare : "Chez les païens de l'Antiquité, on célébrait l'anniversaire du soleil invincible, ce jour-là afin qu'il coïncide avec le solstice d'hiver. Il a semblé logique et naturel pour les chrétiens de remplacer cette fête par celle du seul Soleil véritable : Jésus-Christ ".

1997 : Six ans après l'instauration du christianisme balte, le 19 octobre, Jonas Trinkunas, lauréat du prix J. Basanavicius (1997), est ordonné prêtre selon les rites de Romuva, l'antique religion baltique de Lituanie et reçoit le titre officiel de krivis, l'équivalent du brahmane indien et du druide celtique.

Juin 1997 : Fondation du Conseil Suprême des Hellènes Gentils pour la défense et la restauration de l' authentique Tradition Hellénique (CSHG).
Son but est de défendre et de restaurer la Religion et la Tradition polythéistes helléniques dans la société hellénique contemporaine, qui est durement dominée par l'" église " orthodoxe chrétienne et les sombres ethos dits " byzantins ".
Depuis sa fondation, l'YSEE a envoyé plus de 140 protestations à la Presse et aux Autorités du pays et a organisé plusieurs cérémonies publiques dans les enceintes sacrées d'Hellas, malgré l'intolérance et le fanatisme de l'" église chrétienne ".

1999 : Monseigneur Hippolyte Simon dans une longue diatribe anti-païenne intitulée "Vers une France Païenne" passe sous silence l'islamisation massive de l'Europe en s'attaquant aux divers mouvements païens contemporains confondant paganisme et désacralisation ; invitant ainsi à croire que l'âme européenne est exclusivement chrétienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 455
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 16:39

les européens ne savent même pas ce que le mot "paganisme" signifie, toute idée de restauration païenne est plus qu'utopique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 17:00

Crois-tu qu'au IIème siècle à Rome beaucoup de gens connaissaient le terme de "chrétiens" ?

Regarde l'effet de "Fo-Po". Ce qu'il faudrait à la restauration païenne, c'est un plan media.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 455
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 19:14

quel plan media ? pour celà il faudrait des milliards d'euros, comment peux-tu rationellement penser que des media vont brusquement se mettre à promouvoir massivement le paganisme ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 19:15

C'était à moitié une blague, cher ami. Wink

La repaganisation sera parallèle au relèvement politique de l'Europe et à la renaissance de notre civilisation. Le cycle de 2000 ans est bouclé Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 455
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 19:17

je ne crois pas à la cyclicité de l'histoire, l'histoire n'est que ce que l'homme en fait, pour le meilleur et pour le pire

j'espère la renaissance européenne mais n'y croit pas, notre décadence peut au mieux être ralentie par un chant du cygne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 19:19

Je pourrais presque te qualifier de gobinien pour ce que tu viens de dire Smile

Il existe une dimension supra-humaine, le destin, qu'il ne faut pas négliger. Je ne peux pas croire une seconde que la civilisation européenne va disparaître. Au moment de disparaître, tel Sherlock Holmes face à Moriarty aux bords du précipice, elle va se relever et triompher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 455
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 19:23

je ne demande que ça, mais je ne vois pas comment (et toi non plus d'ailleurs, tu n'y crois que par une foi irrationelle)

notre société européenne présente toutes les caractéristiques d'une société décadente dans l'avant-dernière-phase avant la disparition totale

les mentalités sont trop encrassées d'individualisme alors que des peuples nous entourant sont jeunes, fiers, forts et jaloux de nos richesses gaspillées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 19:43

Citation :
une foi irrationelle

N'est ce pas le sens de toute religion.

Citation :
notre société européenne présente toutes les caractéristiques d'une société décadente dans l'avant-dernière-phase avant la disparition totale

P-ê que les barbares sont les Slaves, qui comme les Germains jadis, régénéreront l'Europe. C'était l'idée de Nietzsche.

Et puis si on se bat c'est pour empêcher le pire. Si nous devons mourir comme Léonidas aux Thermopyles, eh bien soit, ce sera le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 455
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 20:02

les barbares ne sont pas les slaves qui nous rattrapent à vitesse grand V sur le chemin de la décadence individualiste

oui, une minorité d'européens mourra debout, beaucoup d'autres mourront à genoux et la plupart survivront dans une nouvelle société sous l'influence d'une autre civilisation

au bout de quelques siècles ils seront si bien intégrés dans la nouvelle société jeune et dynamique qu'ils verront la chute de notre civilisation comme un bienfait (de même qu'a posteriori les gaulois se réjouirent d'avoir été intégrés à l'empire romain)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 19 Juil - 20:05

Tu es très optimiste, je vois, Valerius. Rome n'est plus dans Rome ? Mais tout n'est pas encore fini.
Il ne faut pas renoncer alors que nous ne sommes que dans un processus certes avancé mais encore minoritaire.

"Garde l'espoir, quand tout est noir, puisque tu es... un chevalier." Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Sam 3 Sep - 21:48

Est-ce que l'ouvrage de Pierre de Labriolle La réaction païenne vous dit quelque chose? Publié en 1934, il vient d'être rééditer, je cite mon journal "...ce livre[...] étudie sur cinq siècles la lutte intellectuelle entre paganisme et christianisme"
J'aimerais un avis, il coute tout de même 40€...
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Sam 3 Sep - 21:56

C'est un grand classique (donc une référence) que je me suis acheté dans l'édition nouvelle que tu évoques il y a quelques mois.
Mais c'est vrai qu'il est cher.
Très intéressant mais je conseille plutôt un ouvrage plus récent:

Ramsay MacMullen, "Christianisme et paganisme. Du IVème au VIIIème siècle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Sam 3 Sep - 22:02

Merci, et l'auteur? Quelles sont ses qualités?
Revenir en haut Aller en bas
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Sam 3 Sep - 22:05

Un des plus brillants universitaires britanniques sur la question. Auteur de plusieurs ouvrages remarquables et remarqués.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tautalos
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 41
Localisation : Portugal

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 4 Oct - 13:43

Ferrier a écrit:
Je pourrais presque te qualifier de gobinien pour ce que tu viens de dire Smile

Il existe une dimension supra-humaine, le destin, qu'il ne faut pas négliger. Je ne peux pas croire une seconde que la civilisation européenne va disparaître. Au moment de disparaître, tel Sherlock Holmes face à Moriarty aux bords du précipice, elle va se relever et triompher.

http://www.religioustolerance.org/chr_prac2.htm

The fastest growing religion (in terms of percentage) is Wicca -- a Neopagan religion that is sometimes referred to as Witchcraft. Numbers of adherents went from 8,000 in 1990 to 134,000 in 2001. Their numbers of adherents are doubling about every 30 months. 4,5 Wiccans in Australia have a very similar growth pattern, from fewer than 2,000 in 1996 to 9,000 in 2001. 10 In Canada, Wiccans and other Neopagans showed the greatest percentage growth of any faith group. They totaled 21,080 members in 1991, an increase of 281% when compared with 1990.

Si ceci peut arriver aux E.U.A, porquoi non en Europe ? Si le Wiccans réussissent à se disséminer, parce que non les païens ils que sont réellement loyaux au Deuses ancestraux ? À Wicca c'est magie et un morceau d'invention, mais de ce qui peut et doit proposer au Peuple est le simple retour au culte ils dont du Deuses font partie de l'héritage du Peuple. Par plus utopique qui semble - porquoi non?

If this can happen in the U.S.A, why not in Europe? If the Wiccans obtain to spread themselves, why not the heathen, i.e., those who are really loyal to the ancestral Gods? Wicca is magic and a bit of invention, but real Paganism is the simple return to the worship of the Deities that belong to the Folks' heritage.

No matter how utopic it looks - why not?

Speaking about uthopy - wasn't the French Revolution an uthopy twenty years before 1789?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s2.excoboard.com/exco/index.php?boardid=10026
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 4 Oct - 13:56

I agree you. True paganism is able to born again.

The future of Europe, if Europe may yet have a future, shall be pagan, this is evidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valerius
Centurion
Centurion


Masculin Nombre de messages : 455
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 4 Oct - 14:43

It is easily understandable that in our time of Europe's decline, Europeans are looking for anything seeming proof of a strong European identity; paganism il one of those ways among many. Thus, paganism increases in Europe, that is right, and will probably continue to do so during a few years, but will probably never have believers enough to have any real pound before the very end. Paganism will be less weak, but will never be strong enough, there is not time and media coverage enough.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Mar 4 Oct - 14:48

The future is not written, even by the Moirae.

However, it is true that paganism will be not yet sufficient to create the burst of the european spirit. We will have to compromise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tautalos
Pérégrin
Pérégrin


Nombre de messages : 41
Localisation : Portugal

MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Jeu 6 Oct - 10:08

Valerius a écrit:
Thus, paganism increases in Europe, that is right, and will probably continue to do so during a few years, but will probably never have believers enough to have any real pound before the very end. Paganism will be less weak, but will never be strong enough, there is not time and media coverage enough.

Perhaps. But that is the only honourable way for us. There is no alternative, because the sacred loyalty to our own Gods and ancestors is above all - beyond victory and beyond defeat. It's a matter of duty, not of possibilities, like the Bhagavad-Gita commands («Fight for your duty, not for the fruits of your actions»).

And, like Ferrier says, we don't know the future... if Christianity, served by a bunch of miserable has been able to dominate the entire West, who knows what can happen now regarding the return of the indo-european Gods to their legitimous European thrones?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s2.excoboard.com/exco/index.php?boardid=10026
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paganism and christianism, antic relationships   Aujourd'hui à 18:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Paganism and christianism, antic relationships
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» An cafe lover's
» Je suis colérique, joueuse, fière et bornée. Qui veut de moi ? || Heaven's relationships.
» Mickael Mester relationships

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Les religions européennes / European religions-
Sauter vers: