FORUM DU PSUNE

Forum socialiste européen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean Gadrey sur l'Europe sociale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ferrier
Administrateur
Administrateur


Masculin Nombre de messages : 18530
Localisation : Europe-Nation

MessageSujet: Jean Gadrey sur l'Europe sociale   Lun 9 Mai - 23:36

Citation :
Voici un article de Jean Gadrey, professeur émérite d’économie à l’université Lille 1, qui réalise une rétrospective des avancées de l’Union Européenne sur le plan social.

Un point important dans cet article est le rappel des conditions qui ont permis l’essor économique de certains pays membres tels que la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Irlande. Gadrey rappelle que ces quelques exemples, cités souvent comme les plus beaux succès de l’avancée européenne en matière de solidarité, n’ont été possible que grâce à l’utilisation des fonds structurels, ces fonds qui constituent des "efforts simultanés de redistribution des richesses et d’appui au développement des pays, régions et territoires « en retard »

Gadrey rappelle combien ces orientations de solidarité ont été remises en cause depuis les sommets de Lisbonne(2000) et Göteborg(2001) dans lesquels l"objectif principal est devenu celui de "renforcer la compétitivité des régions". Résultat : alors que l’Europe s’élargit est que l’arrivé des nouveaux membres "en retard" impliquerait logiquement un plus gros effort de solidarité pour reproduire l’expérience de l’Espagne, la Grèce, le Portugal et l’Irlande, ce sont les objectifs de compétitivité qui orientent désormais l’affectation de ces fonds, ils sont ainsi voués à financer des secteurs déjà productifs et compétitifs au lieu d’aider à redresser ceux qui ont besoin d’un coup de pouce.

Je vous invite à lire la partie dédiée au sujet des services publics tout aussi éclairante sur le tournant néo-libéral dans lequel s’engage l’Union Européenne depuis 1990, et dans lequel s’inscrit très clairement le Traité de Constitution Européenne (TCE).

Avis personnel sur le TCE
Dire NON au TCE est une façon de dire aussi NON à cette façon d’avancer dans l’UE. Je suis particulièrement déçu par ce défaitisme qui domine certains esprits socialistes qui s’avouent vaincus par le néo-libéralisme, par ce fatalisme qui amène à considérer le néo-libéralisme comme une composante que le monde entier doit intégrer dans tout projet économique et social, comme si le seul fait d’envisager de s’écarter de cette voie condamnait tout pays d’être hors-jeu dans la recherche du bien-être économique et social.
Je suis convaincu qu’il existe d’autres moyens et j’encourage les lecteurs à réfléchir à deux fois avant de signer un contrat qui empêcherait en Europe de rechercher ces autres moyens pendant 50 ans !

J’ai été souvent séduit par un OUI qui aurait peut-être été bénéfique, par l’image qu’il aurait donnée au monde d’une Europe consensuelle, qui se construit et qui sait prendre des décisions, l’image d’une Europe unie et solide, mais plus j’y pense et plus je suis persuadé que ça nous fait une belle jambe vu où cette Europe là veut mener ses citoyens. J’estime pour ma part que le NON est beaucoup plus adapté au message que les citoyens ont envie de faire passer à présent : l’Europe oui, mais pas dans ce sens. Ce NON permettrait, je l’espère, d’entraîner une sérieuse remise en question de la part de la classe politique européenne et constituerait une sonnette d’alarme contre cette tendance mondiale à la néo-libéralisation, à cet sacro-sainte confrontation commerciale érigée en objectif par le Traité.
Il est important qu’un message clair de raz le bol se dégage de cette contestation, une message qui je l’espère dépassera le cadre européen. Vouloir par ailleurs séparer la la contestation nationale en France du NON du traité, affirmer que ce sont deux sujet qui n’ont rien à voir n’a pas de sens : le malaise qui existe en France est le résultat même de l’intégration au niveau national des politiques qui résultent des traités européens en vigueur et qu’on nous demande d’entériner en disant OUI à cette Constitution.

Pour conclure, je dirais qu’autant le OUI comme le NON constituent un pari sur le futur. Entre les deux autant rester fidèle au choix qui reflète le plus ses convictions personnelles, les principes que l’on entend défendre. Des articles comme celui que je vous ai mis un lien ci-dessus, m’aident à tirer mes propres conclusions. A vous de vous forger les vôtres.

_________________
"Europe, relève toi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jean Gadrey sur l'Europe sociale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Europe sociale
» Jean Amadou
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» introduction à la psychologie sociale
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM DU PSUNE :: Débats sur l'Europe - Debates about Europe :: Général - General-
Sauter vers: